Écriture

Améliorer sa plume en 10 conseils

26/10/2020

« La plume est la langue de l’âme » disait Cervantès dans Don Quichotte.

Tandis que certains perçoivent notre manière d’écrire comme le reflet de ce que nous sommes, d’autres y voient un outil servant à toucher le lecteur. C’est un peu des deux, à mon avis ! Dans tous les cas, une chose est sûre : la plume fait partie des essentiels à travailler quand on est auteur.

C’est notre manière d’associer et d’agencer les mots qui fait entrer le lecteur dans notre histoire, qui lui permet de s’attacher à nos personnages et d’accrocher à notre intrigue. D’une certaine manière, la plume est la clé qui va ouvrir aux autres la porte de notre univers.

Elle n’est pas pour autant facile à maîtriser, et on peut vite se dévaloriser en jugeant notre style maladroit, répétitif ou impersonnel … On écrit rarement bien au tout début, quand on se lance dans son premier roman, et c’est parfois décourageant.

La bonne nouvelle, c’est que la plume se travaille et s’améliore considérablement avec le temps et les bons réflexes. Je vais partager avec vous 10 conseils dans ce sens, qui peuvent tout changer !

1. Lire beaucoup

Vous le savez sans doute : lire régulièrement est la base pour apprendre à bien écrire. S’imprégner de la musicalité des mots est le meilleur moyen de se familiariser avec la notion de style. D’ailleurs, à ma connaissance, tous les grands auteurs sont avant tout de grands lecteurs.

Lisez de tout, soyez curieux, ne vous cantonnez pas à un seul style. C’est en découvrant des plumes variées que vous saurez ce qui vous parle ou pas, et l’effet que l’on peut obtenir avec telle ou telle approche.

✍️ Vous avez adoré un livre pour la plume de son auteur ? Relisez-le en prenant des notes, afin d’identifier clairement ce qui vous a plu. Est-ce sa façon de poétiser les scènes du quotidien ? De mettre en place un rythme trépidant ? Quels détails rendent ses descriptions si fines et réalistes ? Il n’est pas question de plagier, mais d’améliorer votre plume en vous nourrissant de ce qui vous touche chez les autres.

2. Écrire régulièrement

Le deuxième réflexe à adopter pour améliorer sa plume – et sans doute le plus important de tous – est d’écrire. N’oubliez jamais que la plume se forge comme c’est le cas pour n’importe quel artisanat !

Personne n’écrit parfaitement au premier essai, et les auteurs qui écrivent très bien sont ceux qui le font depuis des années. Pensez à eux si vous vous sentez découragé à la relecture de vos premiers mots. Gardez confiance en vous et persévérez ! Même si l’acte d’écrire vous semble difficile aujourd’hui, votre plume se musclera avec le temps et l’exercice perdra son côté fastidieux.

Lors de la rédaction de mon premier roman, je me rappelle avoir passé une demi-journée sur un seul paragraphe … Sept ans après, l’écriture me vient de manière infiniment plus spontanée (même si je mentirais en disant que c’est toujours facile).

✍️ Pour vous améliorer, prenez l’habitude d’écrire un peu tous les jours. Et pas forcément en travaillant sur votre roman. Personnellement, faire vivre ce blog me permet d’écrire régulièrement sans perdre la main, même quand je n’ai pas de manuscrit en cours !

3. Ressentir son texte

Parfois, le problème n’est pas de réussir à coucher les mots sur le papier, mais de parvenir à écrire un texte incarné. La faute au désir de trop bien faire : on compose ses phrases avec soin, on cherche à rédiger le mieux possible … Et on se retrouve avec un texte trop froid, limite impersonnel.

L’une des solutions, quand on sent que notre style est désincarné, est de ressentir son texte pour le rendre plus vivant. Prenez le temps de vous glisser dans la peau de vos personnages, de vous mettre à leur place.

Que ressentent-ils, dans telle ou telle situation ? Quelles sont leurs émotions, leurs peurs, leurs sensations physiques ? Faites un travail d’introspection. Fouillez dans votre propre vécu, prêtez attention à ce que vous ressentez au quotidien. Apprenez à écouter ce qui se passe en vous pour rendre votre écriture plus sensible …

✍️ Essayez d’abandonner un peu votre quête de perfection afin de laisser parler vos tripes. Soyez spontané lors de l’écriture de votre premier jet, il sera toujours temps de polir votre texte par la suite !

Lire aussi : Utiliser les figures de style pour imager son roman

4. Rester ouvert

Apprendre à écouter ses émotions est une étape importante. Mais pour améliorer sa plume, il faut aussi rester ouvert au monde qui nous entoure ! Beaucoup d’écrivains prétendent que leur perméabilité à leur environnement fait partie de leurs plus grands atouts.

Gardez en tête que George R.R. Martin a eu l’idée du Trône de Fer lorsqu’il a visité le mur d’Hadrien (d’où l’immense mur de la saga) et que J.K. Rowling a commencé à imaginer l’histoire d’Harry Potter lorsqu’elle prenait le train (d’où le Poudlard Express).

