Écriture

Apporter du relief à ses descriptions de lieux

26/04/2015

Les descriptions de lieux sont l’un des points clés à ne pas négliger quand on écrit un roman.

Trop longues ou sans relief, elles cassent le rythme du récit et ennuient le lecteur. Mais, bien menées, les descriptions peuvent au contraire l’immerger dans votre histoire, l’émouvoir et apporter de la profondeur à votre roman. D’où l’intérêt de particulièrement bien les travailler.

Voici mes 5 astuces pour écrire des descriptions vivantes et captivantes 😊

1. Faire appel aux cinq sens

Mieux vaut ne pas se contenter de décrire ce que voit un personnage : c’est en exploitant ses cinq sens que l’on créé un univers vivant, palpable et dans lequel le lecteur pourra se projeter. Afin d’appréhender un paysage dans toutes ses dimensions, n’oubliez pas de faire aussi appel au toucher, à l’odorat, à l’ouïe ou même au goût de votre personnage quand le contexte s’y prête !

Exemple : Au-delà du bastingage, la mer se déroulait à perte de vue. Il posa ses mains sur le bois rêche de la rampe et inspira une bouffée d’air aux senteurs iodées. Un piaillement lui fit baisser la tête : une mouette venait de se poser sur le bateau.

2. Rester en mouvement

Évitez l’effet « carte postale » du personnage qui décrit passivement le paysage sous ses yeux. À la place, mettez votre personnage en action dans les lieux que vous décrivez ! Cela permettra de maintenir la dynamique du récit et d’éviter l’écueil des longues descriptions ennuyeuses …

Exemple : Elle marchait lentement, sans parvenir à éviter les broussailles de plus en plus épaisses qui envahissaient le sentier et griffaient ses jambes. Les montagnes se découpaient sur l’horizon, toujours lointaines. Elle avait l’impression de ne pas avoir avancé d’un pouce depuis ce matin.

3. Privilégier l’image à l’idée

Le célèbre adage Show, don’t tell (Montrez, ne dites pas) s’applique aussi aux descriptions. Ainsi, selon Stephen King, il ne faut pas écrire « une vieille maison sinistre », mais plutôt montrer au lecteur pourquoi la demeure a l’air sordide. On montre ainsi une image percutante qui frappera le lecteur, et non une idée abstraite qui risque de ne lui faire ni chaud ni froid.

Exemple : La façade grise et délabrée se dressait dans la nuit. C’était une maison de style victorien, qui avait sans doute connu son heure de gloire. À présent, le grillage était rouillé et un volet claquait mollement sous la brise. Sans la lumière qui éclairait quelques fenêtres au rez-de-chaussée, on aurait pu croire la maison abandonnée.

À lire aussi : Les conseils d’écriture de Stephen King

4. Créer une dimension symbolique

Un lieu peut symboliser beaucoup de choses dans un roman : un thème fort du récit, une caractéristique du héros, sa destinée, la tension entre les personnages … et j’en passe. Cet effet miroir apporte de la profondeur à l’histoire. Notons qu’il n’est pas nécessaire d’être trop explicite : une dimension symbolique subtilement amenée joue sur l’inconscient du lecteur, pour intensifier la portée du récit sans qu’il s’en rende compte.

Exemple : Une odeur de plastique flottait dans la boutique. La nouvelle collection de sacs trônait sur le présentoir en plexiglas. La cliente rejeta sa chevelure en arrière et se dirigea vers lui d’une démarche chaloupée. Ses talons claquèrent sur le sol lisse qui brillait comme un miroir. Ses mèches peroxydées s’effaçaient sous la lumière crue des néons.

5. Choisir les détails pour inspirer un sentiment

Ce sont les détails qui donnent de la vie et de la crédibilité à une description de lieu. Il ne s’agit pas de dérouler un panorama froid en énumérant tous les détails d’un lieu, mais de sélectionner les plus percutants pour créer une atmosphère, pour inspirer un sentiment au lecteur.

