Écriture

4 leçons d’écriture tirées des Aventuriers de la Mer

03/01/2022

Pour ce nouvel article « leçons d’écriture », nous allons nous pencher sur une saga fantasy dont j’ai récemment lu (et adoré) la première intégrale : Les Aventuriers de la Mer de Robin Hobb.

Cette série de livres retrace les aventures marines d’une famille de marchands, mais aussi d’un équipage de pirates et de créatures fantastiques qui peuplent les flots. C’est une saga fascinante qui nous entraîne dans un univers fantasy parfaitement maîtrisé et nous fait découvrir des personnages aussi complexes qu’intéressants.

Ajustez votre tricorne et hissez les voiles : nous embarquons pour un voyage mouvementé à bord d’un navire captivant ⚓️

1. Écrivez une intrigue chorale

L’intrigue des Aventuriers de la Mer me fait penser à celle du Trône de Fer de George R.R. Martin, car on y retrouve une structure chorale. C’est à dire la mise en scène de plusieurs personnages principaux qui évoluent dans diverses sous-intrigues, et dont les trajectoires finissent par se recouper.

Le fait de suivre l’intrigue du roman à travers différents regards nous permet de l’appréhender avec une plus grande envergure. C’est l’occasion d’apercevoir la vastitude du monde créé par l’auteur et d’en saisir les subtilités politiques.

L’intrigue chorale apporte aussi une grande richesse au niveau des personnages. Elle permet d’envisager le récit à travers la subjectivité de héros diamétralement opposés. Ainsi, on découvre le point de vue d’Althea Vestrit, héritière déchue d’une grande famille de marchands, comme celui de Hiémain, jeune prête que l’on oblige à prendre la mer, ou encore du Capitaine Kennit, redoutable et ambitieux pirate.

Enfin cette structure chorale est idéale pour mettre en scène des personnages imparfaits sans se lasser, car on ne reste pas centré sur tel ou tel héros du début à la fin de l’histoire. C’est notamment le cas de Malta Vestrit, enfant gâtée ingérable, dont il est intéressant de découvrir le point de vue par petites touches … mais qu’il serait insupportable de suivre sur tout le roman ! Notons d’ailleurs que c’est aussi le cas de Sansa Stark dans la première intégrale du Trône de Fer.

✍️ Le point de vue externe a tendance à être distant et impersonnel. Privilégiez la focalisation interne avec multiplication des points de vue, qui apporte de la personnalité, de l’émotion et fait vivre le récit.

Brashen Trell et Althéa Vestrit par Jenny Slife

2. Créez un univers riche

Le monde des Aventuriers de la Mer captive par sa richesse et son originalité. Il est complet et bien construit, on sent qu’il a été travaillé avec soin par Robin Hobb !

En lisant ce livre, on sent la profondeur de sa mythologie foisonnante. La géographie de cet univers peuplé de rivages maudits et de fleuves mystérieux semble précisément dessinée et se dévoile progressivement au fil de l’intrigue. Son Histoire est sous-jacente, elle aussi.

Tout ce travail de conception sert de cadre au récit, mais sans s’imposer. Grâce à lui, le monde des Aventuriers de la Mer nous semble aussi fantastique que réel et crédible ! Pour autant, la lecture n’est pas ennuyeuse car cet arrière-plan est délivré au compte-gouttes.

✍️ Si vous écrivez un roman fantastique, préparez votre monde en amont de votre histoire, mais n’assommez pas votre lecteur en déballant toute la mythologie de votre univers dès le départ. Délivrez la au fil des pages, au fil du récit, de manière naturelle.

📜 Découvrez mon kit d’écriture « Créez un monde fantastique pour votre roman » ici. Il contient un guide numérique de 41 pages pour vous aider à créer un monde immersif et cohérent + des fiches pour faciliter votre passage à l’action.

Arbre généalogique des Vestrit

3. Inventez des créatures fascinantes

Les créatures fantastiques imaginées par Robin Hobb participent au côté grandiose des Aventuriers de la Mer.

