Écriture

Écrire une dystopie

21/11/2022

Comment écrire une bonne dystopie ? C’est le sujet que je vous propose d’explorer dans cet article !

Mais tout d’abord, penchons-nous sur la définition de la dystopie. À l’inverse de l’utopie (qui met en scène un monde idéal), elle fait le récit d’une société future terrifiante.

La dystopie présente des sociétés tyranniques inspirées des dérives de notre réalité, ainsi que des personnages opprimés qui luttent pour retrouver leur liberté …

Si vous êtes tenté par l’écriture de l’une des ces histoires aussi palpitantes que glaçantes, la suite de cet article est pour vous 🙂

Mettre en scène une société cauchemardesque

La politique est bien souvent le socle des romans dystopiques, qui mettent en scène des sociétés régies par des pouvoirs totalitaires ou des idéologies néfastes. Les individus sont opprimés, leurs libertés écrasées.

Si vous écrivez de la dystopie, créez une société au fonctionnement malsain. Quelle que soit la manière dont elle s’y prend pour malmener son peuple, faites en sorte que celui-ci asphyxie sous le poids de la répression (directe ou plus subtile). Ce mal-être sociétal est le terreau d’une bonne dystopie.

📚 Le roman 1984 (George Orwell) se situe en Grande-Bretagne, trente ans après une guerre nucléaire entre l’Est et l’Ouest. Il y règne un régime totalitaire inspiré à la fois du nazisme et du stalinisme. La liberté d’expression a été annihilée. Toutes les pensées sont surveillées de près et des affiches placardées partout indiquent : “Big Brother is watching you”.

📚 La servante écarlate (Margaret Atwood) a pour toile de fond les Etats-Unis, dirigés par des fanatiques religieux. Les femmes y sont réduites à l’état d’objet : elles n’ont plus le droit de lire, d’écrire ou de travailler. La plupart d’entre elles étant stériles, les rares femmes à pouvoir encore enfanter sont placées chez des familles de dirigeants, à qui elles doivent docilement fournir une progéniture.

Ces deux grands classiques du genre dystopique présentent deux types de sociétés très différentes, mais tout aussi oppressives l’une que l’autre.

✍️ Évitez de faire appel à la magie dans votre dystopie, qui tendrait alors plutôt vers le fantastique ! Ici, on compte plutôt sur un avenir dessiné par les guerres ou les catastrophes. Vous pouvez aussi faire intervenir la science et la technologie pour créer un cadre futuriste réaliste (la dystopie est d’ailleurs considérée comme une branche de la science-fiction).

A lire aussi : Écrire un roman de science-fiction

Écrire une dystopie

Écrire une dystopie qui reflète notre réalité

La dystopie est un genre engagé, qui sert à critiquer le monde réel grâce à un cadre imaginaire. Les sociétés mises en scène dans ces romans sont dérivées de la nôtre, dans une version terrifiante. En les lisant, on doit se dire que ce futur peut devenir réel un jour … De fait, une bonne dystopie doit être dérangeante.

Les romans dystopiques se basent sur certains aspects de notre société qui nous choquent, nous effraient ou nous révoltent. Certains explorent le thème de la téléréalité, d’autres questionnent la bioéthique ou encore les nouvelles technologies.

📚Le meilleur des mondes (Aldous Huxley) met en scène des couveuses où l’homme, artificiellement fécondé, attend de rejoindre une société “idéale”. Une salle de conditionnement permet à chaque enfant de recevoir les stimulis qui détermineront sa place dans la société : tel fœtus sera Alpha (appartenant à l’élite), tel autre Epsilon (appartenant à la caste inférieure) … Bref, la question des recherches biologiques et de leurs conséquences sur la société est centrale dans cette dystopie culte.

📚 De son côté, Acide sulfurique (Amélie Nothomb) dénonce le voyeurisme de la téléréalité, et plus largement de la médiatisation. Ce roman dystopique dévoile une société glaçante où l’on enlève des gens, que l’on enferme sous la surveillance de “kapos”, avant de les filmer pour divertir le peuple. L’audimat explose, les téléspectateurs se repaissent de la cruauté retransmise sur les écrans.

En somme, la dystopie ne part pas de rien : elle se base sur les dérives de notre réalité.

✍️ Les travers de notre société ne manquent pas : lequel allez-vous exploiter dans votre dystopie ? Choisissez celui qui vous interpelle le plus. Faites-lui prendre des proportions démesurées, poussez-le à son paroxysme. Ensuite, demandez-vous quelles seraient ses conséquences sur le fonctionnement global de notre société … Vous tenez le point de départ de votre roman dystopique.

