Écriture

Comment écrire une nouvelle ?

20/07/2020

Écrire une nouvelle est un exercice qui attire de nombreux auteurs 😊

Qu’ils souhaitent participer à un concours ou simplement se frotter à ce type de récit particulier, les écrivains font souvent leurs premiers pas grâce à la nouvelle.

Et c’est judicieux car ce format court (de 150 mots à 15 000 environ) est à la fois plus facile et rapide à écrire qu’un roman. Les nouvelles présentent également l’avantage de s’adapter à n’importe quel genre littéraire comme le contemporain, le fantastique ou le policier (et bien d’autres).

Mais la nouvelle est aussi un exercice de style à part, avec ses codes bien à lui. Il ne s’agit pas d’un mini roman ! Les nouvelles possèdent leur vibration propre : le rythme y est particulier, le récit densifié et la chute primordiale.

Autant de spécificités que je vais décortiquer pour vous aider à écrire une nouvelle dans les règles de l’art.

Dans cet article je vous propose un plan d’action 100% nouvelle, allant de la préparation du texte à la correction, en passant par la rédaction à proprement parler.

Mais avant d’entrer dans le détail, on va réfléchir à une petite question :

Pourquoi écrire une nouvelle ?

Il existe tout un tas de bonnes raisons de vous lancer dans l’écriture d’une nouvelle. Quel que soit votre rapport à l’écriture et votre niveau, expérimenter ce format court ne peut vous être que bénéfique !

Pour vous entraîner

Vous rêvez d’écrire mais ne savez pas comment vous y prendre ? Une bonne option serait de faire vos premiers pas en écrivant un récit court.

Après tout, un pâtissier débutant ne commence pas son apprentissage par une pièce montée … il s’exercera d’abord avec une tarte aux pommes, puis augmentera progressivement le niveau de difficulté avant de s’attaquer à des desserts plus complexes.

C’est la même chose pour un auteur en herbe !

La nouvelle est plus facile à aborder qu’un roman. Grâce à elle, vous pourrez apprendre à manier les points clés d’une histoire réussie (intrigue, personnages, univers) mais dans une version plus accessible.

Pour gagner en confiance

Si la perspective de venir à bout d’un roman vous intimide, écrire une nouvelle vous permettra de passer outre ce blocage.

Ecrire un récit de dix pages ne prend pas beaucoup de temps, vous risquez donc moins la démotivation qui est l’une des causes principales d’abandon de roman.

Se prouver qu’on est capable d’écrire un texte abouti de A à Z, même s’il est court, permet de gagner en confiance pour s’attaquer ensuite à un projet d’envergure. Vous vous sentirez fier de vous, prêt à passer à l’étape supérieure !

Bref : la nouvelle est la carte à jouer pour ceux qui voudraient écrire, mais ne se lancent pas parce qu’ils ne s’en croient pas capables.

À lire aussi : Écrire un roman : passer du rêve à l’action

Pour trouver une idée

Si vous faites partie des aspirants auteurs qui ne passent pas à l’action faute de bonne idée, jetez un coup d’œil aux concours de nouvelles avec thème imposé.

Cela peut paraître étrange, car on a tendance à opposer les notions de contrainte et de créativité … Mais la réalité est plus subtile que ça.

Un thème imposé peut en effet être une bonne option si vous avez tendance à papillonner d’une idée à l’autre sans parvenir à vous fixer. C’est un garde-fou qui vous permettra de vous cadrer, de passer enfin à l’action.

D’autant plus qu’il y a tellement de manières différentes de parler d’un même sujet, que vous pouvez vous approprier à peu près n’importe quel thème …

Pour tout vous dire, j’adore écrire sur un sujet donné. Je trouve super intéressant de réfléchir à un thème auquel je n’aurais pas pensé toute seule, d’y apporter ma patte et ma vision personnelle.

