Écriture

8 conseils pour écrire de la fantasy

18/05/2020

Vous rêvez d’écrire une aventure fantasy mettant en scène un univers merveilleux et des créatures fascinantes ?

Meilleure amie de l’imagination et source inépuisable de rêverie, la littérature fantasy connait un succès grandissant, comme en témoignent les adaptations qui fleurissent sur le petit écran (Game of Thrones, The Witcher, Dark Materials)

Si vous avez envie d’apporter votre pierre à la forteresse, lancez-vous ! Mais veillez à respecter certaines règles, car on n’écrit pas de la fantasy de la même manière qu’un roman contemporain ou policier : ce genre littéraire a ses propres codes et problématiques, qu’il vaut mieux connaître avant de tenter l’aventure.

Comment créer un monde riche et cohérent qui transportera votre lecteur ? Faut-il éviter les clichés ? Quelle place donner à l’action et aux scènes de combat ? Pourquoi faire écho à la réalité rendra votre texte plus profond ?

Installez-vous, je vous emmène à dos de dragon découvrir le monde puissant et fascinant de l’écriture fantasy 😊

1. Suscitez le rêve et l’émerveillement

Pourquoi un lecteur choisit-il de lire un roman fantasy ?

Pour se couper du monde réel, le temps de sa lecture, et profiter du moment de rêve et d’évasion qu’apporte ce type de littérature.

Univers grandioses, créatures fantastiques et pouvoirs surnaturels : la fantasy permet à l’imaginaire de rêver et de voyager bien au-delà des limites de notre monde.

📙 Dans La Passe-Miroir (Chistelle Dabos), les gens vivent sur des arches qui flottent dans les nuages. Le Trône de Fer (George R.R. Martin) fait intervenir des dragons capables de mettre à genoux tout un royaume. Dans Le Faiseur de Rêves (Laini Taylor), les pouvoirs de l’héroïne lui permettent de s’introduire dans les songes des dormeurs pour influencer leurs pensées …

Vous voyez où je veux en venir ?

Écrire de la fantasy, c’est écrire une histoire qui procure un sentiment de vertige et d’émerveillement aux lecteurs.

✒️ Mettez de côté tout ce que vous avez pu lire avant et débridez votre propre imagination : ses possibilités sont votre plus bel atout pour écrire de la fantasy. À votre tour de voir grand !

Illustration Phil Jaeger

2. Travaillez votre univers fantasy

Le monde que vous allez créer sera la base de votre projet d’écriture. C’est d’ailleurs le désir d’inventer leur propre monde qui pousse généralement les auteurs à écrire de la fantasy !

À quel moment s’y mettre ?

Mieux vaut travailler sur la création de cet univers avant de commencer à écrire l’histoire en elle-même. Pensez aux diverses composantes de ce monde, de la géographie au climat en passant par les types de peuples.

📙 Tolkien a mis 17 ans à écrire Le seigneur des anneaux. Professeur de littérature médiévale à Oxford, il a créé un monde fantasy d’une richesse sans précédent, allant jusqu’à inventer des dizaines de langues pour rendre sa saga plus vivante. Tolkien a également dessiné de nombreuses cartes avant de donner naissance à la Terre du Milieu, berceau du Seigneur des Anneaux et du Hobbit.

L’exemple de Tolkien est magnifique mais un peu extrême …

À moins de vouloir y passer 17 ans, personne n’est obligé d’inventer plusieurs langues et de dessiner moult cartes pour écrire de la fantasy 😉. La conception de votre univers ne doit pas vous prendre un temps monstrueux, au risque de retarder indéfiniment le moment d’écrire votre histoire.

✒️ Fixez-vous un délai dédié à la création de votre monde fantasy (en jours, semaines ou mois, selon vos souhaits et le temps que vous voulez consacrer à votre projet). Une fois ce délai écoulé, passez à la rédaction de votre histoire.

3. Restez cohérent

L’une des difficultés, quand on écrit de la fantasy, c’est de rester cohérent dans l’univers que l’on déploie. En effet, ce n’est pas parce que votre monde n’est pas réaliste qu’il ne doit pas répondre à une certaine logique !

Harmonisez entre eux tous les éléments participant à votre univers fantasy, du système de magie au bestiaire en passant par le nom des personnages …

À lire aussi : Choisir le nom des personnages de son roman

✒️ Inspirez-vous du monde réel. Se baser sur des cultures ou des mythologies existantes est le meilleur moyen de bâtir un système cohérent, mais aussi de partir de repères connus du lecteur pour qu’il ne soit pas perdu devant la singularité de votre monde.

📙 Dans L’Ours et le Rossignol, Katherine Arden a créé un monde fantasy inspiré de la Russie Médiévale. On y découvre des paysages enneigés, des créatures issues des légendes slaves et des personnages aux prénoms venus de l’Est (Vassilia, Soloveï, Morozko). La cohérence de ces inspirations rend l’univers de la saga d’autant plus harmonieux !

