Écriture

Comment écrire le résumé de votre roman ?

06/12/2019

Ah … le résumé ! Ce simple mot donne des sueurs froides à bon nombre d’auteurs 😱

Et pourtant, quand on vient d’écrire un roman, on n’y coupe pas. Si vous présentez votre manuscrit à un éditeur, on vous demandera de l’accompagner d’un résumé. Et si vous auto-éditez votre roman, il faudra en préparer un pour donner un avant-goût de votre histoire aux lecteurs.

C’est logique, d’ailleurs. Le résumé est nécessaire : c’est la carte de visite de votre œuvre. Il présente votre projet, et indique à votre destinataire s’il vaut la peine qu’il s’y attarde. Tout comme on ne saute pas dans un bain sans en avoir testé la température, on ne plonge pas tête baissée dans un roman inconnu … Alors, puisqu’il faut en passer par là, voyons comment écrire ce résumé pour qu’il serve d’écrin à votre histoire.

Je précise qu’on va parler du résumé type pitch, ou quatrième de couverture. C’est celui que vous pouvez fournir à un éditeur quand il vous demande une « présentation courte » ou un « résumé en quelques lignes » de votre manuscrit. Mais si la maison d’édition demande un « synopsis » ou un « résumé complet dévoilant la fin de l’intrigue », il s’agit d’un autre type de document, qui fera l’objet d’un prochain article.

Donc c’est parti, on va faire court !

1. Changez votre état d’esprit

Réfléchissons : pourquoi aime-t-on si peu résumer nos romans ?

Je vais vous donner mon ressenti à ce sujet …

Après avoir pris soin de bâtir une intrigue complexe, d’approfondir des personnages et de développer un univers sur des centaines de pages, voilà qu’on nous demande de résumer, compacter, pulvériser le tout en 10 lignes. Euh, comment dire ? Autant demander à un pâtissier, passionné de cake design, de mixer l’une de ses créations pour en faire un milk-shake.

Douloureux !

La solution que j’ai adoptée, pour ne pas grincer des dents pendant le résumé de mon dernier roman, c’est simplement de voir les choses sous un autre angle.

Je vous explique.

Abordez ce résumé comme une nouvelle aventure. Non, le pitch que vous êtes en train d’écrire n’est pas une version appauvrie de votre roman. Alors ne cherchez surtout pas à condenser toute votre histoire dans ce résumé. Voyez-le comme une accroche, un format plus marketing que littéraire, qui n’a pas pour but de transmettre toutes les subtilités de votre roman. Mais plutôt d’en refléter l’essence afin de susciter l’intérêt.

Prenez-vous au jeu et amusez-vous avec ce nouveau format qu’est le résumé. Considérez-le comme un jeu d’écriture. Détachez-vous de votre roman pour un temps et imaginez que vous êtes une tierce personne, à qui l’on a demandé de présenter votre histoire sous un angle accrocheur … sans faire de fausses promesses, bien entendu.

2. Inspirez-vous des résumés de livres publiés

Pour apprivoiser la bête, partez l’observer dans son habitat naturel. C’est à dire dans les librairies, sur les rayonnages des bibliothèques et sur les pages web des catalogues d’éditeurs.

Pour vous faire une idée de ce qu’est un bon pitch, rien de mieux que d’étudier ceux de la quatrième de couverture des livres publiés. Ces résumés ont été conçus par des professionnels pour accrocher le lecteur et lui donner envie de lire le roman. Ils sont une parfaite source d’inspiration et d’enseignement ! Étudiez tout particulièrement les résumés du même genre littéraire que votre roman.

Imprégnez-vous de ce format court et de ses codes. Quelle est la structure de ces résumés ? Quels éléments mettent-ils en avant ? Quels leviers utilisent-ils pour attiser la curiosité ?

Il ne s’agit pas de copier, bien sûr. Mais cette étape vous aidera à dédramatiser l’exercice, tout en vous donnant des pistes pour structurer votre propre résumé.

3. Déterminez les points à aborder dans votre résumé

Passons aux choses sérieuses : votre résumé à vous.

Prenez un papier et notez les points clés de votre roman. Ceux à indiquer au lecteur pour qu’il perçoive le genre littéraire de votre récit, qu’il le situe dans un cadre spatio-temporel, qu’il commence à s’intéresser à vos personnages ou qu’il voie si votre thème lui parle.

– Qui sont vos personnages principaux ?
– Quand et où se déroule votre histoire ?
– Quel est l’élément déclencheur de votre intrigue ?
– Quels sont les enjeux de vos personnages ?
– Quel est le message de votre roman ?

Votre résumé ne devra pas forcément évoquer tous ces points, mais mieux vaut les avoir sous les yeux pour garder une vision d’ensemble des possibilités qui s’offrent à vous.

