Écriture

Faire le plan de son roman : ma méthode complète

11/10/2021

Vous voulez écrire un roman … Les idées sont là, la volonté aussi, mais vous vous heurtez à un mur : vous ne savez pas comment vous y prendre.

Ce qu’il vous faut, c’est le moyen d’ancrer vos idées dans une forme solide, pour pouvoir les exploiter et passer à l’action. Bref : vous avez besoin de structurer votre projet.

Si c’est le cas, vous êtes au bon endroit ! Dans cet article, je vais vous livrer la méthode perso que j’adopte pour faire le plan de mes romans.

Cette approche n’a rien d’académique. Je l’ai établie intuitivement en tâtonnant, lors de l’écriture de mon premier roman, puis affinée avec les suivants. Je la trouve efficace pour construire des intrigues qui marchent, mais aussi utile pour canaliser mes idées et me permettre d’avancer dans mes projets d’écriture.

Libre à vous de vous en inspirer et de l’adapter à votre sauce, en fonction de votre personnalité, de vos aspirations, de votre manière de travailler.

Mais avant tout, je vais vous expliquer pourquoi, selon moi, faire le plan de son roman avant de l’écrire ne peut que faciliter la réussite de votre projet.

Pourquoi faire le plan de son roman ?

Le plan favorise la créativité

Vous ne vous attendiez pas à cet argument, n’est-ce pas ? Et pourtant, je suis convaincue que structurer son roman avant de l’écrire permet d’être plus créatif.

Déjà parce la planification d’une intrigue peut être vue comme une étape très amusante. Donner forme à ses idées, inventer une fin détonante, trouver les péripéties qui y mènent, dérouler l’évolution du héros, etc … peut se révéler passionnant.

Ensuite parce que structurer est rassurant : une fois que c’est fait, on sait que l’on part sur une base solide, que notre intrigue tient la route. Cette confiance permet de se détendre pendant l’écriture. Elle nous ôte un poids des épaules, afin de laisser libre cours au flux créatif et d’écrire sereinement.

Enfin, sachez qu’un plan n’est jamais figé. Aussi précis soit-il, on finit toujours par s’en éloigner un peu lors de l’écriture. Quand une histoire prend vie, il y a toujours des imprévus et des passages qui résonnent différemment de ce que l’on imaginait.

Les personnages notamment, ont le chic pour nous faire dévier de la trajectoire prévue pour eux … Et c’est tant mieux !

N’oubliez jamais : le plan n’est qu’un guide, l’aventure de l’écriture reste à vivre.

Un roman bien structuré est de meilleure qualité

Comme je vous le disais plus haut, structurer son roman libère de l’espace mental.

Le plan permet de se sentir plus libre d’écrire, oui, mais aussi de se concentrer sur d’autres aspects du roman. Une fois tranquillisé au sujet de l’intrigue, vous pouvez notamment vous focaliser sur la profondeur des personnages, la finesse des descriptions ou le réalisme des dialogues …

Bref, vous pouvez accorder toute votre attention à l’essence du texte, et ce dès le premier jet. La réécriture en sera plus légère. Car oui, un plan bien conçu, c’est un énorme gain de temps par la suite.

Notons aussi qu’une structure solide permet de bien construire son histoire.

En réfléchissant au plan de son livre, on définit un climax qui est l’aboutissement d’un cheminement, des personnages à l’évolution touchante, de subtils indices glissés tout au long du texte, des intrigues secondaires qui s’entremêlent habilement avec la principale.

Bref, construire un plan, c’est se donner plus de chances d’écrire un bon roman.

Le plan rend l’écriture moins intimidante

Enfin, le plan présente un dernier avantage de taille, quand on veut se lancer dans l’écriture : il dédramatise l’ampleur de la tâche en la découpant en étapes accessibles.

Tant qu’il est uniquement dans votre tête, votre roman vous semble volatile et abstrait. Réussir à lui donner vie peut paraître intimidant. Cette impression décourage de nombreux aspirants auteurs …

Faire un plan vous permettra de surmonter cela.

Structurer son histoire est un grand pas vers le passage à l’action. C’est transformer le rêve inaccessible en projet concret et réalisable.

Une fois votre plan écrit noir sur blanc, il n’y a plus qu’à prendre la plume et à suivre le guide tout en ouvrant la porte à votre créativité.

Maintenant, entrons dans le vif du sujet : la structuration du récit.

