Écriture

Analyse de méchant : Severus Rogue

17/10/2022

S’il y a un personnage de la saga Harry Potter qui suscite des avis contrastés, c’est bien Severus Rogue. Certains le détestent tandis que d’autres l’adorent.

Pour ma part, je trouve que c’est un personnage vraiment intéressant. Décortiquer Rogue offre une belle leçon d’écriture, qui nous permet d’en savoir plus sur la construction d’un bon « méchant ».

Je mets le mot entre guillemets, car, comme nous allons le voir dans l’article, le célèbre professeur de potions change de statut au cours de l’histoire. Cela contribue à sa personnalité fascinante !

Dans cet article, je vous propose une analyse de Severus Rogue, pour en savoir plus sur ce antihéros mystérieux qui a marqué toute une génération de lecteurs ⚡️

Un antagoniste bien caractérisé

Comme la plupart des professeurs de Poudlard, Rogue a une présence très marquée. Il est reconnaissable entre mille !

La première fois qu’il le voit, Harry le définit comme « un homme aux cheveux noirs et gras, le nez crochu, le teint cireux. » Un peu plus tard, il dira même que ses yeux sont « vides et froids comme l’entrée d’un tunnel »

Mais ce n’est pas seulement le physique de Rogue qui en fait un personnage bien caractérisé. C’est aussi son expression sinistre, sa voix murmurante, son ton moqueur, sa démarche autoritaire accompagnée du flottement de sa longue cape noire …

L’univers dans lequel Rogue gravite est tout aussi spécifique, comme une extension de lui-même. Ainsi, le professeur des potions donne cours dans une ancienne geôle :

Il y faisait plus froid que dans le reste du cachot et les animaux qui flottaient dans des bocaux de formol alignés le long des murs rendaient l’endroit encore plus effrayant.

J.K. Rowling, Harry Potter à l’école des sorciers

Le ton est donné !

✍️ Il est toujours efficace de créer des méchants bien caractérisés. Pour cela, inutile de décrire leur apparence de la tête aux pieds. Inspirez-vous de J.K. Rowling, qui excelle dans l’art de dresser des portraits expressifs en trois ou quatre traits.

Et surtout, appréhendez la caractérisation de vos personnages en 3D ! Ne vous contentez pas de l’aspect physique. Appuyez-vous aussi sur la voix, l’allure, la démarche et la présence (voire même l’environnement proche, qui peut devenir la signature du personnage, comme Rogue et son cachot/salle de cours).

À lire aussi : Décryptage du monde fantastique de Harry Potter

Analyse Severus Rogue

Un méchant au comportement ambigu

Rien n’est plus ennuyeux qu’un antagoniste manichéen, qui ne fait que le mal sans aucune nuance. Ce n’est pas le cas de Rogue, qui nous offre un bel exemple de méchant ambivalent.

Pourtant, au départ, Severus a tout de la caricature de l’odieux personnage. C’est un professeur sec et revêche, mais aussi injuste, qui n’hésite pas à privilégier les élèves de Serpentard au détriment des autres. Pire encore : il est cruel et prend plaisir à humilier certains enfants, comme Neville Londubat.

Rogue est un sorcier terriblement rancunier, qui ne parvient pas à tirer un trait sur le passé. Il n’y a qu’à voir le ressentiment farouche qu’il garde pour Lupin, tant d’années après leur scolarité commune, alors qu’ils sont tous deux adultes et que de l’eau a coulé sous les ponts.

Bref, sous de nombreux aspects, Rogue est un sorcier irascible. Il est la première victime de son comportement hostile, puisque celui-ci l’empêche d’avancer et de tisser des liens avec les autres.

👉 Oui, mais … au fil des tomes, on découvre Severus sous un jour nouveau. De multiples nuances viennent colorer ce personnage.

À commencer par son respect et sa loyauté sans faille pour Albus Dumbledore.

Rogue accepte de devenir « agent double » auprès de Voldemort, une mission aussi ingrate que dangereuse. Il s’engage pour l’Ordre du Phoenix, malgré la présence de membres qu’il déteste. Severus va même jusqu’à tuer Dumbledore lui-même, sur la demande de ce dernier.

Le comportement odieux de Rogue envers Harry ne l’empêche pas de le protéger à de nombreuses reprises (contre Quirrell dans le premier tome, contre Lupin devenu loup-garou dans le troisième tome …).

Enfin, n’oublions pas qu’à la fin, Severus sacrifie sa vie pour sauver les autres et honorer la mémoire de Lily. Ainsi, celui que l’on considérait comme un antagoniste dans plusieurs tomes finit par devenir un héros. J.K. Rowling elle-même le dit :

Oui, je pense même que c’est un héros, mais un héros imparfait. Un antihéros, peut-être. Ce n’est pas un homme très agréable dans bien des domaines. Il reste plutôt cruel, une brute remplie d’amertume – et pourtant il a aimé, il a été loyal, et, pour finir, il a sacrifié sa vie pour cet amour. C’est plutôt héroïque !