Parlons un peu des serpents de mer géants. Dans le roman, ils sont redoutables pour les hommes qui prennent la mer, mais nous pouvons néanmoins suivre leurs pensées, car certains passages sont racontés par leurs yeux. De plus, leur cheminement est nimbé de mystère et l’on sent qu’il est relié aux autres éléments de l’histoire …

Mais, pour moi, les créatures les plus incroyables de la saga restent les Vivenefs ! Il s’agit de navires vivants fabriqués en bois-sorcier, dont la figure de proue s’anime et dont toute la structure vibre de vie et de conscience.

Ces navires peuvent parler et ressentir des émotions, à leur manière. Ils naviguent bien mieux que les bateaux classiques, et peuvent voyager dans des eaux inatteignables par les autres. La magie et l’existence des Vivenefs sont intimement liées à la famille de marchands à qui elles appartiennent.

✍️ Robin Hobb explore le domaine de fantasy marine d’une manière originale avec des créatures qui sortent des sentiers battus ! Vous aussi, osez les créatures inédites tout en respectant le thème et l’ambiance de votre roman.

4. Documentez-vous avant d’écrire

Enfin, l’une des grandes qualités des Aventuriers de la Mer, c’est la précision de l’univers nautique mis en place par Robin Hobb.

Du détail de la structure d’un bateau au fonctionnement d’un équipage marin, en passant par les subtilités de la navigation, tout est tellement pointu et détaillé que l’on a l’impression d’être en mer avec les personnages. Car, même s’il s’agit d’un roman fantasy, l’auteure s’appuie sur des bases réelles.

Cette recherche apporte un cadre palpable à l’histoire et participe à la rendre vivante et crédible.

✍️ Même les récits fantastiques peuvent s’inspirer du monde réel, actuel ou historique. C’est une bonne manière d’écrire un roman consistant et tangible. Qu’il s’agisse du fonctionnement d’une station spatiale pour un roman de SF, ou des subtilités du régime monarchique pour une saga de fantasy médiévale, documentez-vous donc avant d’écrire !

À lire aussi : Décryptage du monde fantastique d’Harry Potter

Vous pourriez aussi aimer

12 Commentaires

  • Répondre Judith le 03/01/2022 à 19 h 12 min

    Bon ben plus qu’à le lire ! LOL
    Non plus sérieusement, très sympa cet article ! Je n’écris plus de fantasy depuis presque deux ans (après avoir fini mon premier roman) mais ce genre d’articles me permet d’ouvrir les yeux sur ce qui n’allait pas dans ce premier roman.
    Sinon, je suis contente qu’il y est un nouvel article (je fais pas de forcing hein, c’est juste un constat…), à chaque fois que j’en lis un je suis reboostée à bloc pour avancer dans mon histoire, ça me donne plein de motivation !
    Sinon, en monde fantastique que je trouve franchement super captivant, je dirais « Le prieuré de l’Oranger », une de mes découvertes récentes. L’une des héroïnes m’horripile mais le monde est tellement bien fait que je continue quand même (et y’a près de mille pages alors fallait que je sois motivé !)

    • Répondre Charlotte le 04/01/2022 à 9 h 42 min

      Merci beaucoup Judith ! Ah ça tombe bien que tu me parles du Prieuré de l’Oranger, il est dans ma PAL depuis un moment et ma sœur n’arrête pas de me le conseiller. Il me fait envie mais la taille du livre m’effraie un peu 😅. Cela dit ton commentaire me motive à m’y mettre ! Ce sera sans doute ma prochaine lecture fantasy quand j’aurai fini les deux autres intégrales des Aventuriers de la Mer.

      • Répondre Judith le 04/01/2022 à 15 h 27 min

        Je l’ai pas encore tout a fait fini (en fait y’a plusieurs parties et comme c’est très gros, j’ai décidé de faire comme si chaque partie était un tome individuel et je fait des pauses au milieu), mais de ce que j’ai lu, je le conseille vraiment
        Ça a pas volé les critiques que ça reçoit !

        • Répondre Charlotte le 06/01/2022 à 12 h 24 min

          Bonne idée de faire une pause entre les parties, la longueur du pavé est moins effrayante du coup !