4. Privilégiez l’action

Quand on écrit de la fantasy, l’un des écueils à éviter est de présenter son monde sur des dizaines de pages, dès le début du roman. Rien de pire pour faire bailler le lecteur et lui donner envie de s’endormir sur le livre …

Créer un monde solide pour y faire germer son histoire, c’est important. Mais mieux vaut distiller les informations relatives au contexte petit à petit, tout au long du livre, en les intégrant à l’action et aux aventures des personnages.

Pour les premières lignes de votre roman, préférez une scène d’accroche qui interpellera votre lecteur et lui donnera envie de connaître la suite … Ce qui ne doit pas vous empêcher d’évoquer subtilement l’univers en arrière-plan.

📙 Voici comment débute la saga fantasy La Première Loi de Joe Abercrombie :

« Logen s’élança à travers les arbres. Ses pieds nus glissaient sur la terre mouillée, la neige à moitié fondue et les aiguilles de pin humides. Un souffle rauque raclait sa poitrine, son sang battait contre ses tempes. Il trébucha et s’étala, manquant de s’ouvrir le torse avec sa propre hache. Haletant, il resta allongé à observer la forêt baignée dans l’ombre. »

Plus accrocheur qu’une genèse de trente pages, n’est-ce pas ?

✒️ En règle générale, dans un roman fantasy, l’action est tout aussi importante que l’univers. Travaillez votre l’intrigue au moins autant que la création de votre monde, pour qu’elle soit captivante et surprenante.

5. Faites écho à la réalité

Au fond, derrière les aventures épiques et les créatures surnaturelles, les romans fantasy parlent de la vie réelle.

Les sentiments qu’éprouvent les personnages font vibrer notre humanité. Leur manière de lutter fait appel à des valeurs que nous partageons, à notre échelle. Les thèmes abordés dans l’histoire font écho en nous.

C’est pour ça qu’un roman fantasy peut être profondément touchant, en plus d’être divertissant et dépaysant.

✒️ N’hésitez pas à aborder dans votre roman fantasy des thèmes plus larges qui vous touchent. Et, même si vos héros sont des elfes ou des orques, exprimez leurs désirs, leurs contradictions et leur évolution au fil du récit. C’est cela qui accrochera le lecteur et lui donnera envie de s’impliquer émotionnellement dans sa lecture.

À lire aussi : 7 façons d’exprimer les émotions de vos personnages

📙 Le Seigneur des Anneaux est devenu culte dix ans après sa parution. L’œuvre de Tolkien a connu ce succès tardif à partir des universités américaines, où les jeunes ont vu dans cette histoire de peuples luttant contre l’oppression un écho de leur propre combat.

6. Détournez les clichés de la fantasy

La littérature fantasy regorge de lieux communs. Il peut s’agir de personnages vus et revus : le vieux mage plein de sagesse, le héros brave et courageux, le méchant diabolique n’ayant aucun scrupule …

Ou encore de schémas déjà lus des dizaines de fois, comme le cliché du jeune orphelin, apparemment sans histoire, jusqu’à ce qu’il découvre qu’une prophétie le destine à sauver le monde.

Ce genre de poncifs a tendance à agacer un lecteur expérimenté.

Alors, faut-il absolument bannir les clichés quand on écrit de la fantasy ?

Pas forcément.

C’est sûr qu’il est moins risqué d’éviter les personnages stéréotypés, surtout quand on débute. Mais sachez que votre manière à vous de raconter une histoire et d’incarner des personnages peut rendre votre roman unique malgré tout (J.K. Rowling s’en est très bien sortie avec le schéma de l’orphelin de la prophétie qui sauve le monde !)

✒️ Si l’aventure vous tente, pourquoi ne pas jouer avec les clichés, en les revisitant ou en complexifiant la psychologie des personnages stéréotypés pour leur apporter une épaisseur inédite ?

📙 George R.R. Martin y arrive avec brio dans Le Trône de Fer (SPOIL). Tout au long de la saga, il joue avec le cliché du chevalier grâce au personnage de Jaime Lannister. Jeune, celui-ci correspondait à l’idéal chevaleresque : beau, talentueux et téméraire. Mais il se retrouve déchu après avoir tué son roi, d’où son surnom humiliant de Régicide.

En découvrant certains chapitres du Trône de Fer grâce au point de vue de Jaime, on découvre comment il vit cette déchéance, et de quelle manière sa rencontre avec Brienne, une femme qui incarne les plus pures valeurs chevaleresques, va faire renaître en lui un sens de l’honneur enfoui.

À lire aussi : Les conseils d’écriture de George R.R. Martin

7. Soignez les scènes de combat

Les scènes d’affrontement sont des passages mythiques en fantasy !

Qui a oublié la bataille du Gouffre de Helm dans Le Seigneur des Anneaux ? Ou le combat opposant Oberyn Martell à la Montagne dans Le Trône de Fer ?

Quand on écrit de la fantasy, il faut bichonner ses scènes de combat, qu’il s’agisse d’un duel ou d’une bataille opposant des milliers de soldats.

