Écriture

Décryptage : qu’est-ce qui rend le monde de Harry Potter si captivant ?

01/09/2021

Saga culte au succès mondial, Harry Potter déploie un monde imaginaire inoubliable, qui a gagné le cœur d’une foule de lecteurs de tous les âges. Certains d’entre eux relisent la saga chaque année pour se replonger dans son ambiance et il existe même des parcs d’attractions reproduisant son univers

Autant dire que le monde du petit sorcier à lunettes a marqué les esprits !

Mais quel est donc le secret de J.K. Rowling, comment a-t-elle pu créer un univers magique si addictif ?

Dans le cadre de ma semaine thématique Un monde fantastique pour votre roman, je vous propose de passer à la loupe l’univers de Harry Potter ⚡️ pour vous aider dans la création de votre propre monde fantastique.

1. Les détails qui font tout

L’un des secrets qui rendent le monde de Harry Potter si immersif, c’est la multitude des détails qui le constituent.

J.K. Rowling a créé tout un écosystème hyper imaginatif autour de son monde : un sport magique, le Quidditch, avec ses règles et son tournoi mondial ; une terrible prison, Azkaban, gardée par des créatures à faire froid dans le dos ; une école, Poudlard, enseignant des matières spécifiques aux sorciers comme le cours de potions ou celui de métamorphose …

Même le vocabulaire de la saga correspond à son identité farfelue : les humains dénués de pouvoirs sont des moldus, les jeunes sorciers sortent volontiers boire une bièraubeurre et leurs parents leur envoient des beuglantes pour les punir quand ils font des bêtises. Et tout cela n’est qu’un échantillon des perles imaginées par J.K. Rowling : on en découvre de nouvelles à chaque page.

✍️ Ces détails forment un univers riche et cohérent, qui constitue le charme si particulier du monde de Harry Potter, et nous donne l’impression qu’il existe réellement.

2. Une passerelle entre monde réel et fantastique

Une autre force de cet univers, c’est qu’il ne se montre pas surnaturel dès le départ. Et pour cause : le monde des sorciers se cache au sein du nôtre.

L’histoire commence d’ailleurs dans un quartier londonien tout ce qu’il y a de plus banal, au cœur d’une famille ordinaire … jusqu’à ce que l’on apprenne qu’une société secrète constituée de sorciers vit au nez et à la barbe des humains.

Nous découvrons ce monde magique peu à peu, en même temps que Harry.

Les moyens d’accéder au monde des sorciers sont astucieux et imaginatifs … À la gare, il faut foncer droit sur un mur, à un endroit précis, pour accéder au quai 9¾, où se trouve le train à destination de l’école des sorciers. De même, il faut tapoter les briques d’un mur à un endroit particulier pour déboucher sur le chemin de Traverse, la rue commerçante magique.

✍️ Cette plongée progressive dans le monde fantastique permet au lecteur de partir d’une base réelle pour ne pas se sentir perdu à la lecture des premières pages. Ainsi, il entre peu à peu dans l’univers surnaturel, qui lui semble alors plus crédible. Le fait de découvrir ce monde magique en même temps que Harry, qui pense être un garçon ordinaire, permet au jeune lecteur de s’identifier facilement au héros.

3. Une magie réglementée

Si, le temps de la lecture, nous croyons volontiers à l’univers de Harry Potter, c’est aussi grâce à son organisation politique.

Une société secrète de sorciers cachée au sein de la nôtre ? Cela pourrait nous sembler trop invraisemblable, si J.K. Rowling n’avait pas travaillé avec soin le cadre de son monde.

En effet, elle a mis en place dans sa saga un Ministère de la Magie, qui s’occupe de dissimuler aux moldus l’existence des sorciers.

Ainsi, l’usage de la magie est strictement réglementé pour la cacher au regard des moldus, et des agents ont pour mission d’effacer la mémoire de ceux qui auraient malgré tout été témoins de phénomènes magiques.

Le rôle du Ministère de la Magie est aussi de cadrer le monde des sorciers. Il a notamment rendu certains sortilèges « impardonnables », c’est à dire interdits et passibles d’une condamnation à vie à la prison d’Azkaban : Imperium (qui permet de contrôler la volonté d’une autre personne), Doloris (qui soumet à la torture) et Avada Kedavra (qui tue).

✍️ Cette organisation stricte donne des limites à la magie, pour offrir un cadre à cette société de sorciers et rendre l’univers de Harry Potter plus crédible.

4. Des mythes réinterprétés

Les créatures fantastiques auxquelles J.K. Rowling a donné vie dans Harry Potter ne sortent pas de nulle part.

Au contraire : l’auteure anglaise a utilisé comme base des mythes et légendes rattachés à notre culture, qu’elle a remaniés à sa sauce pour les assortir à son univers.

Un exemple ? Au moyen-âge, on prêtait des capacités magiques aux mandragores, ces petites plantes herbacées. On croyait notamment qu’elles étaient capables de crier, et que leurs hurlements tuaient ceux qui les entendaient … Dans Harry Potter, J.K. Rowling les introduit en cours de botanique, sous la forme de plantes humanoïdes. Pour les rempoter, les élèves doivent porter des cache-oreilles afin de ne pas être assommés par leurs cris !

Le monde de Harry Potter réinterprète aussi les mythes des centaures, des hippogriffes, du Minotaure ou encore du basilic, ce reptile légendaire issu de la mythologie gréco-romaine.

✍️ Utiliser des créatures déjà connues du lecteur permet de trouver une résonance en lui, de jouer avec des figures qui ont déjà une signification dans son imaginaire, tout en les colorant de la touche créative propre à l’univers du roman.

5. Le sens de l’émerveillement

Terminons avec ce qui constitue une grande part du charme irrésistible de Harry Potter : son univers propice à l’émerveillement. Le monde inventé pour la saga a de quoi combler l’imaginaire des petits et des grands.

Tournois sportifs sur des balais volants virevoltant dans le ciel, combats magiques contre des monstres géants, bus qui se déplace en bondissant d’une destination à l’autre …

Dans le monde de Harry Potter, ce sont les chouettes qui transmettent le courrier et les gobelins qui tiennent la banque. Les potions magiques réparent les os ou font pousser des moustaches de chat. Quant aux photos accrochées aux murs, elles présentent leurs modèles en mouvement.

✍️ Ne freinez pas votre imagination, déployez-la pour construire un monde fabuleux qui mettra des paillettes dans les yeux de ceux qui vous liront ✨. En revanche, travaillez en amont votre univers fantastique pour que tous les éléments qui le constituent soient harmonieux et cohérents entre eux …

Le nouveau kit d’écriture « Créez un monde fantastique pour votre roman » que je sors dans quelques jours est justement conçu pour vous aider à atteindre cet objectif !

Je vous dis à vendredi pour plus d’infos sur cette nouveauté 🙂

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Répondre BIETRY Priscillia le 03/09/2021 à 10 h 36 min

    Merci pour cet article. Il donne des clés pour créer un monde imaginaire. Ecrivant un roman depuis un an sur un monde qui n’existe pas, j’avoue que l’exercice est particulièrement difficile. L’imagination possède ses limites surtout sur les détails. Et je sors les rames, parfois en me concentrant plus sur mes personnages je l’avoue 🙂 Je lis votre blog toujours avec plaisir !

    • Répondre Charlotte le 03/09/2021 à 21 h 50 min

      Merci Priscillia pour votre message 🙂. Les personnages sont tellement importants aussi !

    Laisser un commentaire