Maintenant, le plus important : déterminez ce qui rend votre histoire UNIQUE pour axer votre résumé sur ce qui fait la particularité de votre roman. Sur ce « truc en plus » qui constitue la force et l’originalité de votre récit.

Regardez ces premières phrases de résumés de livres publiés :

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers » (Les fiancés de l’hiver, Christelle Dabos)
Le style atypique de l’héroïne est mis en avant dès l’amorce du résumé.

« On les a élues Boudins de l’année sur Facebook » (Les Petites Reines, Clémentine Beauvais)
Le début du résumé annonce le thème du livre : le harcèlement scolaire.

Dès les premiers mots, ces pitchs mettent en avant les particularités qui font (entre autres) l’identité de ces livres. Et vous, quelles singularités, propres à votre roman, voulez-vous souligner dans son résumé ?

4. Commencez votre résumé par un Tagline pitch

Une fois que vous avez cerné ce qui rend votre roman unique, pourquoi ne pas l’exprimer avec un Tagline pitch ?

Cette expression barbare désigne un slogan en une phrase, intriguant et percutant, qui sert d’accroche à votre roman. Le Tagline pitch est idéal pour évoquer une ambiance ou un concept choc en une seconde. À la base, on le rencontrait surtout sur les affiches de films, mais on le voit de plus en plus sur les couvertures de romans, ou au début des résumés de quatrième de couverture. Les romans young adult en sont particulièrement friands : rien de mieux pour capter l’attention du jeune lecteur.

Quelques exemples :

« Il est trop tard pour regretter » (Phobos, Victor Dixen)

« Si l’amour s’exprime avec des fleurs, la vérité exige des épines » (Le chant des ronces, Leigh Bardugo)

« Un jeu imposé, 24 candidats. Seul le gagnant survivra ! » (Hunger Games, Susan Collins)


Le Tagline pitch, c’est un condensé d’accroche, la quintessence de votre résumé. Il doit sonner juste, interpeller la curiosité et refléter votre roman (ou du moins l’une de ses facettes). Si vous réussissez à concevoir un bon Tagline pitch, ne vous privez pas de cet outil redoutable !

5. Contrôlez ce que vous révélez de votre roman

Savez-vous quels sont les résumés que je déteste ?

Ceux qui en disent trop sur l’histoire !

Vous l’avez sans doute déjà vécu. Ce moment où vous retournez un livre qui vous intéresse pour parcourir la quatrième de couverture, et où vous réalisez avec stupéfaction que vous êtes en train de lire les 3/4 de l’intrigue … Problème : si le lecteur sait déjà ce qui va se passer pendant la première moitié du récit, il aura peur de s’ennuyer en le lisant, et délaissera votre roman.

Le pitch de votre histoire n’est pas un synopsis (lui, il vise à démontrer l’articulation de l’intrigue) ni un résumé scolaire (vous savez, celui que les enfants rendent à la prof de français pour lui prouver qu’ils ont lu un livre en entier).

Votre résumé type quatrième de couverture doit en dire juste assez pour donner envie au lecteur de lire votre roman. Il peut esquisser certains jalons de l’intrigue, évoquer les épreuves traversées par les personnages, dévoiler des éléments de tension. Et surtout transmettre le suspens de l’histoire. Bref, le résumé peut donner au lecteur un avant-goût de ce qui va suivre … du moment qu’il le laisse sur sa faim.

6. Respectez les règles d’un bon résumé

Dans un format aussi court qu’un résumé, chaque mot compte. D’autant plus quand on sait que ce petit bout de texte a le pouvoir de convaincre le lecteur de lire votre roman. Soignez-le comme il se doit.

– Les fautes d’orthographe et de grammaire sont à bannir. Passez votre texte au peigne fin en vous attardant sur chaque mot. Utilisez un logiciel de correction (Antidote est performant mais cher, le correcteur de Microsoft Word est une bonne alternative). Puis demandez à un proche maîtrisant l’orthographe de vous relire.

– N’écrivez pas de résumé trop long : on dit qu’il faut éviter de dépasser 150 ou 200 mots. Fuyez les interminables phrases descriptives, les mots inutiles, les fioritures : soyez concis et impactant.

– Indépendamment du point de vue ou du temps employés dans votre roman, privilégiez le présent, le point de vue externe et la troisième personne du singulier pour rédiger votre résumé.

– Votre résumé doit implicitement exprimer le genre littéraire de votre roman. Mieux vaut aussi respecter le ton du récit, et, dans l’idéal, amener les émotions que le livre fera ressentir au lecteur.