✒️ Voici quelques conseils pour faire haleter le lecteur en même temps que vos personnages :

  • Soyez fluide et clair dans votre récit, on doit pouvoir lire cette scène sans efforts.
  • Écrivez des phrases courtes et nerveuses, assorties au rythme du combat et au sentiment d’urgence qui en découle.
  • Le bruit des épées qui s’entrechoquent, l’odeur de la fumée, la douleur vive d’une blessure … Évoquez les sensations exacerbées de vos personnages pour rendre la scène encore plus poignante.
  • Visualisez la scène au ralenti pour la retranscrire avec précision.
  • Imprimez une idée de mouvement à votre scène, comme une danse où les combattants ont tour à tour l’avantage.

📙 Voyez comme cette scène de combat issue du Sorceleur de Andrzej Sapkowski est dynamique et précise : « Geralt fit un bond en arrière et une brusque volte-face, la strige le frôla en lacérant l’air de ses griffes. Elle ne perdit pas l’équilibre et repartit immédiatement à l’attaque en faisant demi-tour. Ses dents claquèrent juste devant la poitrine de Geralt. Le Riv fit un bond dans l’autre sens, opéra trois tours sur lui-même en vrombissant, pour désorienter la strige. En faisant un bond en arrière, il lui assena sur le côté de la tête un coup sans élan mais puissant, avec les pointes en argent fichées dans son gant au niveau des jointures. »

8. Commencez par un roman en un seul tome

Quand on écrit de la fantasy, on a presque toujours en tête un projet en plusieurs volumes. Et c’est bien normal : les plus grands succès fantasy étant de longues sagas, on prend pour référence ce qu’on connait.

Le hic, c’est que lorsqu’on débute en écriture, s’atteler à un projet en plusieurs tomes est assez incertain. Pour un novice, parvenir à écrire un seul roman jusqu’au bout, c’est déjà un challenge. Or il est plus facile et formateur de construire une intrigue qui tient la route, avec une vraie fin, en un seul tome.

Sans compter que, si vous souhaitez faire publier votre livre et que vous n’avez aucune expérience à mettre en avant, vous aurez plus de mal à trouver un éditeur pour un projet en plusieurs volumes.

✒️ Gardez votre rêve de série en douze tomes en tête. Mais, pour votre tout premier roman, pourquoi ne pas vous exercer en écrivant un one-shot ? Peut-être en le situant dans le même univers que celui de votre saga rêvée ? Ou en écrivant une fin un peu ambiguë, laissant la porte ouverte à une suite si le cœur vous en dit ?

📙 Sachez qu’il existe d’excellents romans fantasy en un seul tome. Déracinée de Naomi Novik fait partie de ceux-là : cette histoire sombre et enchanteresse, mettant en scène une forêt envahie par les ténèbres, est l’une des sorties fantasy dont on a le plus parlé ces dernières années. Même s’il s’agit d’un one-shot, l’auteure a écrit une histoire riche et dense, où tous les fils se relient à la fin.

Voilà, vous connaissez les bases de l’écriture fantasy !

C’est un genre littéraire qui demande de la réflexion et du travail, mais qui est aussi passionnant à lire qu’à écrire … en espérant que vous vous laisserez tenter par l’aventure 😉

Si cet article vous a plu, partagez son infographie sur Pinterest ^^ !

FICHE CADEAU

J’ai compilé pour vous 7 conseils d’écriture donnés par de grands auteurs fantasy : Philip Pullman, Robin Hobb, J.R.R. Tolkien, J.K. Rowling, Neil Gaiman, Ursula K. Le Guin et George R.R. Martin 🙂

Vous pouvez télécharger la fiche gratuitement en indiquant votre prénom et votre e-mail dans l’encadré ci-dessous, qui vous inscrira à ma newsletter (une fois par semaine, je vous présenterai le nouvel article « conseils d’écriture » publié sur mon blog).

Vous recevrez aussitôt le lien de téléchargement de la fiche par e-mail.

CADEAU BONUS
FICHE CONSEILS D'AUTEURS FANTASY
Entrez votre prénom et votre e-mail pour vous inscrire à ma newsletter et recevoir gratuitement la fiche Conseils d'auteurs fantasy
  Vos informations ne seront jamais divulguées à une tierce personne

Vous pourriez aussi aimer

6 Commentaires

  • Répondre MartineMcFly le 18/05/2020 à 20 h 59 min

    Un excellent article! Qui donne envie d’écrire héhé. Bravo pour les exemples et cet esprit de synthèse!

    • Répondre Charlotte le 19/05/2020 à 11 h 17 min

      Merci beaucoup 🤗!

  • Répondre Guylaine le 20/05/2020 à 15 h 22 min

    Un article vraiment passionnant et enrichissant. Merci!

    • Répondre Charlotte le 21/05/2020 à 12 h 50 min

      Merci beaucoup pour ton message !

  • Répondre Céline le 30/05/2020 à 13 h 59 min

    Après 20 ans de procrastination, j’ai enfin décidé de me lancer dans l’écriture. Votre site est une merveilleuse découverte ! Merci

    • Répondre Charlotte le 30/05/2020 à 18 h 47 min

      Bravo pour ce projet d’écriture ! Merci beaucoup 🙂

    Laisser un commentaire