Écriture

6 conseils pour surmonter un blocage d’écriture

19/04/2021

L’écriture d’un roman n’est pas un long fleuve tranquille, cela ressemble plutôt à des montagnes russes ! Il y a des périodes d’enthousiasme et d’autres plus difficiles, où le doute et le découragement nous guettent.

Quand on écrit un livre, il est même courant de ressentir des blocages qui nous empêchent d’avancer. Il peut s’agir de la peur de commencer son histoire, de la difficulté à relancer l’intérêt au milieu du récit, ou encore de l’incapacité à aller jusqu’au bout.

De nombreux auteurs en herbe abandonnent d’ailleurs leurs manuscrits à cause de ces difficultés. Si vous vous sentez concerné, voici 6 astuces pour surmonter les blocages d’écriture !

1. (Re)travaillez votre plan

Parfois, on ne peut plus avancer sur notre roman sans comprendre pourquoi. Écrire nous paraît fastidieux et on remet sans cesse la tâche à plus tard …

Et s’il s’agissait d’un problème structurel ? Il arrive qu’on sente que quelque chose cloche dans notre récit, sans qu’on puisse mettre le doigt dessus, et que cela nous bloque dans l’écriture de notre roman.

✍️ Faites une pause et prenez du recul sur votre histoire. Y aurait-il un élément à modifier dans votre intrigue ou dans le traitement de vos personnages pour que votre roman soit plus fluide ? Un plan peut bouger en cours d’écriture (c’est même souvent le cas) alors restez souple et adaptez-le.

À l’inverse, si vous écrivez au fil de l’eau, il se peut que cette absence de cadre vous paralyse. Certains auteurs aiment improviser, d’autres ont besoin d’une structure pour travailler. Si vous ne savez pas où va votre histoire et que cela vous plonge dans le syndrome de la page blanche, essayez de prendre un moment pour organiser vos pensées et anticiper les grandes lignes de votre intrigue.

Ce n’est certes pas le cas pour tout le monde, mais souvent, quand on sait où on va, il est plus facile d’emprunter la route qui y mène …

2. Pensez à autre chose

Vous êtes obnubilé par vos difficultés d’écriture ? Y penser non-stop n’est pas forcément la meilleure manière de les surmonter. Le fait de rester centré sur son projet, sans jamais changer d’air, peut créer des blocages dans le processus créatif.

À force d’avoir la tête dans le guidon, on manque de vision d’ensemble, ce qui est pourtant essentiel pour trouver des solutions aux obstacles et mener son roman à terme.

Sans oublier que l’imagination se nourrit des influences extérieures. Comme la plante a besoin d’eau et de soleil pour grandir, votre créativité a besoin de se nourrir pour prospérer ! Parfois, il faut juste prendre le temps de laisser infuser son projet.

On dit que, quand une idée surgit enfin après une longue période de sécheresse créative, c’est que le cerveau a inconsciemment travaillé dessus pendant tout ce temps. Ce qui nous apparaît comme une illumination serait en fait le résultat d’un long processus inconscient …

✍️ Faites une pause et sortez votre roman de votre tête pendant quelques jours. Mais n’attendez pas plus d’une semaine pour reprendre la plume, ou il sera difficile de vous remettre dans le bain !

À lire aussi : 8 conseils pour développer votre créativité d’auteur

3. Utilisez un sablier

À chaque fois que vous voulez démarrer une session d’écriture, la procrastination vous gagne ? Les jeux sur votre téléphone semblent vous appeler, sans parler de votre boite mail et de vos réseaux sociaux …

L’écriture demande un effort de concentration, et il est facile de se laisser happer par les nombreuses distractions numériques dont nous disposons aujourd’hui.

Pour réussir à vous y mettre une bonne fois pour toutes, essayez la technique du sablier. Imaginé par l’auteur Samantha Bailly, ce concept est simple : on se donne chaque jour un moment pour écrire, en retournant un sablier et en ne faisant rien d’autre que travailler sur son roman, le temps que tout le sable s’écoule.

Ainsi, le temps consacré à la session d’écriture est symbolisé par un objet palpable et tangible, on est dans l’intuitif, dans l’action concrète. Sans oublier qu’un tour de sablier, ça ne dure pas trop longtemps, c’est l’idéal pour s’y mettre en douceur !