Comment planifier son roman ?

1. Laissez infuser

Commencez par laisser libre cours à votre imagination ! Si cela vous aide, allez marcher en vous demandant de quoi vous aimeriez que votre roman parle. Ne vous cloisonnez pas à ce stade, autorisez-vous à accueillir toutes les idées qui viennent.

Certains auteurs appellent cette étape l’imprégnation : il s’agit de se laisser aller à rêver à son histoire, de la laisser s’épanouir dans ses pensées. Réfléchissez au message que vous voulez faire passer dans votre roman, à l’univers que vous avez envie de déployer, aux personnages qui vous animent.

Ce processus peut difficilement se boucler en une après-midi. Il est lié à l’inspiration créative, qui demande de la maturation et nécessite de rester cool avec soi-même pour ne pas se brusquer. Consacrez-y quelques jours ou plusieurs semaines, en fonction du temps que vous voulez accorder à votre projet d’écriture.

✍️ Gardez toujours un crayon et un carnet dans votre sac, pour noter les idées qui viendraient vous visiter à l’improviste.

À lire aussi : Trouver l’idée de son roman

2. Élaguez vos idées

Vous disposez de notes bien fournies? C’est le moment de les trier.

Commencez par vous relire pour voir les idées fortes qui se détachent du lot.

Certains auteurs débutants ont du mal à faire des choix, il faut pourtant s’y résoudre pour écrire un roman ! Affinez vos idées et n’hésitez pas à supprimer celles qui partent vers des thématiques trop éloignées des autres, même si elles sont intéressantes. Le but n’est pas de « tout faire rentrer » dans votre roman, mais de bâtir un récit cohérent.

💡 Si c’est un crève-cœur, conservez ces idées dans un document spécial, pour les réutiliser dans un autre projet. Cela vous libérera l’esprit pour mieux vous concentrer sur votre roman actuel.

À ce stade du plan, certains passages de votre futur roman apparaissent et d’autres sont encore absents. Il en manque des morceaux. Parfois, on a noté les détails d’une conversation précise entre deux personnages, alors qu’on ne sait toujours pas comment se terminera notre histoire …

C’est tout à fait normal !

Nos idées de départ sont fragmentées. Les étapes suivantes ont justement pour but de compléter ces bribes et de les structurer.

✍️ Même si des bouts de l’intrigue de votre roman manquent encore, essayez de définir ses grands thèmes et ses enjeux principaux.

3. Équilibrez votre plan

Il est temps de combler les trous pour créer un plan solide.

Pour vous y aider, je vous propose un petit tour d’horizon du schéma narratif de base, qui représente la structure classique d’un roman. C’est un découpage que l’on retrouve dans la plupart des récits fictionnels … Il n’est pas obligatoire mais peut vous servir de squelette sur lequel bâtir votre intrigue.

En voici les grandes lignes, illustrées avec le 1er tome d’Hunger Games de Susan Collins.

SITUATION INITIALE
État stable initial, qui présente le cadre du récit et le personnage principal
📚 Katniss et sa petite sœur mènent une vie précaire au sein du District 12, dans un univers post-apocalyptique dominé par un Capitole dictatorial.

ÉLÉMENT DÉCLENCHEUR
Événement qui rompt l’équilibre initial et entraîne les péripéties suivantes
📚 La sœur de Katniss est tirée au sort pour participer aux cruels Hunger Games et son aînée se dévoue pour y aller à sa place.

PÉRIPÉTIES
Les différentes aventures rencontrées par les personnages (c’est l’étape la plus longue)
📚 Katniss participe aux Jeux, se lie avec Peeta, survit à de nombreuses épreuves grâce à son courage et à son ingéniosité, etc.

DÉNOUEMENT
Climax puis résolution de l’intrigue, qui apporte une conclusion aux nœuds de l’histoire
📚 Katniss et Peeta arrivent jusqu’au bout des Jeux, mais ceux-là ne prendront fin que lorsqu’il ne restera qu’un survivant. Refusant de tuer Peeta, Katniss fait mine de vouloir s’empoisonner pour attendrir les spectateurs des Jeux. Cela fonctionne, et ils sont tous deux déclarés vainqueurs.

SITUATION FINALE
L’histoire est terminée, un équilibre est retrouvé
📚 Katniss et Peeta rejoignent le District 12 où ils profitent du statut de vainqueurs.