Pour gagner un peu d’argent

Voilà une notion qui va en surprendre plus d’un ^^. Et pourtant, il est vraiment possible de gagner quelques euros en écrivant des nouvelles.

Certains me diront qu’il est très difficile de trouver un éditeur pour faire publier un récit court, et ils auront raison !

En revanche, les concours de nouvelles pullulent.

Il y a quelques années, j’ai participé au concours de la « nouvelle en mille mots » organisé par la ville de province où je vivais. J’ai gagné 150 € et le premier prix, lui, a empoché 400 € …

Et, si la rémunération ne se fait pas en espèces sonnantes et trébuchantes, pensez à ce qu’un concours de nouvelles pourrait vous apporter d’autre, si vous remportez l’un des prix : publication, cadeaux, visibilité, etc.

Pour tester votre roman

Si vous avez déjà écrit un roman (ou si vous en avez le projet), produire une ou plusieurs nouvelles gravitant autour de ce récit peut se révéler passionnant.

Vous écrivez de la fantasy ? Pourquoi ne pas rédiger une nouvelle, différente de l’intrigue de votre roman, mais qui se déroule dans le même monde ? C’est une bonne manière de tester votre univers ou de le prolonger.

Autre idée intéressante : écrire une nouvelle qui dévoile un pan d’existence de l’un de vos personnages secondaires. Ce court récit sera l’occasion d’avoir un point de vue plus approfondi sur un personnage habituellement en retrait.

Pour le plaisir d’écrire une nouvelle

Et enfin, terminons par le point le plus important : parce que les nouvelles valent le coup d’être écrites et lues.

Certes, rien n’égale un bon roman pour s’immerger profondément dans un univers et s’attacher à des personnages. Mais, quand elle est bien faite, la nouvelle apporte autre chose. Et pas seulement parce qu’elle se lit rapidement dans le train !

Ce format particulier possède sa tonalité propre. Une bonne nouvelle ressemble à une claque : intense et saisissante, elle peut marquer à vie celui qui la lit.

Un récit court est un exercice de style où tout se joue sur le rythme et l’attente. Même si vous préférez les romans, écrire une nouvelle de temps en temps affûtera votre plume en l’exerçant sur un type de récit différent.

Comment écrire une nouvelle ?

Entrons dans le vif du sujet !

Comme tout projet d’écriture, une nouvelle commence par une phase de préparation. Celle-ci consiste en une petite réflexion autour du projet, suivie de prises de notes et de quelques recherches, si nécessaire.

Pas besoin d’y passer des jours et des jours : adaptez votre temps de préparation à la longueur de votre nouvelle.

Préparer le terrain

Définir son intention

Commencez par vous poser, avec un bon café, pour réfléchir au sens de ce projet. Demandez-vous ce que vous avez envie de faire avec cette nouvelle. Voici quelques exemples d’intentions qui conviennent bien à ce format court :

  • Décrire une tranche de vie
  • Explorer une atmosphère
  • Dresser le portrait d’un personnage
  • Éclairer la relation entre deux êtres
  • Inspirer un sentiment
  • Illustrer un thème
  • Construire une mini intrigue

✍️ Comme l’illustrateur qui fait un croquis avant de dessiner, définir votre intention avant d’écrire vous permettra de garder le cap, de savoir dans quelle direction vous diriger pour ne pas vous éparpiller.

Choisir son thème

LE CAS DU RÉCIT LIBRE

Un thème vous tient particulièrement à cœur ? La justice, l’intelligence artificielle, la reconstruction de soi après une séparation … Les thèmes que vous pouvez aborder ne manquent pas, et dépendent de vos aspirations personnelles.

Ce qui est bien avec les nouvelles, c’est qu’on peut en écrire plusieurs rapidement … donc pas besoin d’hésiter indéfiniment entre deux thèmes. Choisissez-en un, vous vous consacrerez à l’autre ensuite !

Construisez votre nouvelle comme la métaphore de ce thème, en y exprimant votre vision personnelle des choses.

