Écriture

Écriture : 7 façons d’exprimer les émotions de vos personnages

18/11/2019
Ecrire les émotions des personnages

« Les gens oublieront ce que tu as dit, ils oublieront ce que tu as fait, mais ils n’oublieront jamais ce que tu leur as fait ressentir. » Maya Angelou

L’indignation de Katniss, qui tire une flèche sur le buffet bien gras des juges, lors de son entraînement aux Hunger Games ; l’effroi qui écarquille les yeux de Danny dans les couloirs hantés de Shining ; le manque d’amour qui tenaille Harry Potter lorsqu’il pense à ses parents défunts …
Tous ces livres ont un point commun : je les ai lus il y a très longtemps. Pourtant, certaines des émotions vécues par leurs personnages m’ont tant marquée qu’elles restent imprimées dans ma mémoire.

L’émotion est au centre du roman. Celle des personnages, qui les rend vivants, tangibles, profonds. Mais aussi celle du lecteur, qui, par effet de miroir, vibrera ou tremblera avec eux. L’émotion est ce qui touche à l’humain, ce qui fait écho en nous, ce qui nous marque.

Insaisissable et complexe, elle peut cependant être délicate à travailler. Alors, comment transmettre efficacement les émotions de vos personnages ? D’une manière qui les rendra vivants et provoquera l’empathie du lecteur ?

1. Se servir de ses propres émotions

Quoi de plus efficace, pour transmettre une émotion crédible et authentique, que de vous souvenir de celles que vous avez ressenties ? Vous pouvez pousser l’expérience jusqu’à garder un carnet sur vous, et y noter le détail des émotions que vous vivez au quotidien. Vous attendez votre train lorsqu’un retard de 1h30 est annoncé. Quelles pensées vous assaillent ? Comment votre corps réagit-il à cette nouvelle ? Notez tout !

2. Rendre les émotions palpables grâce aux sensations

Si, dans votre roman, l’émotion est vécue du point de vue interne, profitez-en pour décrire ce que le personnage ressent physiquement. C’est un bon moyen pour que le lecteur s’imprègne de son ressenti et s’implique lui aussi émotionnellement. L’appétit coupé par le chagrin, la joie qui rend plus léger, les poings qui se crispent sous l’effet de la colère … Utilisez les sensations pour explorer la facette physique de l’émotion. (Et si vous voulez connaître le détail des manifestations physiques des principales émotions, j’ai un cadeau pour vous en fin d’article !)

Dans ce passage du roman Nous les menteurs, une adolescente arrive en bateau devant l’île qui cristallise toutes ses angoisses : « Une vague s’élève devant nous, bleu foncé, jaillissant de la mer telle une baleine. Elle se dresse devant moi. Je sens ma nuque se raidir, ma gorge se nouer. Je me recroqueville sous le poids de l’eau. Le sang afflue vers ma tête. Je me noie. » (Nous les menteurs, E. Lockhart)

3. Profiter de la richesse expressive du personnage

Si l’émotion est observée du point de vue externe, ne vous contentez pas de décrire l’expression du personnage concerné. L’émotion se traduit aussi par sa gestuelle, sa posture, ses tics, sa voix (ton, inflexion, débit) … Même si on n’a pas accès aux pensées ou aux sensations du personnage, il existe de nombreuses manières de retranscrire son émotion. Il ne s’agit pas non plus de détailler le personnage de la tête aux pieds, mais plutôt de sélectionner des détails précis et marquants qui colleront à sa personnalité dans ce qu’elle a de singulier.

Dans La Passe-Miroir, le visage de Thorn est toujours impassible, par contre, il a la manie d’ouvrir et de fermer sa montre à gousset quand il est mal à l’aise … Ce tic finit par devenir la marque de fabrique du personnage, sa manière bien à lui d’exprimer ses émotions : « Thorn souleva et referma le couvercle de sa montre. Ophélie commençait à le trouver agaçant à toujours surveiller l’heure ainsi.» (Les Fiancés de l’hiver, Christelle Dabos)

4. Laisser les émotions orienter l’action

On dit parfois que les personnages façonnent l’intrigue d’un roman. En approfondissant un peu cette idée, on pourrait dire que ce sont leurs émotions qui influent sur l’action. Les personnages agissent souvent en fonction de ce qu’ils ressentent, logique, donc, que l’intrigue soit impactée par leurs états d’âme … Faire coïncider les deux est un bon moyen de rendre votre histoire cohérente, tout en transmettant subtilement l’émotion des personnages à travers leurs actes.

