Écriture

Comment entretenir le suspens dans son roman ?

21/03/2016
Comment entretenir le suspens dans son roman

Le suspens est une composante essentielle de nombreux romans. Se définissant comme un état « d’incertitude, d’appréhension et d’attente angoissée », c’est le suspens qui nous fait tourner les pages avec empressement, nous donne envie de nous ruer sur notre roman en cours de lecture dès que l’occasion se présente, ou même de passer une nuit blanche pour savoir enfin comment l’histoire va se finir.

Autant dire qu’injecter du suspens dans son roman est l’une des manières les plus efficaces de rendre son intrigue addictive et d’accrocher l’attention du lecteur.

Alors comment faire pour susciter ce précieux sentiment d’attente dans votre récit ?

Voici quelques astuces d’écriture 100% suspens !

1. Donner un but à son héros pour créer du suspens

Fixer un objectif à son personnage principal est une base pour créer du suspens, qu’il s’agisse de rester en vie ou de poursuivre une quête. Va-t-il y parvenir ? C’est en partie pour le savoir que le lecteur ira jusqu’au bout du roman. Mieux vaut mettre ce but en évidence rapidement, pour introduire du suspens dès le début de votre histoire. Pensez aussi à développer les enjeux du but à atteindre : dans Le Seigneur des Anneaux de Tolkien, on souhaite d’autant plus que Frodon détruise l’anneau que l’avenir du monde entier en dépend !

2. Mettre ses personnages en danger

Faire souffrir ses personnages et les confronter aux pires difficultés est un bon moyen de tenir le lecteur en haleine, et donc de créer du suspens dans votre roman. Le lecteur aura envie de lire la suite pour savoir si les personnages auxquels il s’est attaché vont s’en sortir, et par quels moyens. George R.R Martin est tellement enclin à tuer les personnages du Trône de Fer qu’on ne sait jamais qui peut vivre ou mourir à la page suivante. On tremble pour les héros et on poursuit la lecture afin de découvrir ce qui va leur arriver …

Craindre pour la survie d’un héros n’est possible que si l’on s’est attaché, voir identifié à lui. D’où l’intérêt de travailler ses personnages quand on écrit un roman, afin que le lecteur s’engage émotionnellement dans le récit. Pour vous aider à créer des personnages attachants, vous pouvez consulter mon article : 7 façons d’exprimer les émotions de vos personnages

3. Jouer sur le temps et l’urgence

Voici un autre ressort narratif idéal pour générer du suspens : créer un compte à rebours. La nécessité d’atteindre un objectif en un temps limité peut être un fort vecteur de tension : le temps devient alors un obstacle inhumain et inflexible qui rend l’action palpitante. Dans Harry Potter et Le Prisonnier d’Azkaban de J.K. Rowling, Hermione utilise le retourneur de temps pour tenter de rattraper une situation catastrophique. Nos héros ne disposent que de trois heures pour changer le cours des choses, et l’action n’en est que plus palpitante !

À lire : Les conseils d’écriture de J.K. Rowling

4. Distiller des mystères dans le récit

Quand on écrit un roman, soulever des questions et laisser planer un mystère attise le suspens, cela titille la curiosité du lecteur, qui aura envie d’en savoir plus. On peut donc glisser ça-et-là des indices suggérant que quelque chose se trame sans donner la réponse trop vite. Dans Les Fiancés de l’Hiver de Christelle Dabos, l’énigme des livres des Esprits de Famille se superpose à l’intrigue par petites touches, avant de la rejoindre dans le tome suivant, puis de révéler tous ses mystères dans le tome final !

5. Introduire une nouvelle problématique avant d’en résoudre une autre

C’est la ficelle basique des séries tv pour garantir un flux continu de suspens, mais on peut aussi l’appliquer aux romans. Avant qu’une énigme soit résolue, on en lance une autre pour maintenir la curiosité et le climat de tension. Dans le cas d’une structure chorale où l’on suit plusieurs personnages, on peut aussi tirer un héros d’affaire seulement quand un autre se retrouve mis en danger.

Faire se succéder les sous-intrigues autour du même fil conducteur est notamment l’apanage des sagas littéraires en plusieurs tomes comme L’assassin Royal de Robin Hobb, où l’on suit les aventures de Fitz sur plusieurs décennies.