Si vous n’avez pas envie de partir d’un thème mais, par exemple, de construire une petite intrigue policière, il peut être intéressant de faire apparaître un thème en arrière-plan. Il apportera de la richesse et de la profondeur à votre récit.

LE CAS DU CONCOURS DE NOUVELLES

Si vous participez à un concours de nouvelles, le choix du thème sera facile puisqu’il vous sera sans doute imposé.

Je me suis amusée à faire un tour sur le site Envie d’écrire, qui propose ici une liste de concours de nouvelles provenant de la France entière. L’un d’entre eux nous demande d’écrire un texte sur le thème « mutations », un autre à partir du mot « inavouable », tandis qu’un dernier s’intéresse à « la vie au travail ». Voyez comme la variété de thèmes est infinie …

✍️ Si vous participez à ce type de concours à thème, demandez-vous ce que ce sujet précis fait résonner en vous, et comment vous pourriez le développer à votre sauce, dans le genre littéraire qui vous tente (pourquoi ne pas en essayer un nouveau, d’ailleurs ?)

Faire le plan de sa nouvelle

Chez les auteurs, la question du plan fait débat : certains détestent planifier, tandis que d’autres ne peuvent rien écrire sans avoir construit au préalable une structure solide (🙋‍ *moi*).

Bien sûr, planifier ou non son récit reste un choix personnel … mais, dans le cas de la nouvelle, il est quand même recommandé de bâtir un petit plan !

Pourquoi ? Parce que la structure du récit doit être d’autant plus impeccable que le texte est court. Comme on le verra plus loin, l’impact d’une nouvelle se joue sur un rythme bien géré et une chute saisissante. Et c’est grâce à un plan efficace que l’on y parvient.

✍️ Évitez de vous calquer sur la structure basique du roman (situation initiale, incident déclencheur, etc.) : elle n’est pas vraiment adaptée aux spécificités de la nouvelle. Par contre, définissez le début et la fin de votre récit, ainsi que les rebondissements qui mènent de l’un à l’autre.

Approfondir un point précis

Selon le genre de votre nouvelle, vous pouvez préparer l’écriture en approfondissant un point précis, par exemple :

  • Si vous écrivez une nouvelle historique, faites quelques recherches sur la période concernée. Cela vous permettra de rédiger un texte crédible et juste (idem si vous écrivez sur un pays lointain : renseignez-vous un peu sur sa culture).
  • Votre nouvelle dresse le portrait d’un personnage, ou évoque une tranche de vie ? Remplir une fiche personnage qui détaille sa vie, son passé et sa psychologie permettra de lui donner de l’épaisseur.
  • Enfin, si vous écrivez de la science-fiction, rien ne vous empêche de faire deux ou trois recherches de nature scientifique pour vérifier que vos développements tiennent la route.

✍️ L’idéal est d’adapter le volume de vos recherches à la taille de votre nouvelle. N’allez pas décortiquer un manuel sur les peintres de la Renaissance italienne pour écrire une nouvelle de 3 pages …

Maintenant que votre projet est mûr à point, passons aux choses sérieuses : la rédaction à proprement parler !

Rédiger sa nouvelle

L’écriture d’une nouvelle a ses particularités et nécessite de s’attarder sur des points spécifiques.

Ce qu’il faut surtout garder en tête, c’est que tout y est exacerbé : on soignera d’autant plus la structure, le rythme et la musicalité du texte que le format est court. Quand il y a peu de mots, chaque mot compte …

Condenser & densifier

Je ne vous apprendrais rien en vous disant que lorsqu’on écrit ce type de récit, il faut faire court. Profitez donc du peu de mots dont vous disposez pour vous concentrer sur l’essentiel. Ce qui signifie aussi éliminer le superflu.

Eh oui : pour condenser la substantifique moelle de votre texte, il va falloir faire l’impasse sur tous les petits éléments qui étoffent habituellement un roman.

