Écriture

Écrire un roman : comment passer du rêve à l’action ?

03/02/2020

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles » (Sénèque)

Vous rêvez d’écrire un roman depuis des années, mais n’arrivez pas à sauter le pas ?

J’ai été dans ce cas pendant très longtemps : rêvant d’écrire depuis toute petite, je ne m’y suis mise qu’à l’aube de la trentaine. Aujourd’hui, quand je vois ce que l’écriture m’apporte sur le plan de la créativité, de la confiance en moi et de l’accomplissement personnel, je regrette de ne pas m’être lancée plus tôt !

Alors, si ce projet de roman vous tient vraiment à cœur, si vous sentez au fond de vous que vous êtes fait pour ça, cet article a pour vocation de vous motiver à vous y mettre 🙂

Nous allons voir comment vaincre les doutes qui vous font procrastiner, prendre l’élan nécessaire à la mise en route de votre projet et organiser vos journées afin de l’écrire enfin, ce roman qui sommeille en vous et n’attend qu’une étincelle pour éclore.

Surmonter l’appréhension

Halte à la procrastination

Procrastiner, c’est remettre sans cesse ce que vous voulez faire au lendemain. Et cela devient critique quand la procrastination vous empêche de réaliser le projet qui vous tient vraiment à cœur !

Beaucoup de personnes rangent leur rêve d’écrire dans un coin de leur tête en se disant qu’elles le concrétiseront un jour … mais ne prennent jamais le temps de s’y mettre. Du coup, elles repoussent indéfiniment ce projet qui pourrait les passionner et les rendre fières.

Essayons de mieux comprendre le fond du problème. Car la procrastination n’est pas qu’une question de flemme. C’est un mécanisme du cerveau qui, face à une peur ou à une tâche perçue comme trop difficile, va mettre en œuvre des stratégies d’évitement pour rester dans sa zone de confort.

Voilà pourquoi on a tant de mal à s’y mettre : quand on fait partie des gens qui ont tendance à procrastiner (bienvenue au club) il faut lutter un peu contre sa nature pour surmonter le blocage et agir enfin.

Nommer ses craintes

Prendre conscience de ce processus, c’est réaliser qu’une appréhension vous bloque. Alors, si vous désirez profondément écrire un roman et que vous n’arrivez pas à sauter le pas, analysez vos peurs pour mieux les surmonter 😊

Craignez-vous de confronter votre rêve à la réalité ? De gaspiller du temps dans un projet au résultat incertain ? Que la tâche soit trop difficile ? Soyez honnête avec vous-même. Ensuite, demandez-vous ce qui pourrait vous arriver de pire si vous vous lancez malgré tout. Cela vous fera prendre du recul et réaliser que vous ne risquez rien de grave.

Pour un temps, mettez de côté les attentes que vous pourriez avoir vis-à-vis de votre futur roman ou de vous-même, et vivez le processus d’écriture comme une aventure en soi, une découverte qui vous permettra de vous dépasser.

À faire : Prenez une feuille et séparez-la en deux colonnes. Dans la première, listez tout ce que vous avez à gagner en surmontant votre peur et en vous lançant dans votre projet d’écrire un roman. Dans la deuxième, ce que vous avez à perdre. Cela vous aidera à dédramatiser et à vaincre vos craintes !

S’imprégner de son idée

Les bienfaits de la rêverie

La solution pour s’y mettre en douceur ? Passez de l’inaction à la rêverie. Je m’explique : sans forcément vous poser directement devant une page blanche, laissez votre projet de roman germer dans votre imagination.

Mieux : laissez-le vous imprégner.

Vous avez un rêve, un feu qui brûle au fond de vous, alors réveillez la flamme et aidez-la à prendre de l’ampleur.

Si vous avez déjà une idée de l’histoire que vous voulez écrire (dans le cas contraire, retrouvez mes conseils pour la trouver ici), vous savez peut-être que travailler sur les prémices de son roman, c’est grisant. On a plein d’idées en tête, un univers qui s’esquisse, des bouts de dialogues qui fusent, des personnages qui prennent forme dans notre imagination.

Donner rendez-vous à sa muse

Entretenez cette émulation autour de votre projet de roman. Comment ? A vous de trouver ce qui vous stimule. Voici quelques approches qui marchent sur moi :

– Faire une longue ballade pour mieux réfléchir à mon histoire. Cela renouvelle mes idées tout en clarifiant celles que j’ai déjà (et je ne suis pas la seule, de nombreux écrivains pratiquent la marche dans le cadre de leur processus créatif).