6. Manier l’ironie dramatique pour entretenir le suspens

On parle d’ironie dramatique quand le lecteur connaît des informations essentielles pour l’histoire, alors que le héros n’est pas au courant. Cet effet crée du suspens dans un roman, car on se demande si le personnage finira par découvrir la vérité et quelle sera sa réaction. Et que se passera-t-il s’il ne la découvre pas ?

Dans Roméo et Juliette de Shakespeare, nous savons que Juliette feint la mort, mais Roméo, lui, ignore qu’elle est toujours en vie. Le spectateur espère fébrilement qu’il découvrira le stratagème avant l’issue fatale … enfin ce serait le cas si la tragédie était moins connue 😉

7. Dynamiser ses fins de chapitres

Une bonne astuce pour créer du suspens et donner envie au lecteur de lire la suite du roman, c’est de finir les chapitres avec un cliffhanger, c’est à dire un élément qui relance l’action. Cela peut être une révélation, un danger immédiat, un retournement de situation, ou encore une nouveauté qui intrigue. Le lecteur aura hâte d’entamer le nouveau chapitre pour en savoir plus.

Dans Hunger Games, Suzanne Collins utilise fréquemment ce procédé qui contribue à faire de sa trilogie un page-turner (c’est à dire un livre dont on ne peut s’empêcher de tourner les pages)

Voici par exemple les derniers mots du premier chapitre du roman : « Effie Trinket retourne vers le podium, déplie le papier et lit le nom à haute voix. Ce n’est pas le mien. C’est celui de Primrose Everdeen. »

Alors que Katniss assiste à la Moisson, où sont tirés au sort les jeunes qui devront s’entre-tuer aux Hunger Games, le lecteur s’attend à ce que la héroïne fasse partie des deux personnes désignées. Mais l’auteure crée la surprise en optant plutôt pour le nom de sa petite sœur, Primerose, une fillette encore jeune et vulnérable. Cette simple phrase, qui clôture le chapitre, provoque un retournement de situation et renforce l’effet tragique de la scène par le choix d’un candidat innocent et sans défense. Et cela intrigue le lecteur qui se demande comment Katniss va réagir !

Voilà mes astuces pour créer du suspens dans son roman 🙂

À lire aussi : Comment écrire une scène qui fait peur ?

Vous pourriez aussi aimer

  • Le Bloc-Notes de Carmen le 21/03/2016 à 21 h 43 min

    Je suis totalement d’accord avec ce que tu as écrit ! Ce qui me tient en haleine le plus généralement reste les fins de chapitres bien travaillés et les psuedo-intrigues mêlées à la principale ! Je n’écris plus depuis un looong moment mais si l’envie me prends je viendrais piocher des idées dans ton article^^
    Bisous Charlotte !

    • Charlotte le 22/03/2016 à 16 h 09 min

      Coucou Carmen, merci pour ton message ! C’est vrai que les fins de chapitres bien travaillées, ça change tout ^^.

  • Lolli le 25/03/2016 à 19 h 43 min

    Merci pour ces conseils, j’écris et c’est très intéressant d’avoir de nouvelles pistes, je suis d’accord pour que tu fasses encore plein de supers articles comme celui-ci 😀 Je suis preneuse !

    • Charlotte le 27/03/2016 à 16 h 25 min

      Tu me motives à en écrire d’autres 😉 . Bon week-end Lolli !

  • Aliceart le 01/04/2016 à 21 h 07 min

    Cet article est vraiment bien, il y a plein d’idées et des exemples, ça me donne envie d’écrire! 😀
    Tu écris souvent? Car on dirait que tu t’y connais et tant mieux pour nous! ;D
    Dis, tu as lu tout les « Hunger Games »? Moi oui et la fin est trop triste!!!!! :,,,,C Bon, je vais pas tout spoiler! ^^

    En tout cas, merci pour ces conseils qui s’avérer utiles! 😀 Bye!!!!

    • Charlotte le 07/04/2016 à 9 h 48 min

      Contente que mes articles puissent te servir ! Oui j’ai lu les Hunger Games, j’ai bien aimé la fin, un peu triste c’est vrai mais aussi pleine d’espoir d’un autre côté ^^.