Dans votre nouvelle, vous devez tout densifier et notamment :

LES PERSONNAGES

Ah, la saga en 15 tomes de George R.R. Martin et ses dizaines de personnages ! Vous vous en doutez : c’est l’effet inverse qu’il faut viser dans votre nouvelle. Évitez les figurants. Ne faites apparaître que les personnages nécessaires à la bonne marche de votre récit.

Profitez-en pour mettre l’accent sur le héros de votre histoire ! Condenser, c’est réduire en nombre mais aussi intensifier ce que l’on conserve.

L’UNIVERS

À moins que votre histoire se déroule dans un univers particulier que vous souhaitez mettre en avant, restez modéré concernant la description du contexte. Quelques mots pour planter le décor suffisent : une nouvelle n’est pas le récit le plus propice aux grandes envolées descriptives.

L’INTRIGUE

Oubliez les sous-intrigues et autres ramifications narratives. Quand on écrit une nouvelle, il faut se concentrer sur une seule unité d’intrigue et la travailler à fond pour la rendre percutante.

LE PROPOS

Dans une nouvelle, chaque phrase doit être pesée : vous n’avez pas de place à perdre avec des digressions. Allez à l’essentiel ! Adoptez un style plus incisif que dans un roman. Épurez votre plume pour conserver un propos dense : dans l’idéal on ne devrait pas pouvoir enlever un seul mot à votre récit.

L’ÉMOTION

Ce n’est pas parce qu’un récit est court qu’il faut faire l’impasse sur l’émotion … bien au contraire. Les meilleures nouvelles sont celles qui nous touchent profondément et nous prennent aux tripes. Ce sont aussi celles dont on se souvient le plus !

Certaines nouvelles d’Anna Gavalda (notamment issues de son recueil Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part) m’ont tellement marquée que je me rappelle encore, dix ans après, des émotions ressenties pendant la lecture.

✍️ Injectez de l’émotion à votre nouvelle en mettant en scène les ressentis de vos personnages. Exprimez leurs sensations physiques pour décrire au plus juste leurs émotions. Évoquez des situations dans lesquelles le lecteur pourra se reconnaître pour susciter son empathie …

Bref, densifiez l’émotion de votre texte pour le rendre poignant !

Démarrer sur les chapeaux de roues

Le démarrage fait partie des étapes primordiales dans une nouvelle : il faut le bichonner et choisir ses premiers mots avec soin.

Contrairement au début d’un roman, dans une nouvelle, on ne prend pas le temps de mettre en place une situation initiale, d’introduire les personnages ou de planter le décor sur tout un chapitre.

Mieux vaut commencer par un début choc qui va intriguer le lecteur et le plonger d’emblée dans la dynamique du récit. Comme dans la première phrase de la nouvelle Herbert West Réanimateur de Lovecraft :

« De Herbert West, qui fut mon ami à l’université comme à la ville, je ne puis parler sans une irrépressible terreur ».

Poursuivre sur un bon rythme

Une fois votre récit lancé, continuez sur votre impulsion en suivant le plan que vous avez établi lors de la phase de préparation.

Veillez à maintenir un bon rythme : c’est d’autant plus important dans un récit court et percutant.

Comment faire ?

Variez l’intensité des scènes. Alternez les événements positifs et négatifs. Faites palpiter le cœur de votre lecteur, puis laissez-le souffler avant de repartir de plus belle. Bref, travaillez le rythme de votre récit de manière à maintenir votre lecteur en haleine du début à la fin.

N’oubliez pas que dans une nouvelle, il faut jouer avec la fulgurance : on est souvent dans une montée vers une fin choc, dans un mouvement qui nous entraîne vers la chute … Ce qui nous amène au point suivant !

Terminer par une chute digne de ce nom

Si on pouvait résumer la force d’une nouvelle réussie en un mot, ce serait sans doute celui-ci : la chute. Mais au fait, qu’est-ce qu’une chute ?