✍️ Quand vous prenez les transports en commun, ne restez pas perdu dans vos pensées. Écoutez les gens en prêtant attention à leur vocabulaire, à leurs intonations, au rythme de leurs paroles. C’est le meilleur moyen d’écrire des dialogues qui sonnent juste !

Pour apprendre à mieux décrire les lieux, observez ceux que vous croisez au quotidien. Demandez-vous quelles en sont les caractéristiques les plus frappantes, les détails les plus intéressants, l’impression générale qui s’en dégage.

Idem pour les gens, dont vous pouvez étudier les traits et les mimiques pour les utiliser ensuite dans la création de vos personnages

5. Montrer plutôt que dire

Pour écrire de manière vivante et donc améliorer votre plume, rien ne vaut le bon vieux dicton Show don’t tell. En français cela donne : Montrez, ne dites pas. Ce que vous raconterez aura beaucoup plus d’impact si le lecteur peut le visualiser par lui-même.

Ainsi, vous n’écrirez pas « Les propos de son patron mirent Simon en colère » mais « Les poings de Simon se crispèrent. Il jeta un regard assassin à son patron avant de sortir en claquant la porte. » Plus évocateur, n’est-ce pas ?

✍️ Appliquez le principe du Show don’t tell à tous les éléments de votre roman : les émotions des personnages, les relations entre eux, les descriptions de lieux, etc.

Pour en savoir plus découvrez mon article : Show don’t tell

6. Préférer la simplicité

Une erreur courante, lorsqu’on commence à écrire, est de croire qu’améliorer sa plume consiste à rédiger de longues phrases compliquées. En réalité, c’est tout l’inverse ! Un style alambiqué fait facilement maladroit.

Je ne prétends pas que tout le monde doit écrire de la même manière, mais juste qu’il faut éviter les phrases à rallonge et les mots obscurs quand ils ont pour unique objectif de faire paraître son style plus littéraire.

N’oubliez pas que le lecteur sera plus facilement emporté par votre histoire s’il n’a pas à revenir au début d’une phrase trois fois pour la comprendre, ou à chercher dix mots dans le dictionnaire à chaque page. Au contraire, s’il oublie la forme pour se laisser captiver par le fond, c’est bon signe …

✍️ Privilégiez la clarté du récit et ne faites jamais primer le style sur le sens !

7. Cibler ses mots

Choisir exactement le mot qui convient au contexte, celui qui colle parfaitement à ce que vous souhaitez exprimer : voilà le secret d’une plume efficace !

✍️ Adoptez le dictionnaire des synonymes afin de trouver le terme le plus juste. Évitez les verbes faibles, l’abondance d’adverbes et d’adjectifs. Et surtout, ne dites jamais en plusieurs mots ce que vous pouvez exprimer en un seul …

Pour vous donner un exemple, un « taudis » sera toujours plus parlant qu’un « logement misérable », et mieux vaut dire que « Tom claque la porte » plutôt qu’il « la ferme violemment » …

Citons Amélie Nothomb, pour qui la précision des mots est une priorité absolue. L’écrivaine belge cherche aussi à épurer sa plume, d’où ses romans fluides et percutants.

« Raffiner son écriture, c’est découvrir tout ce qui est superflu, mais aussi tout ce qui est essentiel. Et ce qui est essentiel, il faut lui donner une force extraordinaire (…) La précision du langage s’obtient en enlevant tout ce qui est superflu. Mon d’idéal à moi c’est d’obtenir un langage d’une densité folle, un langage auquel on ne pourrait rien retrancher. »

Lire aussi : Les secrets d’écriture d’Amélie Nothomb

8. Rythmer ses paragraphes

Améliorer sa plume ne passe pas seulement par le choix des mots. Le rythme aussi est important, c’est lui qui va entraîner le lecteur dans votre univers … ou le laisser à la porte.

Si toutes vos phrases sont de la même longueur et de la même tournure syntaxique, le lecteur finira par trouver votre texte monotone (pas forcément consciemment d’ailleurs) … et par perdre le fil, sans trop savoir pourquoi.

✍️ Variez donc la longueur de vos phrases et évitez les tournures trop semblables sur un même paragraphe.

Bien sûr, on peut donner une tonalité particulière à son texte en privilégiant un rythme spécifique (par exemple des phrases courtes lors d’une scène d’action, et des longues lors d’une description) mais il faut garder un minimum de variété, même quand on joue sur cet effet.

9. Polir ses écrits

Il existe une bonne raison de ne pas se décourager lorsqu’on relit son premier jet, et qu’on ne juge pas sa plume à la hauteur : écrire ne consiste pas juste à poser les mots sur le papier, mais aussi à retravailler assidûment son texte. Rares sont les écrivains à produire une histoire parfaite du premier coup !

La correction fait partie intégrante du travail sur le style. Bernard Weber nous conseille ainsi de « ne pas tomber amoureux de notre première version ». L’écrivain aurait d’ailleurs réécrit 120 fois son roman Les fourmis

✍️ Relisez-vous plusieurs semaines après l’écriture de votre premier jet, afin de gagner le recul nécessaire à son analyse objective. Dans l’idéal, vous devriez appréhender votre manuscrit comme s’il avait été écrit par quelqu’un d’autre !

