Écriture

Quel écrivain êtes-vous sur l’Ennéagramme ?

05/10/2020

Aujourd’hui nous allons parler de l’Ennéagramme, un système qui pourrait vous en dire beaucoup sur vous-mêmes … mais aussi sur votre profil d’écrivain, dans le but de vous améliorer !

Vous allez voir, ce principe est amusant et même épatant 😉

Pour faire court, l’Ennéagramme est une typologie fondée sur les 9 profils de la personnalité humaine. Chacun de nous possède une dominante, même si nous portons tous ces 9 forces en nous. En lisant ces profils, on se retrouve souvent en l’un d’entre eux, et il n’est pas rare d’y reconnaître aussi ses proches.

Cette classification est intéressante pour créer des personnages cohérents (j’y reviendrai plus tard dans un autre article) mais aussi pour comprendre la manière dont nous fonctionnons en tant qu’auteurs … C’est ce thème que je me suis amusée à développer ici !

Alors, êtes-vous prêt à découvrir quel écrivain se cache en vous ?

Type 1 : le perfectionniste

Il a de hautes valeurs et est persuadé qu’il peut toujours s’améliorer pour les atteindre. Intègre et exigeant, il compare sans arrêt ses actions à ses standards intérieurs. Il se juge très durement quand il fait des erreurs. Sa hantise de mal faire peut freiner son passage à l’action, mais une fois lancé, il travaille avec un grand sérieux et une recherche constante de qualité.

Point fort : la rigueur

Sa rigueur et son sens du détail sont deux grands atouts quand on veut devenir auteur : l’écriture d’un roman est un projet exigeant qui nécessite d’être minutieux et de chercher à améliorer son texte, et le perfectionniste a ça dans le sang !

Point faible : l’autocritique

S’il est trop critique avec lui-même, le perfectionniste a tendance à s’auto-saborder. En jugeant durement ses écrits, il peut être tenté de les réécrire sans fin, ou même d’arrêter purement et simplement d’écrire car il ne se pense pas à la hauteur.

✒️ Faites de votre perfectionnisme un ami et non un ennemi. Fixez des limites à votre autocritique, par exemple en vous autorisant à relire votre texte uniquement lorsque le chapitre entier est fini.

Type 2 : l’altruiste

Il cherche continuellement à aider son prochain. Empathique et attentionné, l’altruiste perçoit instinctivement les besoins des autres : c’est un ami dévoué. Par contre, il a du mal à savoir ce que lui-même veut vraiment. Il ne sait pas dire non par peur de déplaire. L’altruiste se sacrifie pour satisfaire les besoins de ses proches et n’a pas conscience de ses propres limites.

Point fort : l’empathie

Son don inné pour cerner et comprendre les autres lui permet de construire des personnages profonds, ce qui est l’un des points fondamentaux d’un bon roman.

Point faible : le sacrifice de soi

L’altruiste a du mal à s’accorder du temps pour lui … Et du temps, il en faut pour écrire un livre !

✒️ Fixez vos séances d’écriture dans votre agenda, et respectez-les coûte que coûte. Apprenez à dire non : si vos proches vous sollicitent, expliquez-leur à quel point ce projet est important pour vous. N’oubliez pas que, selon Stephen King, l’écriture nécessite avant tout de savoir fermer sa porte …

Type 3 : le battant

Il a une grande capacité d’action. Le battant veut absolument que ses projets aboutissent, aussi se donne-t-il les moyens d’y parvenir. Efficace, il décide vite, s’organise bien et agit rapidement … au risque de négliger les détails. C’est là que le bât blesse : le battant a tendance à privilégier l’aboutissement de la tâche à sa qualité. Il peut aussi s’identifier à ses projets au détriment de son être profond.

Point fort : la capacité d’action

Sa capacité d’action est un avantage énorme dans l’écriture d’un roman, là où tant d’auteurs procrastinent sans parvenir à se lancer. Autre atout, son goût de l’organisation lui permet de bâtir un plan solide.

Point faible : le manque d’approfondissement

S’il est trop focalisé sur l’aboutissement de son roman, il risque de rester en surface du texte, ou même de le bâcler. L’écriture est un travail de longue haleine qui nécessite de tâtonner et d’explorer … et pas seulement de foncer d’un point A à un point B.

✒️ Trouvez un équilibre entre votre force d’action et la profondeur de vos écrits. Servez-vous de votre élan comme d’un moteur, mais laissez ensuite de la place à l’introspection et à l’imprévu. Essayez notamment de vous détacher de votre plan !

Type 4 : le romantique

Il exprime ses émotions et revendique sa sensibilité à fleur de peau. Le romantique est doté d’un grand sens esthétique, c’est un amoureux de la littérature de l’art en général. Son monde imaginaire est riche : il le préfère souvent à la réalité, trop banale. Cet idéaliste est plus dans la contemplation que dans l’action. Il a aussi tendance à se positionner comme différent, à chercher l’originalité à tout prix … S’il n’y prend pas garde, ce penchant peut le conduire à faire des choix artificiels.