Textuellement, c’est une fin qui laisse le lecteur avec une sensation de vertige.

Plus largement, on pourrait opposer une bonne chute à une fin plate.

La chute parfaite clôt le récit d’une manière judicieuse, qui va à la fois surprendre le lecteur et satisfaire son esprit logique. Soit elle frappe, soit elle donne tout son sens – ou un autre sens – à l’histoire, par une révélation ou un retournement de situation qui éclaire le récit d’une lumière nouvelle.

Quel que soit le genre littéraire qu’explore votre nouvelle, essayez de faire ressentir une émotion au lecteur avec votre chute. Cela peut être l’effroi comme dans Le Horla de Maupassant, mais aussi la stupeur, la tendresse, la tristesse, le soulagement ou même l’amusement. À vous de voir !

✍️ Étant donné l’importance de la chute dans une nouvelle, vous pouvez imaginer cette fin dès le départ, et écrire le reste de votre intrigue pour mener habilement jusqu’à elle.

À  lire aussi : Écrire un roman prenant grâce au cliffhanger

Peaufiner son récit

Vous avez fini le premier jet de votre nouvelle ? Félicitations 😊. Mais le travail n’est pas tout à fait terminé : comme pour un roman, il va falloir réécrire votre texte afin de l’améliorer. À la manière du tailleur qui cisèle une pierre brute pour en faire un diamant, une nouvelle doit être façonnée pour révéler tout son potentiel.

Accentuer la symbolique

En relisant votre texte, prêtez attention aux éléments symboliques qui s’y cachent peut-être. Si vous en trouvez, retravaillez votre récit en soulignant cette symbolique. C’est l’occasion de rendre votre nouvelle encore plus puissante et aboutie !

Dans son livre Écriture, Mémoires d’un métier, Stephen King nous confie qu’en relisant son premier jet de Carrie, il a réalisé que le sang tenait une place importante dans son texte. Dans sa deuxième version, il a donc souligné ce symbole. L’auteur américain ajoute :

« Le symbolisme peut aider à créer un texte plus unifié, plus agréable. Je crois que, lorsqu’on relit son manuscrit, on voit s’il comporte un potentiel symbolique. Il faut y aller. Le mettre en valeur. Ce serait trop bête de ne pas en profiter. »

Ce conseil concerne aussi bien les romans que les nouvelles 😉

Polir son texte

Une fois que le fond de votre récit vous convient, penchez-vous sur la forme. Votre correction doit être d’autant plus minutieuse que la nouvelle est un format court.

  • Traquez les répétitions et les lourdeurs. Taillez, coupez, soyez sans pitié ! Supprimez ce passage inutile, dynamisez ces lignes trop molles, reformulez cette scène maladroite …
  • Veillez à maintenir une harmonie de rythme entre vos phrases, notamment faisant alterner phrases courtes et longues. Vérifiez la musicalité de votre texte en le relisant à voix haute.
  • Passez votre nouvelle au peigne fin pour éradiquer les éventuelles fautes, coquilles et erreurs de syntaxe.

Inclure sa nouvelle dans un recueil

Si l’expérience de la nouvelle vous plait, pourquoi ne pas en écrire plusieurs afin de constituer un recueil ? Ce concept permet de présenter un ouvrage plus conséquent et abouti qu’un simple texte.

Attention cependant : un recueil de nouvelles ne consiste pas en un assemblage de récits disparates, sans rapport les uns avec les autres … Il doit s’agir d’un ensemble cohérent. Tout l’intérêt d’un recueil de nouvelles réside dans le fil rouge qui relie les différents textes entre eux : c’est lui qui va donner le ton de l’ouvrage et définir son identité.

Le recueil d’Anna Gavalda Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part explore les états d’âme du quotidien de personnages auxquels le lecteur peut facilement s’identifier. C’est un ouvrage humain et émouvant.