  • Répondre John FRANCEY le 03/01/2022 à 20 h 13 min

    Bonjour Charlotte !
    Merci pour cet article très intéressant. J’en profite pour vous remercier de la qualité graphique et esthétique de ce blog. C’est très agréable à regarder !
    Au plaisir de vous lire,
    John Francey

    • Répondre Charlotte le 04/01/2022 à 9 h 48 min

      Merci beaucoup pour ce message 😊

  • Répondre Decrypte-toi ! le 04/01/2022 à 11 h 39 min

    Les Aventuriers de la Mer, merveille parmi les merveilles <3
    Le développement des personnages y est juste magistral (surtout pour Malta !) Robin Hobb a un talent inné pour dépeindre la psychologie de ses protagonistes avec une justesse implacable. Résultat : on se sent vite concerné par leur destin et on s'attache…
    Et puis l'ambiance est tellement prenante et réaliste que, personnellement, j'ai failli tourné de l'œil (#lepassagedudoigt) et ai pleuré amèrement à la lecture d'un certain passage situé vers la fin. J'espère que la suite t'enthousiasmera autant que moi ! (Et si tu ne l'as pas encore fait, je te conseille de découvrir tous les livres de son univers qui se relient tous. Ce sont des bijoux 😉 )

    • Répondre Charlotte le 04/01/2022 à 11 h 58 min

      Je suis vraiment intriguée par la manière dont va évoluer Malta ! Toujours pour faire le parallèle avec le Trône de Fer, j’avais aimé la manière dont Sansa avait évolué au fil des tomes, d’enfant gâtée à jeune femme blessée mais combattive. J’ai déjà lu L’assassin Royal, as-tu d’autres livres de Robin Hobb à conseiller ?

      • Répondre Decrypte-toi ! le 10/01/2022 à 11 h 49 min

        Tu as lu tous les cycles de l’Assassin Royal ou juste le premier, pour l’instant ? La chronologie de ses romans est un peu particulière… Pour tout comprendre à son univers, je te conseillerai de les lire dans cet ordre là : 1er cycle de l’Assassin Royal > Les Aventuriers de la Mer > 2ème cycle de l’Assassin Royal > Les Cités des Anciens > 3ème cycle de l’Assassin Royal. Après, elle a aussi sorti « Retour au pays » et « Le prince bâtard », des petits livres indépendants qui complètent encore le monde qu’elle a créé mais qui sont secondaires contrairement aux autres. Perso, je les ai lus après tous les autres.
        En tout cas, si tu as aimé le développement de Sansa, je pense que tu aimeras celui de Malta. Bonne découverte ! 😉

        • Répondre Charlotte le 10/01/2022 à 16 h 14 min

          Merci pour toutes ces précisions ! Je ne sais plus où je me suis arrêtée de L’assassin royal car ça fait longtemps, mais j’en ai lu beaucoup (je suis sûre d’avoir au moins entamé le deuxième cycle). J’ai envie de les relire un de ces jours …

  • Répondre Enirtourenef le 08/01/2022 à 20 h 28 min

    Un roman d’une telle envergure, je n’y arriverai jamais, c’est clair et net (de toute façon pour le moment la question ne se pose pas puisque j’ai pas d’idées de ce genre !). Robin Hobb le fait vraiment bien.

    Mais effectivement, la documentation est l’un de ses immenses point fort ! Mais j’en mets un autre avant, quand même : les personnages ! Tous sont profonds, mesurés, riches au point qu’on pourrait les croiser dans la rue : ils sont vrais. Et c’est pour ça que ce n’est jamais cliché. Sur Instagram je parlais avec une fille qui soutenait qu’il fallait des personnages féinins 100% badass : pas droit à la vulnérabilité. J’ai pris Althéa Vestrit comme exemple, j’ai dit : c’est un bon marin, elle est forte, courageuse, persévérante, intelligente, elle sait ce qu’elle veut, mais n’empêche parfois elle a envie de se retrouver au chaud et en sécurité. Et ça, le fait qu’elle ait parfois besoin de chaleur et de sécurité, pour cette instagrameuse ça invalidait sa force. C’est complètement con ! Althéa Vestrit (et les autres personnages) sont des bons personnages parce qu’ils ont des qualités et des défauts (et souvent, comme dans la vraie vie, les défauts de leurs qualités et vice versa) et c’est pour ça que tout fonctionne !

    • Répondre Charlotte le 09/01/2022 à 18 h 18 min

      Oui les personnages de Robin Hobb sont super intéressants (et heureusement que les personnages forts ont des faiblesses sinon vive l’ennui !)

    Laisser un commentaire