Écriture

Je marche donc j’écris

23/01/2023

En ce moment, je travaille sur la phase préparatoire de mon prochain roman (le tome 2 de Red Stone). Chez moi, cette étape consiste surtout à créer le plan détaillé de mon intrigue. Car en tant qu’autrice « architecte », je planifie minutieusement mes romans avant de les écrire 🙂

C’est d’ailleurs l’une des étapes que je préfère ! Tisser les fils de l’intrigue, définir le climax et entrevoir la progression du récit jusqu’au point final, mais aussi imaginer les rebondissements qui vont ponctuer l’intrigue … C’est vraiment une dynamique sur laquelle j’adore travailler.

À mes yeux, cette phase préparatoire de l’écriture est l’une des plus créatives, car c’est à ce moment que viennent les idées qui feront mon roman.

Par contre, pendant cette phase, ma manière de travailler est moins conventionnelle que par la suite. Lors de la rédaction du premier jet, je m’assois devant mon ordinateur et j’écris. Ça m’est impossible quand je planifie mon roman : si je me contente de regarder ma page dans le blanc des yeux, rien ne se produit.

Mon truc à moi, pour faire naître les idées, c’est de marcher. C’est comme ça que mes réflexions se mettent en route. Je sors marcher une bonne heure, ou même plus quand j’ai le temps, et quand je reviens, mon intrigue s’est clarifiée dans mon esprit.

Et je suis loin d’être la seule ! Nombreux sont les auteurs à chausser leurs baskets pour aller à la pêche aux idées. On les appelle les écrivains-marcheurs. Et cette curieuse manie n’a rien d’une mode : elle concerne les auteurs d’hier comme ceux d’aujourd’hui.

Ainsi, l’amour de la marche a valu à Rimbaud le surnom de «poète aux semelles de vent ». Pas étonnant que sa poésie soit imprégnée des sensations de la nature … Plus récemment, dans son essai sur l’écriture, Christelle Dabos raconte avoir eu l’idée de La Passe-Miroir en se promenant dans le bois à côté de chez elle. Vous voyez, les écrivains-marcheurs sont partout 🙂

Mais alors, on peut se questionner sur cette alchimie entre la dynamique de notre cerveau et celle de nos petits pieds.

Pourquoi la marche favorise-t-elle l’inspiration ?

Déjà parce qu’elle active les rouages de notre pensée. Ce n’est pas pour rien que des philosophes tels que Socrate ou Kant marchaient beaucoup ! Le corps et l’esprit se mettent au diapason : tandis que les jambes avancent, la pensée suit la même dynamique.

Sortir s’aérer est d’ailleurs un très bon réflexe quand on est bloqué dans son roman. En marchant, on a les pieds sur terre. On se focalise moins sur nos pensées pour mieux les laisser circuler. Celles-ci finissent par se délier en même temps que le corps. Elles se remettent en marche sous l’action de nos foulées.

Certains vont même jusqu’à prêter à la marche une caractéristique vibratoire qui résonne dans l’esprit. Ainsi, le mouvement du corps enclencherait le rythme du récit.

Sans oublier que la marche stimule la circulation du sang et oxygène le cerveau, en plus d’entraîner la sécrétion d’endorphines et de sérotonine. Giono lui-même conseillait d’adopter la marche comme une « forme d’hygiène de la pensée ».

Comment optimiser sa séance de marche ?

Choisissez le bon cadre

Commencez par choisir l’environnement qui vous inspire.

Certains auteurs aiment marcher à la campagne pour profiter du contact apaisant de la nature. Ils se ressourcent sous l’effet de l’air pur et des végétaux, et y puisent l’énergie nécessaire à leur inspiration.

D’autres préfèrent marcher en ville. À la manière des écrivains qui travaillent à la table d’un café, ils prennent plus de recul lorsqu’ils sont à proximité des autres, et se sentent d’autant plus dans leur bulle qu’ils sont entourés de bruit et de vie.

Il n’y a pas de règle à suivre : expérimentez et faites ce qui vous plaît.

