Écriture

3 leçons d’écriture tirées des films d’horreur

31/10/2022

En ce 31 octobre, je vous propose un article spécial Halloween 🎃

Nous allons fêter les histoires qui font peur et plus particulièrement les films d’horreur. Que l’on aime en regarder ou pas, il faut reconnaître que ces fictions exploitent à merveille certains ressorts pour susciter la peur et l’attente.

Quelles leçons d’écriture pouvons-nous en tirer, nous, auteurs de romans ? Dans cet article, je vais vous parler d’ambiance, de mystère et d’antagoniste marquant … C’est parti !

Déployez une esthétique forte

La plupart des films d’horreur jouent la carte de l’ambiance forte. C’est le meilleur moyen d’immerger les spectateurs dans la fiction pour les prendre aux tripes. Cette atmosphère passe par la musique, mais aussi et surtout par l’esthétique.

🎬 Citons la série American Horror Story qui déploie un univers différent à chaque saison (manoir hanté, asile des années 60, coven de sorcières, freak show …). Son atmosphère visuelle est toujours développée à fond et ciselée dans les détails.

✍️ Vous aussi, instaurez une ambiance marquante dans votre roman ! Vous pouvez par exemple exploiter une palette de couleurs. N’avez-vous jamais remarqué l’omniprésence du rouge et du bleu dans le film Crimson Peak ? Ou du vert dans La cité des enfants perdus ?

⚙️ Quel type d’univers choisir pour faire peur ? Il n’y a pas de règles. Certains grands classiques du genre tablent sur les décors traditionnels horrifiques, comme les manoirs hantés ou les cimetières. Ces lieux jouent sur notre imaginaire collectif et nos peurs primitives de l’obscurité ou de la mort. Mais on peut aussi prendre le parti pris inverse, et mettre en scène son histoire dans un endroit commun, voire agréable. Les lecteurs s’identifieront d’autant plus aux personnages s’ils évoluent dans un cadre qui leur est familier …

🎬 Pensez aux Dents de la mer, où l’épouvante prend naissance sur une plage, en pleine saison touristique. Le lieu de votre scène d’épouvante peut même être idyllique, pour créer un contraste glaçant avec ce qui s’y déroule. Comme dans le film Midsommar, situé dans un festival suédois bucolique et enchanteur … qui se transforme bien vite en culte sordide. Le ciel bleu, le soleil rayonnant et les couronnes de fleurs induisent un décalage malaisant avec les horreurs relatées par l’histoire.

Quel que soit l’univers que vous choisissez, travaillez son esthétique dans votre texte. Pour plus de conseils à ce sujet, lisez mon article : Comment créer une ambiance immersive dans un roman?

MidSommar et Crimson Peak : deux films d’horreur, deux univers visuels très différents mais tout aussi intenses

Laissez planer le mystère

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, quand on regarde un film d’épouvante, ce ne sont pas les monstres à l’apparence effrayante qui font le plus peur. En réalité, il n’y a rien de plus efficace que de suggérer l’horreur, de la cacher tout en l’évoquant pour faire travailler l’imagination.

Dans le même ordre d’idées, laisser les personnages dans l’attente des événements horribles à venir permet de faire monter la tension et le suspense.

🎬 Dans de nombreux films d’horreur, comme Halloween et Scream, les tueurs sont masqués. Le mystère et l’épouvante sont d’autant plus intenses que l’on ne sait pas quel visage se cache sous le déguisement.

Dans un autre genre, le film Alien met en scène un extraterrestre semant la terreur dans un vaisseau spatial. Son apparence est effrayante. Pourtant, le plus terrifiant reste le fait de ne pas savoir où il se cache ni quand il va attaquer …

✍️ Vous aussi, dans votre roman, jouez sur ce que les personnages ne voient pas. Faire survenir des monstres est efficace, mais laisser travailler l’imagination des lecteurs est tout aussi redoutable.

À lire : Les conseils d’écriture de Stephen King

Créez un méchant époustouflant

Voici le dernier secret des films d’horreur : ils mettent en scène des antagonistes forts. Cela ne veut pas dire qu’ils doivent être puissants physiquement, mais qu’ils ont tout intérêt à être marquants et approfondis.

Après tout, ils sont au centre des histoires d’épouvante, puisque ce sont eux qui insufflent la peur.

✍️ Ici non plus, il n’y a pas de règles à suivre absolument. Demandez-vous plutôt quel type d’antagoniste vous avez envie de créer, et comment le rendre impactant.

🎬 L’exemple de Carrie est très intéressant, car il présente un twist majeur. La jeune fille qui nous est d’abord présentée comme l’héroïne de l’histoire finit par en devenir le bourreau … Elle nous est ainsi présentée sous un prisme très humain, puisqu’on explore ses failles et sa vulnérabilité avant de la voir basculer dans la folie vengeresse.

Autre exemple : dans L’Exorciste, le méchant est d’autant plus terrifiant qu’il s’agit d’une fillette, possédée par le diable. On se retrouve ainsi face à une ambiguïté terrifiante entre l’innocence et le mal absolu …

Enfin, je ne peux clôturer ce paragraphe sur les méchants de films d’horreur sans vous parler de Shining. Dans l’histoire, l’antagoniste n’est autre qu’un hôtel hanté. Celui-ci se manifeste sous la forme d’apparitions cauchemardesques, jusqu’à insuffler la folie dans l’esprit du père de famille qui garde les lieux. Ainsi, la menace de l’antagoniste est diffuse et pernicieuse … et d’autant plus terrifiante.

Pour en savoir plus sur la construction d’un bon méchant, découvrez mon kit d’écriture « Créez un antagoniste fascinant »

Liens de partage

Vous pourriez aussi aimer

4 Commentaires

  • Répondre Guylaine le 31/10/2022 à 13 h 59 min

    Merci pour cet article qui nous plonge parfaitement dans l’ambiance d’Halloween! J’ai beaucoup apprécié également ton article sur le personnage de Rogue.

    • Répondre Charlotte le 31/10/2022 à 14 h 06 min

      Merci beaucoup Guylaine 😊

  • Répondre JOEL le 06/11/2022 à 11 h 19 min

    Ce n’est pas l’article qui m’intéresse le plus mais je saisis l’occasion pour dire combien j’apprécie ces rendez vous , et il n’est pas rare que le renvoi vers un autre thème soit soudain le temps d’une idée, d’une amélioration à apporter…
    merci.

    • Répondre Charlotte le 06/11/2022 à 14 h 17 min

      Merci beaucoup Joel pour votre message, ça me fait très plaisir !

    Laisser un commentaire