Dans un genre complètement différent, Le chant des ronces de Leigh Bardugo propose six réécritures de contes. Les personnages diffèrent d’une nouvelle à l’autre, mais les récits se déroulent dans le même univers fantastique, avec la même atmosphère à la fois sombre et féerique. Et ils sont tous porteurs du message doux-amer revendiqué par la punchline du livre : « Si l’amour s’exprime avec des fleurs, la vérité exige des épines ».

La lecture d’un recueil de ce type propose une expérience unique au lecteur : ses nouvelles se rejoignent dans une continuité thématique, elles partagent une même vibration et dégagent une forte impression d’unité.

C’est là tout le génie d’un recueil de nouvelles bien composé !

FICHE MÉMO

Je vous ai préparé une fiche mémo récapitulant les points évoqués dans cet article pour écrire une bonne nouvelle.

Téléchargez ce mémo et gardez-le sous le coude pendant la rédaction de votre nouvelle 😊

Téléchargez la fiche gratuitement en renseignant votre prénom et votre e-mail dans l’encadré ci-dessous. Il vous inscrira à ma newsletter (pour être tenu au courant une fois par semaine du nouvel article « conseils d’écriture » publié sur mon blog).

Vous recevrez aussitôt le lien de téléchargement de la fiche par e-mail.

FICHE MEMO
ECRIRE UNE NOUVELLE
Entrez votre prénom et votre e-mail pour vous inscrire à ma newsletter et recevoir gratuitement la Fiche Mémo Nouvelle
  Vos informations ne seront jamais divulguées à une tierce personne

Vous pourriez aussi aimer

4 Commentaires

  • Répondre Sandra le 21/07/2020 à 8 h 03 min

    Super article comme d’habitude !
    J’ai déjà pensé à écrire des nouvelles gravitant autour du roman que j’écris, cependant je trouve que l’écriture d’une nouvelle est un bon exercice pour améliorer son écriture mais je pense vraiment que la démarche est très différente de celle de l’écriture roman.
    Ce n’est pas le même format, pas les mêmes attentes mais pour S’entraîner et perfectionner sa technique, ce doit être un bon exercice c’est sur !
    Et puis ça peut vraiment étoffer un univers déjà existant si la ou les nouvelles gravitent autour d’un roman principal 😀

    • Répondre Charlotte le 21/07/2020 à 9 h 30 min

      Merci 😊

      Oui c’est vrai, les nouvelles ont vraiment leurs spécificités par rapport au roman, ce n’est pas la même expérience d’écriture ni de lecture … D’où l’intérêt de comprendre en quoi ce format est différent ! Mais les nouvelles restent un premier pas intéressant vers le roman, car le format est moins intimidant et, comme tu dis, permet de s’entraîner 😉

  • Répondre Enirtourenef le 29/07/2020 à 13 h 20 min

    Je débarque sur ton joli blog au hasard d’une recherche google (je cherchais à retrouver le nom d’un autre blog, en fait xD) et je suis d’autant plus intéressée par cet article que je suis ABSOLUMENT infoutue d’écrire une nouvelle. D’ailleurs, comme je l’expliquais dans mon dernier article, celle que j’ai écrite récemment pour un appel à texte à plus la tronche d’un conte. Mais c’est aussi que je ne lis pas de nouvelles et je trouve qu’il est difficile d’écrire ce que l’on ne lit pas.

    Je ne connaissais pas le site Envie d’écrire ! Je vais chercher sur Épopée fictive, qui recense les appels à textes de l’imaginaire 🙂

    • Répondre Charlotte le 31/07/2020 à 9 h 20 min

      Tu as tout à fait raison quand tu dis qu’on peut difficilement écrire ce qu’on ne lit pas, perso je ne pourrais pas écrire de romance ou de policier par exemple 😊. Je ne connaissais pas Épopée fictive, merci pour le tuyau !

    Laisser un commentaire