Point fort : la sensibilité

Le romantique possède de nombreux atouts pour devenir auteur : sa sensibilité lui permet de décrire les émotions avec finesse, son imagination de créer des univers fertiles et son inclination pour la littérature à aimer les belles-lettres.

Point faible : l’idéalisation

Il doit éviter d’idéaliser son projet de roman, au risque de ne jamais se lancer. Attention aussi à ne pas privilégier la valeur esthétique des mots au détriment de leur sens, ce qui pourrait le mener à adopter un style précieux mais creux.

✒️ Dites-vous bien qu’un roman imparfait mais écrit vaut mieux que cent romans parfaits imaginaires ! Concernant votre style, préférez la clarté et l’authenticité aux tournures de phrases compliquées. Stephen King conseille même de supprimer ce qui est inutile à l’avancée de l’histoire, lors de la phase de réécriture …

Type 5 : l’observateur

Il a besoin de solitude pour se recentrer sur lui-même, et d’absorber une grande quantité de connaissances pour nourrir son intériorité. L’observateur aime prendre du recul et vivre en retrait. Il se plaît à explorer les choses en profondeur pour en cerner toutes les subtilités. C’est un intellectuel qui réfléchit plus qu’il n’agit, et a besoin qu’une activité soit longuement préparée avant de se mettre en mouvement.

Point fort : la richesse intérieure

Son goût pour la solitude, la richesse de son monde intérieur et son besoin d’approfondir les choses sont autant de ressources essentielles dans l’écriture d’un roman. Sans parler de son érudition : il a des tas de choses intéressantes à écrire !

Point faible : la lenteur d’action

Sa lenteur d’action le freine considérablement. Il est capable de lire des livres sur l’écriture pendant des années sans pondre une ligne. S’il décide d’écrire un roman fantasy, il se perd dans la création préalable d’un monde complexe et détaillé sans réussir à poser les premiers mots de son histoire …

✒️ Fixez-vous des limites : pour la préparation de votre roman, définissez une durée allouée aux recherches à ne pas dépasser …

Type 6 : le loyal

Il a besoin de faire partie d’un tout, autrement dit de se sentir intégré à un groupe. Le loyal est dévoué à son clan, il lui témoigne un engagement sans faille et ne cherche pas à se démarquer individuellement. Au fond, il manque de confiance en lui et cherche, à travers le groupe, une figure extérieure qui fera autorité et lui apportera une forme de sécurité.

Point fort : la remise en question

Sa capacité à prendre en compte les critiques de ses proches lui permet d’améliorer son travail ! Savoir remettre en question ce qu’on a écrit est essentiel pour progresser mais ce n’est pas toujours évident. Peu d’auteurs y parviennent aussi facilement que lui.

Point faible : le manque de confiance en soi

Il faut qu’il apprenne à faire confiance à son propre jugement. Même si les critiques sur son texte sont essentielles pour en voir les failles, il lui revient de faire la part des choses. S’il tente de prendre en compte plusieurs avis contradictoires, il risque de s’enfoncer encore plus dans le doute qui le mine tant …

✒️ Apprenez à vous écouter et à faire des choix sans l’assentiment de vos proches. Vous pouvez notamment écrire votre premier jet seul, et attendre qu’il soit fini avant de faire relire votre texte à quiconque.

Type 7 : l’épicurien

C’est un optimiste à la présence joyeuse, qui cherche le plaisir immédiat et évite la souffrance. Quand quelque chose lui plaît, il le consomme sans modération ! Mais dès qu’une difficulté se présente, il a tendance à abandonner et à se prendre de passion pour une autre activité, qui lui paraît soudain fabuleuse. Sa présence est chaleureuse mais il est moins engagé dans la relation qu’il n’y paraît. Il supporte mal la contrainte et n’aime pas prendre des décisions car choisir, c’est renoncer.

Son point fort : l’énergie positive

Sa joie, son rayonnement et sa belle énergie lui permettent de se lancer avec enthousiasme dans un projet d’écriture. Lorsqu’il est inspiré, il se plonge à fond dans son travail et son exaltation le rend productif.

Son point faible : la versatilité

Il a tendance à abandonner à la première difficulté … Et, dans le processus d’écriture d’un roman, tout n’est pas toujours rose ! L’épicurien délaisse son roman en cours dès qu’une nouvelle idée d’histoire – forcément irrésistible – se présente. Il peut ainsi collectionner les débuts de romans sans en avoir fini un seul.