✍️ Personnellement, j’ai opté pour un sablier de 30 min, mais Samantha Bailly conseille plutôt de se munir d’un sablier de 5min (on peut toujours le retourner plusieurs fois pour cumuler le temps). Elle préconise de commencer par écrire 10 min le premier jour, 15 min le deuxième, et ainsi de suite jusqu’à atteindre 1h.

À lire aussi : 5 raisons de commencer votre roman tout de suite

4. Parlez-en avec un proche

Vous ne savez pas comment vous y prendre pour dénouer tel ou tel obstacle dans votre roman ? À force de retourner le problème dans tous les sens, vos idées finissent par s’embrouiller ?

Sortez de votre bulle pour parler de votre roman avec un proche !

Attention, quand je dis parler de votre roman, je ne dis pas raconter toute votre histoire. Personnellement, je ne révèle jamais mon intrigue à quiconque avant de l’avoir écrite, car j’ai besoin de mener le processus d’écriture seule.

En revanche, quand un point précis me pose problème, je m’assieds quelques minutes avec mon copain pour évoquer le sujet. Je reste vague sur mon histoire et je lui ne lui révèle que le strict nécessaire concernant ce qui me bloque.

✍️ Si possible, choisissez un proche qui connaît le sujet problématique. Par exemple, mon copain en sait plus que moi sur les scènes de combat, c’est donc l’interlocuteur parfait quand je bloque sur ce type de scènes.

Cela dit, la plupart du temps, ce n’est pas la personne à qui vous vous confierez qui vous donnera les clés du blocage à résoudre. Rien que le fait de formuler votre problème pour quelqu’un d’autre et de dérouler une réflexion autour, vous permettra de clarifier les choses et de trouver la solution vous-même.

5. Dédramatisez l’écriture

Idéaliser l’acte d’écrire est la porte ouverte au syndrome de la page blanche. Et pour cause : si l’on pense que le premier jet doit être parfait, on appréhendera forcément de l’écrire, de peur d’échouer. La tâche est trop intimidante et on préfère procrastiner plutôt que de s’y mesurer !

Essayez de voir les choses sous un autre angle : même les grands auteurs ont travaillé longuement avant d’écrire les textes qu’on leur connaît. L’écriture est un travail de longue haleine, qui nécessite de la persévérance.

De plus, un premier jet n’a souvent rien à voir avec le texte que l’on découvre, une fois le livre publié. Il a été retravaillé par son auteur, puis relu et annoté par un éditeur avant d’être corrigé encore …

Sans oublier que le premier roman publié d’un auteur est rarement le premier qu’il a écrit. Eh oui, comme c’est le cas pour toutes les disciplines, un auteur s’améliore avec l’expérience et la pratique !

Bref : acceptez d’écrire quelque chose d’imparfait. Vous aurez tout le temps de le corriger ensuite, lors de la réécriture. Mais pour cela, encore faut-il vous lancer et écrire ce fameux premier jet.

✍️ Rangez vos attentes dans un coin de votre tête, si elles vous intimident trop. Essayez de vous concentrer sur le plaisir d’écrire, de dérouler votre intrigue, d’animer vos personnages, de donner corps à votre univers … Et tant pis pour la perfection. Pour éviter d’être trop critique avec vous-même durant cette phase, ne vous relisez pas avant d’avoir fini votre premier jet !

6. Relancez votre intérêt

Parfois, il arrive d’entrer dans une routine d’écriture un peu monotone, notamment quand on écrit un plan très détaillé avant de passer au premier jet. On sait d’avance ce qui va advenir dans le chapitre suivant et on écrit de manière mécanique, sans ressentir l’élan du début …

Pourtant, je suis convaincue que l’on peut écrire à partir d’un plan sans s’ennuyer !

✍️ Pour cela, relancez régulièrement votre intérêt. Avant chaque chapitre, demandez-vous sous quel angle l’aborder pour qu’il soit captivant à écrire (et à lire par la même occasion) : Une ambiance particulière à déployer ? Une discussion mordante entre deux personnages ? Une course-poursuite haletante à mettre en scène ?

Écrire un roman, c’est aussi faire incarner son histoire à des personnages. Ne vous contentez pas de dérouler froidement votre intrigue, faites-la vivre et ressentir à vos héros ! C’est le meilleur moyen de rendre votre récit intéressant à écrire puisque, quel que soit le niveau de détails de votre plan, la version de l’histoire vécue par les personnages aura forcément une résonnance unique.