Instaurer une intrigue palpitante

Les dystopies sont généralement des “page-turner”. C’est-à-dire des romans si prenants que l’on ne peut s’empêcher de tourner les pages ! Ce sont des récits d’action, avec beaucoup de suspense, où l’on craint pour la vie des héros.

Ces romans présentent un conflit central puissant. Il peut s’agir de sauver sa peau, d’extirper un être cher des griffes de la société ou de renverser un gouvernement tyrannique pour connaître la liberté. La dystopie prenant naissance dans un cadre étouffant, la tension y est généralement élevée, et le rythme haletant.

📚 La trame de Marche ou crève (Stephen King) est palpitante : dans un futur dictatorial, le pouvoir en place a imaginé une grande course pour canaliser le peuple : cent concurrents y participent, un seul atteint la ligne d’arrivée. Celui-ci gagne de quoi vivre aisément jusqu’à la fin de ses jours … Tous les autres sont abattus d’une balle dans la tête. Nous suivons l’un de ces concurrents avec anxiété. La plume de Stephen King est addictive et fait monter la pression jusqu’au dénouement !

✍️ Lorsque vous élaborez votre intrigue, créez une courbe en dents de scie où le personnage connaît des victoires et des coups durs jusqu’au climax. Mettez votre héros en grand danger, puis sauvez-le in extremis par des moyens judicieux …

Découvrez mon kit d’écriture « Écrivez une intrigue captivante” pour connaître les ressorts qui injectent de la tension et du suspense à un roman.

💡 Les dystopies sont généralement des histoires qui présentent une ambiance sombre et angoissante. Cet univers oppressant se travaille autant au niveau de la dynamique générale que des petits détails. Pensez à la tenue rouge et à la coiffe blanche de La Servante écarlate … Ou aux panneaux “Big brother is watching you” de 1984. Ils ont marqué les esprits et sont essentiels dans la construction de l’atmosphère de ces romans !

Écrire une dystopie

Créer des héros qui se battent contre l’oppression

Un bon roman est avant tout constitué de personnages intéressants, et la dystopie ne fait pas exception à la règle. Dans ces histoires, les héros se battent contre des sociétés tyranniques. Qu’ils l’aient choisi ou qu’ils y aient été amenés par la force des choses, ils sont intégrés dans une dynamique de rébellion.

⚠️ Attention à créer des personnages ayant des faiblesses. Pour que vos héros soient crédibles et attachants, évitez d’en faire des super-héros invincibles ! Et oubliez les pouvoirs magiques, la dystopie n’appartenant pas au genre fantastique.

Une autre question intéressante se pose : puisque le héros de votre roman s’oppose à la société, demandez-vous ce qui a semé les graines de sa rébellion. Comment en est-il venu à douter du cadre dans lequel il évolue, puis à s’y opposer au point de risquer sa vie ?

Pour que votre roman soit fort, cela ne peut être le fruit du hasard ni d’un événement mineur. Même si votre personnage a des tendances révolutionnaires dès le départ, l’élément déclencheur qui le pousse à agir doit être puissant.

📚 Hunger Games (Suzanne Collins) présente une société tyrannique où les enfants des districts sont contraints de s’affronter à mort sous l’œil des caméras. L’héroïne, Katniss, désapprouve cette barbarie, mais c’est lorsque sa petite sœur est tirée au sort pour participer aux Jeux qu’elle déjoue le système en se proposant à sa place.

✍️ Créer un héros aux motivations profondes est essentiel, mais il faut aussi concevoir un antagoniste qui cherche à l’empêcher d’atteindre ce qu’il désire ! Dans le cas de la dystopie, vous pouvez imaginer un méchant puissant qui incarne la société.

Cet article touche à sa fin !

Nous avons vu les axes permettant d’écrire une dystopie puissante :

  • Une société cauchemardesque
  • Un miroir déformant de notre réalité
  • Une intrigue palpitante
  • Des héros révoltés

N’oubliez pas qu’il s’agit de pistes de réflexion, dont vous pouvez vous éloigner pour écrire le roman qui vous parle le plus, d’un point de vue personnel 😉

Aimez-vous les dystopies en littérature ?

Liens de partage

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

  • Répondre CAILLAUD le 24/11/2022 à 14 h 45 min

    Bonjour,
    Encore un article très bien construit qui donne de bonnes pistes de travail.
    J’ai profité de l’occasion pour voir celui qui traitait du polar que je n’avais pas vu. Excellent de mon point de vue car j’y retrouve les points sur lesquels je me penchais avant de m’y lancer.

  • Laisser un commentaire