✒️ Pour résister aux nouvelles idées de romans, notez-les dans un carnet en vous disant que vous y reviendrez plus tard. Cela aide à ne pas y céder dans l’immédiat pour continuer son roman en cours. Et, quand un passage vous semble trop difficile à écrire, n’essayez pas de vous forcer (l’écriture n’est pas censée être une souffrance). Demandez-vous plutôt ce qui vous bloque dans cette scène, et comment régler le problème. Avant chaque chapitre, vous pouvez aussi réfléchir à la manière dont vous allez l’aborder pour qu’il soit captivant à lire … et à écrire.

Type 8 : le leader

C’est une personnalité puissante qui aborde la vie comme un combat. Le leader aime avoir le contrôle et protéger les plus faibles. Doté d’une grande force de conviction, il décide et agit par lui-même. Il a tendance à voir le monde de manière binaire : selon lui, tout est noir ou blanc. Tour à tour autoritaire, inspirant, confrontant ou protecteur, il vit intensément et n’a pas peur des défis !

Point fort : la force de frappe

Sa confiance inébranlable en ses convictions lui apporte une puissance d’action qui le rend très productif. De plus, il aime les défis et relèvera volontiers celui (de taille!) d’écrire un roman.

Point faible : la psychorigidité

Son côté binaire peut lui faire manquer de subtilité. Il soutient son point de vue coûte que coûte, sans accepter de le remettre en cause … Or l’écriture d’un roman demande un peu de souplesse pour reconnaître ses failles et progresser.

✒️ Acceptez la possibilité de vous tromper, et le fait que votre vérité ne soit pas la seule qui vaille. Si plusieurs de vos bêta-lecteurs ont un avis différent du vôtre, c’est qu’il y a du vrai dans leurs remarques … En tenir compte ne vous rendra pas vulnérable, mais plus apte à réussir votre projet.

Type 9 : le pacificateur

Toujours en quête d’harmonie, il veut rétablir la paix et cherche l’unité fondamentale du monde. Le pacificateur regarde les choses dans leur ensemble et veut tout ramener à une harmonieuse unité. Il essaie de voir comment relier les fils pour en faire une toile. Il a aussi tendance à éviter les conflits, ce qui le mène à fuir les décisions ou à ne pas s’imposer face à l’autre. En résulte un gros penchant pour la procrastination : il a du mal à passer à l’action de lui-même, sans impulsion extérieure.

Point fort : le sens de l’harmonie

Sa vision très globale des choses est un atout pour conceptualiser une histoire, et relier les fils qui constituent une bonne intrigue.

Point faible : la procrastination

Sa bête noire est la procrastination. Il hésite beaucoup et a du mal à prendre des décisions, du coup il remet sans cesse l’écriture au lendemain …

✒️ Luttez contre votre tendance naturelle à l’inaction ! Pourquoi ne pas vous lancer un défi d’écriture (que ce soit une demi-heure d’écriture par jour ou un roman en 6 mois …) pour vous pousser à passer à l’action ?

Et voilà, vous connaissez les 9 types de l’Ennéagramme dans ma version spéciale « écrivains » !

Personnellement je me retrouve plutôt dans le type 5 (observateur) avec quelques touches du type 1 (perfectionniste) et du type 9 (pacificateur).

Et vous ? Je serais curieuse de savoir si vous vous être reconnu dans l’un de ces profils 🙂

FICHE CADEAU


Pour vous aider à exercer votre plume, voici une fiche d’écriture créative proposant 5 exercices ludiques.

Vous pouvez la télécharger gratuitement en indiquant votre prénom et votre mail dans l’encadré plus bas. Celui-ci vous inscrira à ma newsletter (grâce à laquelle je vous présente le nouvel article « conseils d’écriture » publié sur mon blog une fois/semaine).

Vous recevrez aussitôt le lien de téléchargement de la fiche par e-mail.

FICHE CADEAU
ÉCRITURE CRÉATIVE
Entrez votre prénom et votre e-mail pour vous inscrire à ma newsletter et recevoir gratuitement la fiche Écriture créative
  Vos informations ne seront jamais divulguées à une tierce personne

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Répondre Enirtourenef le 05/10/2020 à 10 h 51 min

    Pour une nouvelle sur la symbolique du 9 pour un appel à texte je m’étais amusée à faire des personnages un peu caricaturaux avec les caractères de chacun des neufs types de profil. J’avais trouvé ça assez marrant. Dans mon souvenir, je suis que je me suis reconnue en 1 et 6 ce qui correspond assez bien ici aussi. Je n’utilises pas trop l’ennéagramme pour mes personnages (j’avais déjà bien avancé mon roman (et mes personnages) quand j’ai découvert ce truc, par contre je prends effectivement quelques petits tips de psychologie. J’en avais d’ailleurs fait un article sur mon blog il n’y a pas si longtemps !

    • Répondre Charlotte le 05/10/2020 à 11 h 13 min

      C’est chouette comme thème, un personnage par typologie ! Il faut que je lise ton article alors 🙂

    Laisser un commentaire