À lire aussi : 5 astuces pour vous mettre dans l’ambiance de votre roman

Et vous, quels sont vos astuces pour surmonter un blocage d’écriture ?

À lire aussi : Quel écrivain êtes-vous sur l’Ennéagramme ?

Vous pourriez aussi aimer

8 Commentaires

  • Répondre Enirtourenef le 20/04/2021 à 9 h 04 min

    Il y a peut-être un an, un an et demi (peut-être un peu plus, maintenant, je ne me rends pas compte… voyons… j’ai commencé mon roman en mars 2020 donc ça va faire bientôt un an et demi) je sortais d’une période sans écriture de même durée. Je ne sais pas trop pourquoi, j’avais juste arrêté. Je crois que ça a suivi de mauvais avis sur mon tout premier roman (très mal fichu, faut dire) et j’ai aussi dû rebooter ma manière de voir l’écriture. Je n’arrêtais pas de dire que l’écriture était « un processus de moi à moi » sauf que forcément, quand on écrit vraiment que pour soi y a plein de trucs qui paraissent clairs dans le récit et qui ne le sont pas pour le lecteur qui ne connaît pas l’histoire. Donc j’ai dû assumer de vouloir être lu et d’écrire pour être comprise. Pendant plus d’un an je n’ai rien écrit, rien de sérieux en tout cas ou rien sérieusement. Je n’étais ni triste ni frustrée : c’était comme ça et c’était tout. Puis à un moment j’ai eu un déclic sorti de nulle part, je me suis levée un matin avec la conviction que c’était le moment d’écrire Roman 1. J’ai pris un peu de temps pour me préparer, j’ai choisi une date de début d’écriture pour me laisser le temps de prendre mon élan, et c’est parti tout seul !
    Tout ça pour dire que parfois il ne faut pas forcer. Quand il y a un vrai blocage, profond, c’est peut-être juste que l’inconscient a besoin de travailler sur quelque chose avant de se lancer !

    • Répondre Charlotte le 21/04/2021 à 11 h 55 min

      Ton commentaire est intéressant, il montre à quel point les blocages peuvent être issus de problèmes variés et propres à chacun. Cela dit, dans mon article, j’ai plutôt abordé la question du blocage superficiel, dû à un problème de méthodologie ou de pensées limitantes 😉

      • Répondre Enirtourenef le 27/04/2021 à 8 h 25 min

        Et c’est très important de traiter ces blocages aussi parce que ce sont les plus répandus ! J’ai dû en avoir aussi mais à ce moment-là soit je bloque vraiment (parce que j’ai trop de trucs à penser, ou que je culpabilise d’écrire au lieu de travailler, etc.) et je jette l’éponge ; soit je sens que c’est pas loin, je lance de la musique pour occuper mon cerveau (j’ai tendance à avoir le petit hamster qui tourne dans la roue) et en même temps formaliser le fait que j’écris (j’utilise un peu toujours la même musique en fonction des projets) et ça part ! 🙂

        Ah, sinon j’ai un autre petit tips : quand je bloque sur une scène ou une séquence je me projette sur la scène ou la séquence suivante, je la tourne dans ma tête, je la prévois, et je me lance en l’ayant en ligne de mire. Généralement, ça débloque la scène qui me gênait parce que je suis obligée de la « passer » pour arriver à l’autre. Évidemment, la qualité sera aléatoire… mais comme tu le rappelles, le premier jet n’est jamais vraiment top et le principal c’est de passer le problème pour arriver au bout !

        • Répondre Charlotte le 27/04/2021 à 9 h 45 min

          Merci pour cette nouvelle astuce, c’est une bonne idée pour se motiver !

  • Répondre Fethi le 21/04/2021 à 23 h 00 min

    Merci, Charlotte.
    Le trou noir que j’ai en ce moment est expliqué dans vos 6 conseils.
    Je vous remercie.

    • Répondre Charlotte le 22/04/2021 à 9 h 49 min

      De rien je suis contente que l’article ait pu vous aider !

  • Répondre Judith le 28/04/2021 à 20 h 02 min

    Merci beaucoup pour tous ses conseils, j’étais justement en ce moment sur un blocage d’écriture
    C’est incroyable comment vos articles sont toujours en lien avec mes petits problèmes d’écriture
    Je vais vraiment finir par croire au destin

    • Répondre Charlotte le 28/04/2021 à 21 h 11 min

      De rien Judith, merci à vous pour votre message !

    Laisser un commentaire