– Ecouter une musique motivante qui m’évoque l’univers de mon histoire (les BO de films sont parfaites pour ça).

En discuter avec des proches enthousiastes qui partagent mon intérêt pour le genre littéraire dans lequel j’écris.

– Regarder des séries ou des films dont l’univers m’inspire et se rapproche de celui de mon roman.

Bref, vivez votre projet avec vos tripes, rêvez-le et pensez-y aussi souvent que possible !

À faire : Mettez votre roman au centre de votre champ visuel en lui consacrant un moodboard. Il s’agit d’un assemblage de photos, de dessins et de petits éléments divers (chutes de tissus, rubans, plumes, fleurs séchées …) autour d’une même ambiance. Collectez des images qui vous évoquent l’atmosphère de votre roman, le style de vos personnages (vous avez droit aux photos d’acteurs !) ou encore les paysages de votre univers. Assemblez-les sur un tableau magnétique ou grillagé à accrocher au-dessus de votre bureau pour avoir tout le temps votre moodboard sous les yeux.

Structurer son projet

Formuler son objectif

Passons à du concret : définir votre objectif. Cela vous aidera à dissiper le brouillard mental dans lequel est enfoui votre projet, à lui apporter la clarté nécessaire au passage à l’action.

Formulez précisément ce que vous souhaitez accomplir, et en combien de temps. Ecrire un roman en un an ? Une nouvelle ce mois-ci ? Se le dire clairement (voir l’écrire noir sur blanc), c’est comme allumer le moteur d’une voiture : ça ne fait pas tout mais c’est une première étape indispensable pour prendre la route 😉

Transformer son objectif en action

Vous avez défini votre but : c’est un bon début. Cela dit, il y a encore un gouffre entre votre objectif et sa réalisation. Ce vide, il faut le combler avec une stratégie. Autrement dit, mettre en place un plan d’action pour organiser vos sessions de travail.

Votre objectif est d’écrire un roman en un an ? Découpez cette tâche en 12 mois (exemple tout à fait arbitraire : 2 mois de préparation – 7 mois d’écriture – 3 mois de correction). Organisez ensuite une structure dans vos semaines pour vous donner les moyens de mettre en place ce travail (nouvel exemple : 1h de travail par jour sauf le week-end).

Bien sûr, rien n’est immuable et il y aura des imprévus ! Mais vous baser sur une bonne organisation vous permettra de faire face aux aléas de la motivation, histoire de ne pas abandonner à la première baisse de moral. Car la motivation est une émotion, donc, par nature, elle ne peut être contrôlée et elle fluctue. En effet, quand on écrit un roman, on alterne souvent entre phases d’enthousiasme, de doute … puis d’inspiration à nouveau.

Or, il est difficile de s’y remettre quand on a laissé son roman de côté pendant plusieurs semaines : on a rompu le flux qui nous maintenait connecté à notre histoire, nos personnages et notre univers. S’y replonger demande des efforts et du temps. Mettre en place une discipline qui fera de l’écriture une habitude vous aidera à garder le cap pour avancer aussi en cas de baisse de motivation.

Organiser ses journées

Question épineuse : où trouver le temps d’écrire quand on en manque ? C’est souvent la raison n°1 qui nous empêche de passer à l’action.

La réponse n’est pas très arrangeante : vous ne trouverez de temps nulle part. Dans nos quotidiens bien remplis, on a rarement de longues plages de temps inoccupées à prendre, n’est-ce pas ?

En réalité, ce temps, il va falloir le chercher ailleurs. C’est à dire bousculer un peu vos habitudes pour faire une place à l’écriture. Changez votre état d’esprit et voyez votre roman comme une priorité. Et là, je ne parle pas de faire passer l’écriture avant votre travail, votre famille ou vos séances de sport ! Mais plutôt de tous ces petits moments passés à scroller les réseaux sociaux, à zapper devant la télé (ne faites pas l’innocent 😉) ou à effectuer des tâches inutiles (vive les courses livrées à domicile !)

Je ne dis pas de faire une croix sur toutes les petites activités non productives qui vous font plaisir (le cerveau a aussi besoin de se détendre), mais de les limiter fortement. En effet, les réseaux sociaux & cie sont si chronophages qu’ils nous occupent plusieurs heures par jour sans que nous nous en rendions compte.