💡 Pour planifier votre roman, pensez aussi aux spécificités du genre de votre récit. Le policier, la fantasy et la romance possèdent tous des codes qui influenceront leur structure. Par exemple, un bon polar nécessite de mettre en place un jeu d’indices et de fausses pistes, qu’il est primordial d’établir dès le plan. Un roman jeunesse, quant à lui, sera plus focalisé sur le chemin initiatique du héros … Pour cerner les codes spécifiques de votre genre, un seul conseil : lisez beaucoup de romans s’y rattachant !

🎢 Dès le plan de votre roman, pensez à établir un rythme harmonieux tout au long de votre intrigue ! Dosez les rebondissements et les moments forts de votre histoire, de manière à ce qu’ils s’étalent sur toute sa durée et de façon à ce que le climax en soit l’apogée.

✍️ Observez vos notes et complétez-les avec de nouvelles idées jusqu’à ce que vous ayez formé une structure solide basée sur ce schéma narratif de base.

4. Peaufinez sa structure

Une fois le plan de votre roman constitué, prenez de la hauteur et jaugez-en l’efficacité, l’harmonie et les éventuelles incohérences.

Posez-vous quelques questions :

  • Toutes mes idées servent-elles mon intrigue, sont-elles pertinentes avec mon thème et les enjeux de mon roman ?
  • L’évolution émotionnelle de mon héros suit-elle harmonieusement le plan de mon histoire ?
  • Le milieu de l’intrigue n’est-il pas trop mou, ne manque-t-il pas de péripéties et de rebondissements ?
  • Toutes les questions soulevées par les intrigues principales et secondaires trouvent-elles leur résolution lors du climax ?

✍️ Retravaillez votre plan jusqu’à ce qu’il forme une structure riche, efficace et cohérente.

À lire aussi : La méthode Flocon pour écrire un roman

Comment planifier ses chapitres ?

Une fois ce plan de base établi, certains écrivains commenceront directement à écrire, tandis que d’autres préféreront planifier plus finement leur intrigue … C’est là que le découpage des chapitres intervient.

Un chapitrage équilibré

Comment segmenter votre roman en chapitres ?

Voyez le chapitrage comme une vraie stratégie d’écriture, qui permet d’équilibrer le rythme de votre roman. Les chapitres s’inscrivent dans la dynamique du récit : chacun d’entre eux est la conséquence du précédent et la cause du suivant.

Planifier harmonieusement votre histoire grâce aux chapitres permet également de répartir les moments forts sur l’ensemble du récit.

🤔 Oui mais comment définir la longueur d’un chapitre ?

Certains disent que tous les chapitres doivent faire à peu près la même longueur, d’autres que cela n’a aucune importance.

De mon point de vue, ce qui compte, c’est plutôt que chaque chapitre puisse représenter un épisode distinct dans le parcours du héros. De plus, un chapitre est souvent caractérisé par une unité d’action, et/ou de lieu et de temporalité.

✍️ Si vous écrivez un récit choral (à plusieurs voix), comme ça a été mon cas pour mon roman Le royaume sans ciel, essayez d’attribuer un seul point de vue par chapitre, afin de laisser au lecteur le temps de s’immerger dans l’état émotionnel de chaque personnage.

Une fois votre roman ainsi découpé, vous pouvez aller plus loin en faisant le plan de chacun des chapitres …

La planification du chapitre

Si l’exercice du plan détaillé vous tente, établissez une fiche de route par chapitre. Voici les points à définir (l’idée n’est pas de cocher toutes ces cases, mais d’être sûr que chacun de vos chapitres soit utile pour votre histoire, qu’il fasse avancer votre intrigue et s’inscrive dans la dynamique de votre roman).

  • En quelques lignes, que se passe-t-il dans ce chapitre ?
  • À quel moment et dans quel lieu se situe-t-il ?
  • En quoi ce chapitre fait-il avancer l’intrigue ?
  • En quoi permet-il de développer les personnages ou leurs relations entre eux ?
  • Quelle ambiance vais-je y déployer ?
  • Comment ce chapitre évoque-t-il mon thème et le message principal de mon roman ?
  • Comment puis-je écrire ce passage pour qu’il soit passionnant à lire (et à écrire) ?
    💡 Cela peut être la description originale d’un lieu, un souvenir émouvant raconté par le héros, un dialogue truculent entre deux personnages, une révélation à couper le souffle … Et mille autres choses. Le but, c’est d’éviter de rentrer dans une routine d’écriture ennuyeuse. Pour cela, cherchez toujours de quelle manière rendre chaque chapitre intéressant. Ainsi, vous faites d’une pierre deux coups : vous ne risquez pas de vous lasser et vous produisez un meilleur texte !