Profitez de cette relecture pour relever vos tics d’écriture, vos tendances aux répétitions et autres maladresses. Avant de les corriger, notez-les pour vous en souvenir, et évitez ces erreurs lors de l’écriture de votre prochain manuscrit.

10. Utiliser un logiciel

Vous avez du mal à prendre du recul sur vos écrits ?

Utiliser un logiciel de correction comme Antidote est un bon moyen de prendre conscience des faiblesses de votre plume.

Ce logiciel est beaucoup plus précis qu’un traitement de texte basique. Il passe le texte qu’on lui soumet à la moulinette, pointant sans pitié les répétitions, fautes d’orthographe et erreurs de syntaxe. Antidote ne se contente pas de souligner les mots problématiques, il propose aussi des explications à l’aide d’infobulles ou des sélections de synonymes, entre autres fonctionnalités.

✍️ N’acceptez pas aveuglément les suggestions d’Antidote. Ce logiciel est très pointilleux et signale énormément de choses sans qu’il soit forcément nécessaire de les corriger. L’idée est plutôt de l’utiliser intelligemment, en regardant ce que le logiciel pointe de réellement problématique, pour prendre conscience de ses faiblesses et perfectionner son style d’écriture.

Voilà, vous connaissez mes conseils pour améliorer sa plume !

FICHE CADEAU

Pour aller plus loin, je vous propose une fiche PDF listant les réactions physiques qu’entraînent les émotions. Utilisez cette fiche pour mieux comprendre les sensations des personnages de votre roman. Cela vous permettra d’écrire de manière plus vivante !

Vous pouvez la télécharger gratuitement en indiquant votre prénom et votre e-mail dans l’encadré ci-dessous, qui vous inscrira à ma newsletter. Vous recevrez ensuite le lien de téléchargement de la fiche par e-mail.

CADEAU BONUS
FICHE EMOTIONS
Entrez votre prénom et votre e-mail pour vous inscrire à ma newsletter et recevoir gratuitement la fiche émotions
  Vos informations ne seront jamais divulguées à une tierce personne

Vous pourriez aussi aimer

  • Marie N. le 26/10/2020 à 10 h 14 min

    Bonjour. Merci pour ces conseils qui me paraissent extrêmement pertinents. Cela m’aide beaucoup.

    • Charlotte le 26/10/2020 à 21 h 53 min

      Bonjour Marie, merci beaucoup pour ton commentaire !

  • Rose le 26/10/2020 à 11 h 02 min

    Hello,
    j’ai beaucoup aimé cet article, il est très vrai et en plus tu donnes des astuces super intéressantes pour améliorer sa plume ! C’est génial ! Merci.
    Et j’ai aussi adoré la petite fiche sur les émotions que tu offres en cadeau ! Mine de rien, on utilise toujours un peu tout le temps les mêmes formules. Du coup ta fiche donne de nouvelles idées, c’est trop bien !
    Belle journée à toi.

    • Charlotte le 26/10/2020 à 21 h 54 min

      Hello Rose, merci à toi 🙂

  • Lilas le 29/10/2020 à 19 h 13 min

    Bonjour! Je lis depuis toute petite (j’ai 14 ans) et j’ai BEAUCOUP d’imagination. Je suis donc en train d’écrire un roman, et tes conseils m’ont bien aidé. Surtout le « show don’t tell ». Grâce à tes conseils, j’ai pu m’améliorer. Merci!

    • Charlotte le 30/10/2020 à 14 h 15 min

      Bonjour Lilas ! Merci pour ton commentaire, et félicitations pour l’écriture de ton premier roman si jeune 🙂

  • Enirtourenef le 01/11/2020 à 13 h 38 min

    En ce moment, je suis prise d’une folie de lecture, je lis beaucoup beaucoup beaucoup plus qu’habituellement et les temps de livraisons de mon colis (2 putains de semaines) me paraissent interminables ! Je profite de mes lectures pour voir « comment les autres font ». Avant, je ne comprenais pas ce que ça voulais dire et comment on pouvait voir la technique des autres en lisant, mais maintenant je vois. Le livre qui a été une leçon d’écriture indescriptible, une claque monumentale, c’est Ayesha, d’Anne et Gérard Guéro. Le jour où je serais capable de mettre une claque pareille à mes lecteurs j’aurais touché le gros lot (mais eux, ils trichent : ils sont deux, et moi je suis toute seule ! :P))

    Si on ne veut pas investir dans Antidote, on peut aussi tromper son cerveau et lui faire croire qu’on lui fait lire un texte qu’on n’a pas écrit nous-mêmes. On peut changer la police d’écriture, la couleur, la taille, la couleur de la page pourquoi pas, et ainsi notre bon cher cerveau pensera avoir devant lui un texte neuf. Quel abruti x) (mais tant que ça sert ! :’P)

    • Charlotte le 01/11/2020 à 17 h 17 min

      Oh j’aime beaucoup tes astuces pour faire croire à notre cerveau que quelqu’un d’autre a écrit le texte ! Je tenterai de changer de typo et de taille de texte, la prochaine fois ^^