– Tagline Pitch ou pas, la première phrase est décisive, ciselez-la comme un bijou.

– La dernière phrase est essentielle aussi. Faites en sorte que votre résumé ne retombe pas comme un soufflet à cause d’une fin trop plate. Vous pouvez par exemple finir sur un élément de suspens, de mystère ou de mise en danger des personnages. Il est possible de souligner la tension grâce à la ponctuation : des points de suspension ou un point d’interrogation ont parfois plus de résonance qu’un simple point.

Petite étude de cas

Vous savez que, quand je vous parle d’écriture, j’aime bien fouiner dans ma bibliothèque pour m’appuyer sur des exemples concrets. C’est ainsi que je suis tombée sur Six of Crows (Leigh Bardugo), dont j’ai trouvé le résumé plutôt classique et représentatif. Je vous retranscris le résumé en italique et j’ajoute mes commentaires en mauve.


Six hors-la-loi, une quête impossible.
Voilà un Tagline pitch court et efficace.
Les bas-fonds de Ketterdam s’organisent en gangs rivaux.
On commence par une évocation vague du cadre et de l’univers du roman.
L’homme le plus ambitieux et le plus jeune de la pègre est Kaz Brekker : aussi brillant que mystérieux, aussi charismatique que dangereux, et surtout, connu pour être un voleur hors pair.
S’ensuit une présentation du personnage principal. Notons que le roman alterne entre le point de vue de six personnages. Mais, pour ne pas se disperser et perdre en impact, le résumé ne parle que de Kaz. Comme je le disais plus haut, écrire un pitch, ce n’est pas condenser tout un roman en quelques lignes : c’est faire des choix pour révéler une facette accrocheuse.
Prêt à tout pour de l’argent, il accepte la mission du riche marchand Van Eck : délivrer un savant du palais de Glace, réputé imprenable.
L’enjeu du personnage est annoncé (l’argent), les jalons de l’intrigue esquissés (délivrer le savant du palais), et les difficultés à venir évoquées (la forteresse est réputée imprenable). Bref, on entrevoit le type d’histoire dont il s’agit, mais sans en apprendre trop.
Ce prisonnier est l’inventeur du jurda parem, une drogue multipliant sans limite les pouvoirs surnaturels de la caste des magiciens : les Grishas.
Le genre littéraire du livre (fantasy) est indiqué par la mention des magiciens.
Une drogue qui, tombée dans les mauvaises mains, risque d’engendrer un chaos irréversible.
Le résumé se termine sur une idée de danger qui amorce le suspens.

Bien sûr, ce résumé n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Il n’y a pas de règles absolues ni de gabarit à suivre pour écrire un bon résumé : l’essentiel est d’adapter le vôtre au ton et à l’univers du roman que vous avez écrit.

Jetez un œil à cet autre résumé, sur la quatrième de couverture du roman Nous les menteurs (E. Lockhart). Je le trouve particulièrement représentatif du récit qu’il évoque.

Une famille belle et distinguée. L’été. Une île privée. Le grand amour. Une ado brisée. Quatre adolescents à l’amitié indéfectible, les Menteurs.
Le style fragmenté de ce résumé interpelle. Il nous envoie un signal : le roman en question sort des sentiers battus. Ses phrases hachées restituent le rythme haletant du récit. Le manque d’informations précises traduit un certain flou, un malaise qui vous colle d’ailleurs à la peau pendant toute la lecture du livre. Ce résumé présente certes quelques points d’ancrage (le genre littéraire, le cadre, la temporalité et le personnage principal sont vaguement évoqués) mais il insiste surtout sur le mystère du livre et sur son ton déroutant, qui sont ses particularités.

Vous voyez ? Deux résumés très différents et pourtant efficaces.

Le plan d’action pour écrire votre résumé

Maintenant qu’on a vu ce qui faisait la force d’un bon résumé, il est temps de s’y mettre 🙂

Récapitulons, voici les grandes étapes :

1. Accueillez ce travail d’un œil positif : n’essayez pas de « compacter » votre roman en 10 lignes, considérez plutôt ce résumé comme un nouveau format, comme un jeu d’écriture.
2. Jetez un coup d’œil aux résumés des livres publiés dans votre genre littéraire pour vous familiariser avec l’exercice.
3. Listez les points à indiquer dans votre résumé, les éléments de tension à esquisser sans trop en dire, et surtout, identifiez ce qui rend votre roman unique.
4. Écrivez votre résumé en soulignant cette singularité.
5. Fignolez ce pitch pour qu’il présente votre roman sous son meilleur jour : vérifiez l’orthographe, affutez votre texte, traquez les lourdeurs, bichonnez la première et la dernière phrase.

C’est parti les amis !

Vous pourriez aussi aimer