Exemple : Quelques coquelicots s’épanouissaient dans le tapis d’herbes folles. Sous la lumière du printemps, les couleurs de la colline semblaient encore plus éclatantes que d’habitude. La jeune fille sourit en sentant le soleil caresser sa peau. Le bourdonnement d’une abeille la frôla. Au loin, les oliviers se dessinaient sur le ciel bleu, gardiens de ce lieu hors du temps.

Voilà, vous connaissez mes conseils pour rendre ses descriptions de lieux plus vivantes quand on écrit un roman !

À lire aussi : Utiliser les figures de style pour imager son roman

Vous pourriez aussi aimer

  • Gaelle le 27/04/2015 à 12 h 08 min

    C’est vrai que ce sont des moments importants qu’il ne faut pas rater. Trop de longueur apporte parfois un peu d’ennui. Je trouve ça chouette tes petits conseils, ça aiguille bien !

    • Charlotte le 29/04/2015 à 16 h 56 min

      🙂

  • Ortisse le 27/04/2015 à 20 h 04 min

    A chaque fois que je lis tes articles « how to » j’ai envie de sauter sur mon cahier et de me mettre à écrire! Je les adore!
    Un de mes romans favori Ripley Boggle exprime totalement ce que tu décris dans ta démonstration! Entre Londres et Ripley il y a vraiment un lien symbolique, on ressent la ville physiquement c’est glauque, ça pue! Bref, j’aime quand l’auteur nous permet de nous construire une image mentale de son univers.

    • Charlotte le 29/04/2015 à 16 h 58 min

      Merci je suis contente qu’ils te plaisent ! Tu me donnes envie de lire Ripley Bogle, ça m’intrigue ^^.

  • Camilleb le 01/05/2015 à 11 h 20 min

    Merci pour tes conseils!

    • Charlotte le 03/05/2015 à 18 h 48 min

      😉

  • Manu le 02/05/2015 à 12 h 53 min

    Excellent article, des bons conseils ! Et si un lieu est découvert/contemplé lors d’un récit à la première personne, on peut également utiliser le caractère/les particularités/les tics de langage du personnage pour conférer au paysage (comme au personnage, d’ailleurs) un aspect plus vraisemblable encore…

    A bientôt =)

    • Charlotte le 03/05/2015 à 18 h 49 min

      Merci Manu pour cette remarque judicieuse !

  • Lucie V le 13/05/2015 à 14 h 00 min

    J’adore ces conseils !
    Mes premières amours sont l’écriture et la poésie, et j’ai toujours l’espoir secret d’écrire un roman (je ne pense pas être la seule…).
    Je vais m’aventurer sur ton site pour tenter de raviver la flamme de l’écriture, qui disparaît dans les méandres des obligations et du quotidien…

    Bises.

    • Charlotte le 13/05/2015 à 16 h 40 min

      Bonjour Lucie, si mon blog peut t’aider à te remotiver j’en serais ravie 🙂 .

  • Charlotte Mortange le 23/05/2015 à 14 h 14 min

    Les descriptions, c’est mon point faible… Merci pour tes conseils judicieux ! 😀

    • Charlotte le 23/05/2015 à 16 h 26 min

      Ce n’est pas mon point fort non plus, c’est pour ça que j’y travaille 😉

  • Laura le 04/06/2015 à 22 h 42 min

    Un très bon article ! Merci pour ces conseils !

    • Charlotte le 19/06/2015 à 17 h 06 min

      Merci Laura, contente que mon article te plaise ^^

  • Sarah le 04/11/2015 à 13 h 53 min

    Wow je découvre ton blog et j’adore vraiment 🙂 Je viens de découvrir grâce à la une d’HC mais je reviendrais, c’est sûr.
    Ton univers, ta bannière, tes petits cadeaux et surtout tes conseils d’écriture! au top.
    Merci pour cet excellent article Charlotte qui me donne envie de m’y mettre et à bientôt 🙂
    Sarah

    • Charlotte le 06/11/2015 à 9 h 15 min

      Hello Sarah, merci beaucoup pour ton message ! Tu me motives à écrire de nouveaux articles sur l’écriture, c’est toujours un peu long à réaliser mais le sujet me passionne ^^.