Prenons pour exemple la scène d’Hunger Games dont je vous parlai en intro. Révoltée par les juges, qui se goinfrent pendant qu’elle effectue un test dont va dépendre sa survie, Katniss tire une flèche sur le cochon rôti du buffet. Cela traduit la colère de la jeune fille, mais aussi son tempérament de feu … Finalement, cette réaction « sous le coup de l’émotion » aura un fort impact sur la suite de l’histoire : « Soudain, je suis furieuse. Ma vie est en jeu, et ils n’ont pas la décence de m’accorder un regard. Ils préfèrent s’intéresser à un cochon crevé. Mon pouls s’emballe, mes joues s’échauffent. Sur un coup de tête, je sors une flèche de mon carquois et la décoche vers la table des juges. » (Hunger Games, Suzanne Collins)

5. Utiliser des images frappantes pour intensifier les émotions

Les images marquent l’esprit du lecteur, elles donnent corps aux émotions. Mais, pour qu’elles restent frappantes, évitez les images passées dans l’utilisation courante. Par exemple, le mot « chamade » désigne un signal militaire, pourtant, l’expression « un cœur qui bat la chamade » est aujourd’hui si banale qu’elle n’évoque plus aucune image à celui qui la lit …

Pour illustrer les émotions, mieux vaut concevoir des images originales, fortes et adaptées au contexte. Comme dans cette métaphore filée tirée de L’aube sera grandiose, où les secrets entre une mère et sa fille volent en éclats. « Un mot lui obstrue la gorge. Il enfle à toute vitesse. Et soudain, les larmes l’emportent et le mot explose sur ses lèvres. » (L’aube sera grandiose, Anne-Laure Bondoux)

6. Jouer sur le contexte pour donner de la valeur aux émotions

Aux yeux du lecteur, l’émotion sera plus ou moins touchante selon la personnalité du personnage, sa culture et son passé.

Dans Le Trône de Fer, Cersei est contrainte d’effectuer une marche de la honte, nue à travers la ville. Sa disgrâce est d’autant plus poignante que c’est une femme forte et orgueilleuse qui a été élevée dans la mentalité fière des Lannister, et règne d’une main de fer sur le royaume. Les efforts fournis par Cersei pour garder la tête haute ne feront qu’amplifier l’effet de son humiliation, quand elle finira par fondre en larmes.

« La reine se débarrassa de sa robe. Elle se dénuda d’un mouvement souple et posé, comme si elle se trouvait dans ses propres appartements, en train de se dévêtir pour prendre son bain sans personne d’autre que ses caméristes pour la voir. Quand le vent froid toucha sa peau, elle eut un violent frisson. Il fallut toute sa force de caractère pour ne pas tenter de se cacher avec les mains, comme la catin de son grand-père l’avait fait. Ses doigts se serrèrent en poings, ses ongles s’enfonçant dans ses paumes. » (Une danse avec les dragons, George R.R. Martin)

7. Utiliser le décor pour amplifier les émotions

L’environnement peut symboliser l’émotion ressentie par un personnage pour mieux la renforcer. Insistez sur des détails marquants qui créent une atmosphère. Par exemple, une peinture défraîchie tombera à point nommé dans la maison d’un couple qui se sépare.

Dans La voix des ombres, un manoir lugubre devient la personnification même de l’effroi ressenti par la héroïne depuis le début du roman : « Au-delà d’une assemblée maléfique d’ifs sombres aux troncs tordus, se dressait une immense bâtisse, à la façade grise et sans grâce. Deux tours s’élevaient au-dessus de sa façade comme des cornes difformes. C’était Grizehayes. Bien que Makepeace ne l’eut encore jamais vu, elle le reconnut sur-le-champ, comme si une énorme cloche se mettait à sonner dans les tréfonds de son âme. » (La voix des ombres, Frances Hardinge)

Voilà pour mes réflexions sur l’écriture des émotions ! J’ajoute que le meilleur moyen de mettre en valeur les émotions est de rester sobre et de ne pas trop en faire : mieux vaut une image percutante et bien choisie qu’un paragraphe à rallonge.

Qu’en pensez-vous ? Quelles sont vos astuces pour transmettre les émotions de vos personnages ?

CADEAU BONUS

J’ai conçu pour vous une fiche PDF listant les réactions physiques qu’entraînent les émotions primaires, vous pouvez l’utiliser pour mieux décrire les émotions des personnages de votre roman 🙂

Vous pouvez la télécharger gratuitement en indiquant votre prénom et votre e-mail dans l’encadré ci-dessous, qui vous inscrira à ma newsletter. Vous recevrez ensuite le lien de téléchargement de la fiche par e-mail !

Téléchargez la fiche émotions
Entrez votre prénom et votre e-mail pour vous inscrire à ma newsletter et recevoir gratuitement la fiche émotions
  Vos informations ne seront jamais divulguées à une tierce personne

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Répondre Mademoiselle Scintille le 19/11/2019 à 1 h 30 min

    Coucou !! Je n’écris pas pour l’instant mais te remercie pour cette aide précieuse, surtout la liste qui peut servir pour pleins de choses 🙂

    • Répondre Charlotte le 19/11/2019 à 20 h 10 min

      De rien merci à toi pour ton message 🙂

    Laisser un commentaire