Écoutez de la musique (ou pas)

La plupart du temps, j’adore écouter de la musique en marchant. Certains morceaux m’évoquent des émotions ou font surgir spontanément des bribes d’intrigue dans mon esprit. Si l’idée vous tente, je vous conseille de vous créer une playlist qui correspond à l’univers de votre histoire.

À d’autres moments, je préfère être au calme pour laisser plus de place à mes pensées.

Ici encore, il n’y a pas de règle, il suffit de suivre son envie du moment.

Emportez de quoi noter

Il serait dommage d’avoir de bonnes idées en marchant, et d’en oublier la moitié une fois de retour chez vous, n’est-ce pas ?

C’est pour cela que je vous conseille d’emporter toujours un carnet et un stylo avec vous. Et si vous n’avez pas envie de vous encombrer ni d’utiliser du papier, sachez que votre smartphone peut aussi faire l’affaire. Sa fonction dictaphone pourra vous permettre de vous enregistrer en parlant. Vous pouvez aussi installer une application de prise de notes, ou même vous envoyer un petit mail si vous n’avez rien prévu !

Et vous, est-ce que la marche vous inspire ?

Liens de partage

Vous pourriez aussi aimer

10 Commentaires

  • Répondre Fabienne le 24/01/2023 à 9 h 59 min

    Bonjour, en tant qu’auteure, je marche également une heure par jour, cela fait un bien fou pour la santé mais aussi pour nos têtes inspirées. Ecrire dans un autre lieu que le traditionnel bureau à la maison, permet de libérer, pour moi, des idées souvent enfouies très loin.
    Merci pour cet article.

    • Répondre Charlotte le 27/01/2023 à 17 h 31 min

      Merci à toi pour ton message 🙂

      Je suis d’accord avec toi : le fait de changer ses habitudes permet de débloquer ses idées. Ça peut aussi être utile d’écrire sur un carnet alors qu’on écrit d’ordinaire sur ordinateur, par exemple !

  • Répondre Liadan le 24/01/2023 à 12 h 31 min

    J’adore marcher avec de la musique et me perdre dans mes pensées pendant des heures ! Après ça, j’écris toujours ^^

    • Répondre Charlotte le 27/01/2023 à 17 h 32 min

      Tout comme moi, on se comprend bien 😊

  • Répondre Guy Bugeaud le 24/01/2023 à 17 h 18 min

    Je marche tous les jours et j’écris presque tous les jours. Je profite de ces deux heures de marche pour écouter des livres audios. En plus d’avoir perdu une vingtaine de livres (poids), cette écoute permet de faire jaillir des idées nouvelles, des façons de faire, des idées pour de nouvelles recherches.

    • Répondre Charlotte le 27/01/2023 à 17 h 33 min

      Je vois que tu connais bien le sujet !
      Perso je n’ai encore jamais sauté le pas des livres audio, mais en effet ça doit être très chouette d’en écouter pendant qu’on marche.

  • Répondre Prioton le 24/01/2023 à 18 h 37 min

    De mon côté, je vis pieds nus depuis plus de 20 ans, et je confirme que ce mode de vie me permet de m’ancrer à la terre mère et lorsque j’ai besoin, par exemple, d’idées neuves, d’inspiration, cette connexion me donne de belles inspirations.

    • Répondre Charlotte le 27/01/2023 à 17 h 36 min

      Merci pour ton commentaire !
      C’est vrai que se mettre pieds nus renforce ce sentiment d’ancrage.

  • Répondre Enirtourenef le 27/01/2023 à 16 h 47 min

    Je prends jamais de quoi noter quand je pars me balader : quand je pars me balader, ben je me balade. L’appareil photo, oui, mais rien d’autres. J’ai le téléphone mais je m’en sers très peu, je ne le sors quasiment que pour regarder l’heure. Je crois que je ne pourrais pas laisser libre cours à ma pensée si je partais me balader avec de quoi noter : j’aurais l’impression de sortir pour travailler…

    • Répondre Charlotte le 27/01/2023 à 17 h 43 min

      Je ne le vois pas comme quelque chose de contraignant. J’ai toujours une histoire en tête et j’adore me plonger dans mes pensées pour la développer. Le carnet n’est là que pour prendre note d’une idée, si j’en ai besoin, sans obligation.

    Laisser un commentaire