Avis lecture : Le portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde


« Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c’est d’y céder. »

Dorian Gray … On connaît tous de près ou de loin l’histoire de ce jeune homme éternellement jeune dont le portrait vieillit à sa place. Cela faisait un moment que ce classique de la littérature anglo-saxonne (1890) m’attirait et j’ai enfin sauté le pas !

J’ai d’abord eu du mal à accrocher, il m’a fallu un bon tiers du livre pour rentrer dans l’histoire. Au début j’étais hermétique à ces conversations interminables (et misogynes) entre dandys …

Cela dit, dès que l’histoire s’installe enfin, j’ai trouvé ce livre captivant. Il y a certes des longueurs, mais elles n’ont pas gâché ma lecture de cette histoire grinçante et irrévérencieuse. La manière dont le portrait s’enlaidit à chaque vice commis par Dorian Gray, comme si le tableau était le reflet de son âme, alors que lui-même conserve son apparence pure et candide, a quelque chose de fascinant.

L’écriture d’Oscar Wilde, précieuse et ciselée, est un véritable bijou. À plusieurs reprises, j’ai relu de jolies descriptions pour mieux les savourer. Sans parler des répliques cinglantes, qui m’ennuyaient au départ mais ont fini par me séduire : elles participent au ton cynique qui fait le sel du récit.

C’est un roman psychologique autant qu’une satire de la société mondaine de l’époque. Il porte énormément de réflexions : la corruption de l’âme par le vice, les ravages d’un ego surdimensionné, la beauté de l’art avec un grand A …

Notons d’ailleurs qu’Oscar Wilde est un véritable esthète, on le sent dans ses descriptions minutieuses d’objets d’arts (dont j’avoue avoir sauté quelques paragraphes) mais aussi dans ses réflexions sur le chef-d’œuvre artistique et son rapport quasi-mystique avec l’artiste …

Pour l’anecdote, j’ai beaucoup pensé au personnage de Lestat le vampire en découvrant celui de Dorian Gray (à mon avis Anne Rice s’en est inspirée).

Avez-vous lu ce classique ? Qu’en avez-vous pensé ?

10 commentaires

  1. Melliane le

    Alors maintenant je suis en train de me demandé si je l’ai déjà lu ou pas et je ne sais vraiment plus…

    Répondre
    • Charlotte le

      Ça arrive d’oublier avec les classiques, vu qu’on en lit pas mal au collège …

      Répondre
  2. Etoile Livresque le

    Je ne l’ai pas lu mais on l’avait étudié en philosophie. Il me tente beaucoup !

    Répondre
    • Charlotte le

      En effet certains thèmes abordés dans le livre doivent être intéressants à étudier en philo !

      Répondre
  3. Ciloucr le

    Ça fait un moment que je veux le lire, il n’y a plus qu’à…
    Bisettes

    Répondre
    • Charlotte le

      J’espère que tu accrocheras 🙂

      Répondre
  4. Sandrine le

    Curieusement, je n’avais jamais entendu parler de l’histoire outre le titre ! Maintenant je suis bien intriguée, il va falloir que je le lise 😛

    Répondre
    • Charlotte le

      Hihi 😉

      Répondre
  5. Olga le

    Le cynisme ambiant, la laideur intérieure des personnages et de la société anglaise, les dialogues toujours mordants, la réflexion autour du double et de la nature humaine, l’ambiguïté des relations entre les personnages, ou encore le dandysme de Henri, la candeur tachée d’orgueil de Dorian ajouté à son excessivité… TOUT m’a absolument fasciné dans ce bouquin ! Les innombrables interprétations qu’on peut tirer de cette lecture n’ont fait qu’amplifier le plaisir que j’ai eu à la découvrir.

    Répondre
    • Charlotte le

      Tu décris bien ce classique ! C’est en effet un roman très riche et fascinant à la fois.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (will not be published)