Écriture

Technique narrative : le milking

07/11/2022

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir un concept édifiant : le milking.

Développée par les scénaristes américains, cette notion peut s’appliquer à l’écriture de nos romans. À la clé : un récit plus dense, saisissant et approfondi. Le milking est une technique simple à comprendre, mais qui peut changer beaucoup !

Alors, que signifie cette expression mystérieuse, en quoi permet-elle de mieux écrire et comment l’appliquer concrètement à nos récits ?

C’est parti pour une petite réflexion autour d’un principe essentiel, mais peu connu 🧐

Qu’est-ce que le milking ?

Comme son nom l’indique, le milking fait référence à la traite des vaches laitières. Aucun rapport avec l’écriture, me direz-vous ?

Détrompez-vous. Selon les scénaristes, écrire une bonne histoire reviendrait à « traire » la substance narrative pour en tirer le meilleur. À exploiter à fond les éléments dramatiques que l’on met en place. En d’autres termes, à presser le citron jusqu’à la dernière goutte !

Le milking, c’est donc l’art et la manière de tirer la quintessence des éléments narratifs de son roman. Mais il faut aussi le voir comme une manière de ne pas s’éparpiller, de se concentrer sur une idée et de l’exploiter jusqu’à la corde.

Ainsi, le récit est plus percutant et profond.

Comment utiliser le milking dans votre roman ?

Le milking pourrait se traduire par la sobriété narrative. On réduit le volume du récit afin d’augmenter sa qualité et sa densité.

Voici quelques conseils pour utiliser le milking dans l’écriture de votre roman :

  • Attribuez plusieurs rôles aux éléments narratifs de votre histoire. Par exemple, une conversation entre deux personnages peut permettre de caractériser le héros, de renforcer le réalisme du récit, d’approfondir la relation entre deux personnages, mais aussi de glisser un indice qui sera utile à la suite de l’intrigue. Et tout ça en quelques répliques seulement !

    📚 Prenons l’exemple de la Chocogrenouille partagée par Harry et Ron à l’intérieur du Poudlard Express, dans le premier tome d’Harry Potter (J.K. Rowling). Non seulement la friandise permet aux deux futurs amis d’amorcer leur relation (grâce à elle, Ron parle à Harry du monde des sorciers), mais elle participe aussi à construire l’univers fabuleux que le héros découvre (où il existe des friandises en forme de grenouilles, accompagnées de cartes dont les personnages bougent comme s’ils étaient vivants). Enfin, la carte de la Chocogrenouille est un préambule au reste de l’histoire, puisqu’elle présente le personnage de Dumbledore et mentionne Nicolas Flamel, donnant de cette manière un indice qui sera utile lors du dénouement de l’intrigue.
  • Réduisez les dialogues des personnages en supprimant leurs paroles creuses et inutiles. Vous pourrez ainsi les faire parler moins, mais de choses plus révélatrices. Privilégiez aussi leur communication non verbale pour exprimer ce qu’ils ressentent pendant qu’ils parlent.
  • Évitez de multiplier les personnages secondaires, s’ils manquent de consistance et présentent un intérêt limité. Pourquoi ne pas réduire leur nombre, tout en donnant à chaque personnage une place plus grande et approfondie dans le récit ?

    📚 Dans les livres du Seigneur des anneaux (Tolkien), c’est un elfe nommé Glorfindel qui sauve Frodon en le prenant sur son cheval, alors que le hobbit est grièvement blessé et que les Nazgûl sont à leurs trousses. Pour le film, Peter Jackson a pratiqué le milking en remplaçant Glorfindel par Arwen, donnant ainsi naissance à la scène culte où elle repousse les Nazgûl en réveillant l’eau de la rivière. Le réalisateur a ainsi évité de faire intervenir un personnage qui n’aurait été présent que pour une seule scène, et renforcé un autre qui est récurrent dans l’histoire.
milking
  • Limitez les descriptions et les actions qui ne présentent pas un grand intérêt pour l’intrigue, et condensez ainsi le récit pour le rendre plus nerveux.
  • Concentrez-vous sur un seul thème (la vengeance, la famille …), et imaginez les diverses facettes de votre histoire comme une variation autour de ce thème. C’est une bonne manière d’écrire un roman puissant.
  • Centrez votre aventure autour d’un lieu principal, au lieu de l’éparpiller dans trop d’endroits différents. Cela vous permettra de renforcer la symbolique de ce cadre, mais aussi sa précision, pour une immersion plus importante.

    📚 Le roman La mer sans étoiles (Erin Morgenstern) se situe principalement dans un monde caché sous notre monde, qui prend la forme d’une immense bibliothèque secrète. La mise en avant de ce cadre permet à ce décor d’être minutieusement détaillé, ce qui donne au récit une ambiance unique. Mais cela lui permet aussi de déployer tout son pouvoir métaphorique, et d’apporter de la force au thème principal du livre.
  • Et enfin, évitez les éléments inutiles, ceux qui sont uniquement là pour faire joli. En cela, le milking rejoint le célèbre conseil du fusil de Tchekhov :

Supprimez tout ce qui n’est pas pertinent dans l’histoire. Si dans le premier acte vous dites qu’il y a un fusil accroché au mur, alors il faut absolument qu’un coup de feu soit tiré avec au second ou au troisième acte. S’il n’est pas destiné à être utilisé, il n’a rien à faire là.

À lire : Tout sur la technique narrative du fusil de Tchekhov

Que pensez-vous du milking ? Essayez-vous de l’appliquer dans vos romans ?

Si vous voulez connaître les secrets des intrigues bien construites, découvrez mon kit « Écrivez une intrigue captivante pour votre roman »

Liens de partage

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Répondre Lili-Aude le 07/11/2022 à 10 h 30 min

    Trop bien! Je pense que je vais essayer!

    • Répondre Charlotte le 11/11/2022 à 10 h 18 min

      J’espère que ça pourra t’aider dans ton récit !

    Laisser un commentaire