J.K. Rowling

Un personnage en souffrance

Si l’on finit par s’attacher à Rogue, ou du moins par le comprendre, c’est parce qu’on découvre qu’il souffre. Au fil des tomes, on en apprend de plus en plus sur ce personnage … Ainsi, il quitte peu à peu le statut de méchant stéréotypé pour revêtir celui d’être humain complexe.

Rogue a une enfance difficile : ses parents se déchirent lorsque son père apprend que sa femme et son fils sont des sorciers. Le petit Severus est ensuite négligé par ses parents … Cela explique en partie la personne désagréable qu’il devient.

En grandissant, Severus tombe amoureux de Lily (la mère de Harry) avec qui il vit une belle amitié. Hélas, celle-ci prend fin après leur entrée à Poudlard, car les brimades subies par Rogue aggravent son mauvais caractère. Pour ne rien arranger, Lily épouse James, alors que c’est principalement lui qui a humilié Severus pendant son adolescence.

On découvre ce passage précis lorsque Harry plonge dans la pensine, pénétrant dans les pensées intimes de Rogue. Avec lui, on ressent l’humiliation de Severus comme si on était à sa place : cela suscite notre empathie envers ce personnage pourtant détestable.

✍️ Comme J.K. Rowling, n’hésitez pas à dévoiler un passage clé du passé de votre antagoniste assez loin dans l’histoire. Cela offrira un nouvel éclairage sur les « circonstances atténuantes » qui l’ont rendu méchant !

Pour finir, Rogue a définitivement le cœur brisé à la mort de Lily, dont il est involontairement responsable (il avait à ce moment-là rejoint les rangs des Mangemorts).

Il était tellement aveuglé par la magie noire qu’il pensait que Lily trouverait impressionnant qu’il devienne un Mangemort.

J.K. Rowling

Citations de J.K. Rowling issues du Wiki Harry Potter

Suite à ce drame, Severus décide de se racheter en consacrant sa vie à la lutte contre Voldemort. Cette décision ne rend pas pour autant son quotidien plus facile. Déterminé à protéger Harry, Severus ressent pour lui des sentiments contradictoires, puisque le jeune sorcier lui rappelle à la fois sa mère Lily, qu’il aimait, et son père James, qu’il détestait. Cette relation est à l’image du personnage de Rogue : torturée et ambivalente.

Analyse Severus Rogue

Un antihéros au double visage

Pour finir, parlons de la narration de la saga, qui contribue à rendre le personnage de Rogue fascinant.

Au fil des retournements de situation, notre regard sur Severus évolue. Comme les couches d’un oignon que l’on pèle, nous découvrons peu à peu le professeur des potions sous différentes facettes !

Dans le premier tome, on nous le présente comme le coupable idéal, le grand méchant vénéneux. À la fin, on apprend en fait que c’est Quirrell qui est possédé par Voldemort, et que Rogue, bien que désagréable, est dans le bon camp.

Nouveau coup de théâtre lorsque Rogue tue Dumbledore pour rejoindre Voldemort … avant que l’on apprenne qu’il a agi sur la demande du directeur lui-même, pour sauver le monde des sorciers.

Bref, la narration nous balade avec ce personnage. C’est en partie ce qui le rend aussi intéressant à découvrir !

👉 Précisons que ces rebondissements ne paraissent pas rocambolesques, car ils s’étirent sur toute la longueur de la saga. Mais surtout parce qu’ils sont cohérents : le passé et la psychologie de Rogue expliquent clairement ses retournements de veste et son comportement avec Harry.

Sans oublier que le personnage de Severus est sans cesse entouré d’une aura de mystère et de trouble, et que l’on n’est jamais vraiment sûr de ce qu’il cache …

Ainsi, c’est avec un naturel déconcertant que Rogue alterne entre la posture de méchant et celle de héros. C’est néanmoins sur cette dernière facette que ses jours se terminent. À tel point que Harry lui rend hommage en nommant son fils Albus Severus Potter.

Si ce thème vous intéresse, découvrez mon kit d’écriture « Créez un antagoniste fascinant ». Il contient un guide de 42 pages dévoilant les secrets des antagonistes magnétiques et des fiches pour appliquer ces conseils à votre propre roman. En savoir plus ici

Liens de partage

Vous pourriez aussi aimer

4 Commentaires

  • Répondre Liadan le 21/10/2022 à 13 h 30 min

    J’ai hâte de voir le nouveau Kit d’écriture !!!

    • Répondre Charlotte le 23/10/2022 à 12 h 30 min

      🙂

  • Répondre Passa le 04/11/2022 à 21 h 48 min

    J adore vous lire et le sujet que j adore c est bien la saga Harry Potter. C est fascinant votre façon d analyse et de donner des coups de main à des futurs écrivain. Je vous suis pour vos analyse et votre univers tous simplement.

    • Répondre Charlotte le 06/11/2022 à 14 h 17 min

      Merci beaucoup, ça me touche 😊

    Laisser un commentaire