Ce long article touche à sa fin.

Que vous optiez pour une structure rudimentaire en une page, ou pour un plan détaillé en vingt, j’espère que ma méthode vous aidera à vous lancer. Car c’est aussi cela, la force du plan : gagner en confiance et réussir enfin à concrétiser son projet.

💡 Besoin d’un coup de pouce supplémentaire pour vous lancer dans l’écriture ? Découvrez mon kit « Écrire un roman : Lancez-vous » qui contient un guide numérique de 41 pages pour enclencher votre projet d’écriture + des fiches à imprimer afin de booster votre motivation !

Vous pourriez aussi aimer

6 Commentaires

  • Répondre rimacouete le 12/10/2021 à 9 h 44 min

    merci encore de faire partager ton expérience d’écrivaine, ça aide!!! Je lis pas mal de tes articles qui sont bien illustrés autant d’images/photo que d’exemples tirés de tes lectures!!
    as tu un article qui parle de comment améliorer son écriture, son expression écrite? J’imagine que c’est surtout en écrivant qu’on s’améliore mais as tu des astuces??
    merci

  • Répondre Caroline le 15/10/2021 à 21 h 20 min

    Un article très pertinent, qui prend bien en compte les différences qui peuvent exister d’un auteur à l’autre!
    Par curiosité, est-ce que vous pensez que certains types de romans demandent un plan plus structuré que d’autres? (A titre personnel, j’ai tendance à imaginer qu’il faut un plan beaucoup plus détaillé pour un roman policier que pour un roman de Fantasy, mais c’est probablement parce que le monde du roman policier m’est très peu familier…)

    • Répondre Charlotte le 16/10/2021 à 10 h 02 min

      Merci beaucoup Caroline ! C’est une question intéressante. Je pense en effet que certains genres sont très propices au plan, notamment le policier comme vous le dites. Le polar nécessite tout un jeu d’indices et de fausses pistes, ainsi qu’un cheminement bien calibré pour dérouler l’enquête de manière efficace … Pour les genres qui en nécessitent moins j’aurais tendance à penser à la romance ou au feel good, mais au final un plan peut être tout aussi utile pour orchestrer la transformation psychologique des personnages, ou l’évolution de leurs relations 🙂

  • Répondre Judith le 16/10/2021 à 10 h 40 min

    Bon…
    Je ne ferais toujours pas de plan ! C’est dommage parce que tes arguments du début étaient très convaincants mais le plan me frêne trop, comme si après l’avoir écris, j’avais déjà finis mon roman et du coup je n’ai plus du tout envie de l’écrire.
    Pour mon premier « roman », j’y suis allée tout du long un peu à l’aveuglette mais comme je connaissais bien mes personnages, ça l’a bien fait. Mais effectivement, la relecture prend un temps fou car il faut bien harmoniser l’ensemble (mais au moins, je suis allée au bout de mon histoire)
    Bien sure, je me doute que se passer de plan ne conviendra pas à tous les genres (par exemple, je ne pourrais pas écrire de bon roman policier sans plan et donc ce n’est pas du tout prévu dans mes projets futures (pour le moment))
    En revanche, si on veut éviter le plan, c’est assez intéressant de quand même faire des fiches personnages auxquelles on peut se référer quand on sent que notre histoire part un peu dans tous les sens, on recadre un peu sur le plus important de nos personnages et ils reprennent tous seuls le bon déroulé de notre roman. (Et personnellement, je fais lire mon histoire régulièrement à un amie qui écrit aussi et elle me recadre quand il faut (et je fais pareil pour son roman en échange))

    A part ça, cette article était super intéressant ! Même si le plan ne nous tente pas, y’a quand même plein de petits détails qui peuvent servir (l’histoire du nombre page d’un chapitre, ma hantise !)

    • Répondre Charlotte le 17/10/2021 à 21 h 59 min

      Merci Judith pour ton commentaire ! Comme quoi, il n’y a pas de route toute tracée et chacun fait à sa manière. Comme tu le dis, on peut ne pas faire de plan si l’on restructure le roman ensuite lors de la correction, c’est un choix possible 🙂

    Laisser un commentaire