Si ça vous fait du bien, continuez de regarder un épisode de votre série préférée, ou de consulter votre flux Instagram dix minutes en rentrant du travail. Mais essayez de vous poser des limites pour ne pas vous laisser accaparer trop longtemps par ces activités. C’est ainsi que vous dégagerez le temps nécessaire à votre rêve d’écrire un roman.

À faire : Procurez-vous un Bullet Journal, cet agenda axé sur la gestion des tâches pour atteindre ses objectifs. Ecrivez clairement votre projet de roman au début du journal. Puis découpez le travail nécessaire en mois, en semaines et en journées. Une fois que vous avez identifié les créneaux de la semaine à consacrer à l’écriture, notez-les noir sur blanc et considérez-les comme des rendez-vous obligatoires, aussi importants qu’une visite chez le médecin ou un repas entre amis.

Avancer par petits pas

« Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas » (Lao Tseu)

Les miracles de l’effet cumulé

Parfois, quand on est parent, étudiant ou qu’on a un travail prenant, on ne peut consacrer que 20 ou 30 minutes par jour à l’écriture. On peut alors être tenté de se dire que ça ne vaut pas le coup, et qu’on n’arrivera jamais à écrire un roman à ce rythme-là.

Je suis convaincue du contraire.

Connaissez-vous le principe de l’effet cumulé ?

Il s’agit de l’idée selon laquelle des petites actions, insignifiantes de prime abord, produisent des résultats extraordinaires quand on les répète sur le long terme. Comme ce canadien qui a fait le tour du monde à pied, un pas après l’autre.

En faisant un effort de concentration et de productivité, vous pouvez écrire une page Word en 30 minutes. Donc, si vous travaillez sur votre roman 30 minutes par jour, vous écrirez une page au quotidien. Cela fait 365 pages en un an. Allez, 200 pages en retirant celles que vous n’écrirez pas les dimanches, les jours d’imprévus et ceux consacrés à la préparation/correction du projet.

200 pages Word, ça fait un roman !

30 minutes de moins sur Facebook ou devant la télé pour concrétiser votre rêve d’écrire un roman en un an, ça vaut le coup, non ?

Les petites avancées sont la clé

Avancer par petits pas présente un autre avantage : celui de rendre la tâche d’écrire un roman plus accessible … et donc de nous motiver.

C’est bien de se fixer de grands objectifs, mais cela peut parfois nous paralyser au point de nous empêcher de passer à l’action. D’où l’intérêt de découper un gros projet en tâches plus modestes. Ainsi, se dire « cette semaine, je boucle mes fiches personnages » est moins intimidant que « en ce moment j’écris un roman ».

De plus, à chaque petite tâche réalisée (et validée dans votre Bullet Journal), vous ressentirez un sentiment de satisfaction qui vous motivera pour la suite !

Avancer par petits pas, c’est aussi l’occasion de profiter du chemin parcouru et de ce qu’on apprend sur la route. De se concentrer sur le plaisir du processus plutôt que de se focaliser sur un résultat lointain … mais qui arrivera finalement plus vite que vous le pensiez. Car, petit à petit, l’oiseau fait son nid 😉

Illustration : Karl James Mountford

À faire : Fixez-vous un nombre de mots à écrire par semaine, et notez sur un carnet combien vous en écrivez chaque jour … Cela vous motivera à tenir vos objectifs !

Cet article touche à sa fin. Pour résumer, nous avons vu comment :

1. Surmonter ses craintes pour vaincre la procrastination
2. Stimuler son imagination afin de s’imprégner de son roman
3. Organiser ses journées pour trouver une place à l’écriture
4. Apprécier les petites avancées qui permettent de mener un projet à terme

Vous n’avez plus qu’à vous y mettre 😉

Vous pourriez aussi aimer

4 Commentaires

  • Répondre Estelle le 03/02/2020 à 20 h 58 min

    MERCI pour ce coup de boost !!!

    • Répondre Charlotte le 11/02/2020 à 11 h 00 min

      🙂

  • Répondre Léa le 01/03/2020 à 9 h 14 min

    Cet article était top et m’a vraiment motivé à me remettre à écrire, merci beaucoup 😊

    • Répondre Charlotte le 05/03/2020 à 17 h 54 min

      Je suis contente que mon article ai pu t’aider !

    Laisser un commentaire